Divine Word Missionaries

Breaking News


Info & News

from the Generalate

from the Provinces


Back to

Togo News

Members' Area

Site Map

Home


To: "SVD webmaster SVD" <webmaster@svdcuria.org>
Date: 01 Jun 2005, 03:41:52 PM - 02 Jun 2005, 04:19:08 PM
Subject: news about Togo

TOGO: Hunger drives displaced women home despite fears

[This report does not necessarily reflect the views of the United Nations]

ATAKPAME, 1 Jun 2005 (IRIN) - Frightened women and children who fled Togo's main central town of Atakpame due to post-election violence are beginning to trickle home because relatives in the villages can no longer support them.

Thousands of opposition supporters fled this lush hillside town when large-scale protests against a disputed presidential poll degenerated into street fighting and violence more than five weeks ago.

Those who left feared persecution by security forces and government partisans. Most have not come back.

Humanitarian workers say the men in general left the country to escape a continuing crackdown, leaving the women and children to beg their existence from relatives or friends in villages in the surrounding forest.

But across West Africa, the lean season has started and food stocks are running too low to feed extra mouths.

"It's tough in the village. Finding enough food for me and my five children at this time of year is difficult," said one middle-aged widow called Amy. She fled to family but has felt compelled to return knowing her brother-in-law no longer had the means to support her.

She is one of six women in flip-flops and headscarves just returned from nearby villages. Those who have husbands do not know where they are, although each suspects he is among the more than 35,000 refugees exiled in neighbouring Benin or Ghana.

A stream of people have been crossing Togo's borders in the five weeks since the election, saying there is a manhunt on for opposition supporters.

NGOs and UN agencies estimate 10,000 people were displaced nationally. But privately, UN officials acknowledge that gathering accurate information in the current climate of continued insecurity and fear is difficult.

"We have identified 2,000 people in just ten villages around Atakpame and have begun distributing food parcels," said Seraphin Abokitse, head of the Catholic Church's Charity for Integrated Development Organisation (OCDI) in Atakpame.

Togolese refugees at the Benin border at Hilakondji

"Certainly there are more people that need support, but we are stretched to capacity," he said.

Many of the displaced do not want to declare themselves even to village chiefs making it even more difficult to identify them.

Trouble in Atakpame

Atakpame, a busy urban centre 150 km north of the capital Lome, according to diplomats saw some of the worst violence in the country after the announcement that Faure Gnassingbe had been elected president in a poll the opposition said was rigged.

Locals and humanitarian workers based in Atakpame estimate that more than 100 people died in the town of 30,000, although there has been no official count of bodies and hospital records have not been made public.

"The people there [Atakpame] came out in force and resisted when the official result was announced, and as a result, the government came down on them hard," said one diplomat who asked not to be identified and who is convinced his telephone is tapped.

Gnassingbe is the son of Gnassingbe Eyadema, who remained close to former colonial power France throughout the 38 years of his authoritarian rule that ended with his death on 5 February.

During his reign, opponents were frightened into exile. Those that stayed behind ran the risk of execution by security forces, according to reports by human rights group Amnesty International.

Gnassingbe Eyadema gave gifts bearing his image to supporters

Gnassingbe junior is working hard to promote an image as a youthful moderniser - but residents of Atakpame say that the same old faces are running the show and continue to kill, beat and threaten known or suspected opposition supporters with impunity.

Tony, a resident of Atakpame who is keeping a low profile for fear of arrest, says the trouble started on election day, 24 April.

"Opposition supporters were gathering around the voting stations. They were convinced that the ballot was being rigged and started to demonstrate," Tony explained.

According to Tony, the ruling Rally of the Togolese People (RPT) were giving out falsified proxy voting forms to inflate their count. He's kept one of the forms, blank but already validated by the local authorities, as proof.

"The military and militia started to arrive to protect the people carrying out the fraud, so opposition supporters put up barricades to block the road," he said in a small and stiflingly hot backroom. Sweat rolled off him but he refused to talk in public in the cool of the compound courtyard.

According to Tony, N'Ma Bilizim Kouloun, a retired major locally known as the "Eyadema of Atakpame" - because he is a nephew of the late President - led the way, firing on demonstrators and shooting a 12-year-old.

"There's also this Lebanese guy, he's the RPT's main backer here. He provided the lorries to carry the militia from polling station to polling station to assist in the fraud," said Tony.

"The people here talk too much," said the man himself, Karim Abbou. "This is wrong information."

Yes, the opposition is scared

Abbou describes himself as a Togolese of Italian origin who happens to speak Arabic, as well as several other languages. Two ten-foot banners proclaiming, "Vote for Faure Gnassingbe" are draped from what locals consider the RPT headquarters, though Abbou counters is his private residence and nothing more.

