Divine Word Missionaries

Breaking News


Info & News

from the Generalate

from the Provinces


Back to

Togo News

Members' Area

Site Map

Home


To: "SVD webmaster SVD" <webmaster@svdcuria.org>
Date: 07 Jun 2005, 04:21:39 PM
Subject: infos


TOGO 7/6/2005 16:58

DES CIVILS TOUJOURS EN FUITE, LE GOUVERNEMENT "S'ÉTONNE"

Politics/Economy, Brief

e gouvernement togolais a invité les réfugiés au Bénin à rentrer au pays, affirmant que la situation était redevenue "normale". Dans un communiqué publié par la presse officielle, les autorités de Lomé se disent étonnées de l'exploitation faite de la présence de "certains Togolais" dans les pays voisins après l'élection présidentielle du 24 avril, insinuant que ceux qui avaient fui le pays avaient perpétré des "actes ignobles" et voulaient maintenant "se présenter en victimes". À Cotonou, la capitale béninoise, des sources de la Caritas réfèrent à la MISNA que des Togolais passent encore la frontière chaque jour. Selon le dernier bilan du Haut commissariat pour les réfugiés, ils sont au moins 20.599. D'après les récits entendus par les agents locaux de la Caritas, les exactions continuent au Togo contre tous ceux qui n'ont pas soutenu le camp présidentiel du RPT (Rassemblement du peuple togolais), dont le candidat Faure Gnassigbé a remporté la présidentielle succédant à son père, décédé début février après 38 ans de pouvoir sans partage. Les réfugiés, qui proviennent essentiellement ces derniers temps du sud et du centre du Togo, racontent que de jour comme de nuit, des hommes du pouvoir vont chercher des opposants présumés et les emmènent vers des destinations inconnues. Le gouvernement béninois laisse ses portes ouvertes et a renforcé la sécurité à la frontière. Selon le HCR, 15.144 Togolais sont également enregistrés au Ghana.

[CC]


TOGO 7/6/2005 21:50

PRÉSIDENT REJETTE PROPOSITIONS OPPOSITION POUR GOUVERNEMENT UNITÉ NATIONALE

Politics/Economy, Standard

e président du Togo Faure Gnassingbé a rejeté "catégoriquement" les propositions sur la formation d'un gouvernement d'unité nationale avancées aujourd'hui par la coalition de l'opposition. La décision a directement été rapportée par la présidence togolaise dans une note parvenue à la MISNA. M. Gnassingbé et les délégués des 6 principaux partis de l'opposition togolaise se sont rencontrés aujourd'hui en soirée dans la résidence présidentielle, où un document cadre contenant les propositions de la minorité pour la formation d'un gouvernement mixte a été remis au chef d'État contesté. "Cette plateforme de revendications veut complètement annuler le pouvoir constitutionnel du président de la République et du Parlement", lit-on dans la note justifiant le refus de Gnassingbé. "Les propositions avancées prétendent que la Constitution togolaise soit mise entre parenthèses", précise la note, en ajoutant que le président Gnassingbé "ne pourrait pas s'associer à une manouvre qui essaie de violer la loi fondamentale de l'État". En réalité, dans toute la note de la présidence togolaise on ne trouve aucune référence explicite au contenu de cette "plateforme" fantomatique présentée par l'opposition et la note précise seulement que la minorité a présenté ce document, au lieu de remettre directement, comme cela aurait dû être le cas, une liste contenant des indications sur les candidats de l'opposition à la charge du premier ministre, au côté du président Gnassingbé. En mars dernier, à quelques heures de la mort du président togolais "historique" Gnassingbé Éyadéma (au pouvoir pendant 38 ans ininterrompus) les responsables militaires ont nommé son fils, Faure Gnassingbé. La manoeuvre, définie ouvertement par la communauté internationale de "coup d'État" ou de "mascarade", a débouché sur le retrait de Faure, contraint de se démettre, pour être ensuite proposé par le parti au gouvernement comme candidat aux élections de mai dernier, dont il est sorti "officiellement" vainqueur. La validité du vote a durement été contestée par l'opposition qui n'a pas reconnu l'issue définitive. De violents affrontements se sont vérifiés entre les forces de l'ordre et des partisans de l'opposition peu après la publication des résultats (Faure a obtenu 60% des préférences). Le seul bilan disponible, établi par la Ligue des droits de l'homme locale, fait état de 800 morts et de plus de 4.500 blessés. Ces victimes s'ajoutent aux plus de 30.000 réfugiés qui ont préféré chercher abri dans le Bénin et Ghana voisins. L'Union africaine a laisser entendre qu'elle souhaite jouer un rôle de premier plan dans la médiation togolaise, en soulignant qu'à ce stade de la crise, la seule voie à parcourir est celle