"We have our members of the RPT - as there are members of the opposition - it's normal. But I don't understand this 'militia'. It's not that, never!" he said angrily.

As for Kouloun, explained Abbou, he was out of town touring the region to encourage people to return in his capacity as "representative of the presidential executive".

Abbou has no knowledge of any deaths in Atakpame.

"Yes there was a lot of violence, but deaths - I didn't hear about that," said Abbou.

According to Abbou, those that have fled were "thieves and bandits" frightened of punishment in accordance with Togolese law.

"The opposition blocked the roads! They demonstrated and put houses on fire!" he said from beneath a wall clock that had an official portrait of his "good friend" Eyadema as its face.

"So, yes they scared!" Abbou shouted. "They are scared, scared, scared! They did bad things. Of course they are scared".

Amy, which is not her real name, admits she was scared. She fled after her teenage son was shot and killed. He was not part of the opposition demonstrations, she insists, he was just running errands.

"I don't know what happened. I wasn't there. But he was shot and taken to the hospital. He died," recounts Amy as she wipes streams of silent tears from her eyes.


La faim contraint des familles de déplacés à rejoindre leur domicile

(IRIN, Atakpamé, Togo, 2 juin 2005)

Les femmes et enfants qui ont fui Atakpamé, la capitale de la région centre du Togo, pour échapper aux violences post-électorales, commencent à regagner leur domicile car leurs parents dans les villages n'ont plus les moyens de les prendre en charge.

Des milliers de partisans de l'opposition ont fui cette ville luxuriante nichée sur les flancs des collines, lorsque des manifestations contre le très controversé scrutin présidentiel ont dégénéré en combats de rue et en émeutes il y a cinq semaines.

Nombreuses sont les personnes qui se sont enfuies par peur des persécutions des forces de l'ordre et des partisans du parti au pouvoir. Mais pour la plupart, ces personnes ont rejoint leur domicile aujourd'hui.

Selon les travailleurs humanitaires, ce sont généralement les hommes qui ont fui le pays pour échapper aux représailles de la police, laissant derrière eux femmes et enfants à la charge des parents et amis vivant dans les villages de la forêt environnante. Mais en Afrique de l'ouest, c'est le début de la période de soudure. Les stocks alimentaires ne sont plus suffisants pour nourrir des bouches supplémentaires.

"La vie est dure au village. Il m'est difficile de trouver suffisamment de nourriture pour mes cinq enfants et moi-même à cette période de l'année", s'est plainte Amy, une veuve entre deux âges. Elle s'était réfugiée auprès sa famille, mais a été contrainte de rentrer chez elle, sachant que son beau-frère n'avait plus les moyens de subvenir à ses besoins.

Amy fait partie de ce groupe de six femmes qui est rentré des villages voisins. Les femmes mariées n'ont aucune nouvelle de leur époux, même si chacune d'elles pense qu'il doit figurer parmi les 35 000 réfugiés exilés au Bénin et au Ghana.

Une vague de réfugiés a franchi les frontières togolaises il y a cinq semaines après les élections présidentielles pour échapper, selon eux, à la chasse à l'homme menée contre les partisans de l'opposition.

D'après les organisations non gouvernementales (ONG) et les agences des Nation unies, près de 10 000 personnes ont été déplacées à l'intérieur du Togo. Mais dans le contexte actuel caractérisé par l'insécurité et la peur quotidiennes, certains représentants de l'ONU reconnaissent qu'il est bien difficile d'avoir des chiffres précis.

"Dans une dizaine de villages proches d'Atakpamé, nous avons dénombré 2 000 personnes déplacées à qui nous avons commencé à distribuer des vivres", a indiqué Séraphin Abokitse, responsable de l'organisation de la charité pour un développement intégral (OCDI) à Atakpamé. Des réfugiés togolais à la frontière béninoise d'Hilakondji.

"Certes, bien plus de personnes ont besoin d'une assistance, mais nous sommes au maximum de nos capacités" a-t-il expliqué.

Et de nombreux déplacés refusent de se déclarer même aux chefs de village, ce qui rend encore plus difficile leur identification.

Des troubles à Atakpamé

Atakpamé est un grand centre urbain situé à 150 km de la capitale Lomé. Selon certains diplomates, la ville a été le théâtre des plus graves scènes de violence que le pays a connu après la proclamation des résultats donnant Faure Gnassingbe vainqueur des élections présidentielles que l'opposition considèrent comme ayant été entachées de nombreuses irrégularités.

Pour les habitants d'Atakpamé et les agences humanitaires qui y travaillent, les persécutions policières auraient fait plus de 100 victimes dans cette ville qui compte 30 000 habitants. Aucun chiffre officiel sur le nombre de morts n'a cependant été fourni par les autorités ni n'a été publié par l'hôpital.

"A Atakpamé, les gens sont descendus dans les rues et ont résisté après l'annonce officielle des résultats des élections; et la répression des forces de l'ordre a été très dure", a expliqué un diplomate qui a requis l'anonymat, convaincu que sa ligne téléphonique est sur écoute.

Faure Gnassingbe est le fils Gnassingbe Eyadema, un homme politique resté fidèle à la France, l'ancienne puissance coloniale, pendant 38 ans d'une dictature qui a pris fin avec sa mort le 5 février dernier.

Pendant son règne, de nombreux opposants ont été contraints à l'exil. Et pour ceux qui sont restés au Togo, ils couraient le risque de se faire exécuter par les forces de sécurité, expliquent les rapports d'Amnesty International, une organisation non gouvernementale de défense des droits de l'homme. Gnassingbe Eyadema distribuait à ses partisans des cadeaux portant son effigie.

Gnassingbe junior s'emploie à promouvoir une image de jeune président moderne. Mais selon les habitants d'Atakpamé, ce sont toujours les mêmes hommes de main qui continuent de tuer, de battre et de menacer en toute impunité des opposants connus ou suspectés.

Habitant d'Atakpamé, Tony se fait discret de peur d'être arrêté. Selon lui, les troubles ont commencé le 24 avril, le jour des élections.

"Des partisans de l'opposition s'étaient regroupés autour des bureaux de vote. Convaincus que le scrutin allait être entaché d'irrégularités, il se sont mis à manifester", a expliqué Tony.

Selon lui, certains militants du Rassemblement du peuple togolais (RPT) avaient reçu de fausses procurations de vote pour gonfler le nombre de suffrages favorables au RPT. Il a conservé comme preuve une de ces procurations vierges déjà validées par les autorités locales.

"L'armée et les milices sont intervenues pour protéger les partisans du RPT afin qu'ils puissent poursuivre leurs opérations de fraude, mais l'opposition a érigé des barrages routiers pour leur bloquer l'accès aux bureaux de vote", a-t-il confié dans une arrière pièce étroite et peu ventilée de sa maison. Et malgré la sueur qui perlait sur son visage, Tony refusa de s'exprimer publiquement en plein air dans la cour.

Selon Tony, N'Ma Bilizim Kouloun, un officier à la retraite appelé "Eyadema d'Atakpamé" - parce qu'il est le neveu du président défunt Eyadema - a montré l'exemple en ouvrant le feu sur des manifestants, tuant un jeune garçon de douze ans.

"Ici, il y a aussi un Libanais, le principal soutien financier du RPT. Il a fourni les camions qui on permis d'acheminer vers les différents bureaux de vote les miliciens qui ont couvert les opérations de fraudes", a expliqué Tony.

"Les gens parlent trop ici", s'est plaint Karim Abbou, le principal concerné. "Ces informations sont fausses".

Oui, l'opposition a eu peur

Abbou se présente comme étant un citoyen togolais d'origine italienne parlant arabe et bien d'autre langues. Deux banderoles affichant "Votez Faure Gnassingbe" étaient placées sur la façade d'un bâtiment considéré par les habitants d'Atakpamé comme le quartier général du RPT, même si Abbou s'en défend, indiquant qu'il s'agit de sa résidence privée et de rien d'autre.

"Nous avons des partisans au RPT - comme il y a des partisans de l'opposition - c'est normal. Mais je ne comprends pas ça.la milice. Ce n'est pas ça.jamais !" a-t-il lâché en colère.

Quant à Kouloun, explique Abbou, en tant que "représentant spécial du président", il a entamé une tournée dans la région pour exhorter les personnes déplacées à revenir à Atakpamé.

Abbou n'est pas au courant des morts qu'il y a eu à Atakpamé.

"Oui, il a eu de nombreux actes de violence, mais des morts, je n'en ai pas entendu parler", a fait remarquer Abbou.

Selon lui, ceux qui se sont enfuis étaient "des voleurs et des bandits" qui ont eu peur de tomber sous le coup de la loi togolaise.

"L'opposition a bloqué les rues ! Elle a manifesté et incendié des maisons !" a-t-il indiqué sous le portrait officiel de son "bon ami" Eyadema.

"Oui, ils ont eu peur !" a lâché Abbou. "Ils ont eu peur, très peur ! Ils ont commis des délits et bien sûr ils ont peur maintenant".

Amy, son prénom d'emprunt, reconnaît qu'elle a eu très peur. Elle s'est enfui après que son jeune fils ait été tué par les forces de sécurité. Il ne participait pas aux manifestations de l'opposition, insiste-t-elle, il se promenait tout simplement.

"Je ne sais pas ce qui s'est passé. Je n'ai pas assisté à la scène. Mais il a été abattu et transporté à l'hôpital où il est mort", explique Amy en essuyant calmement ses larmes.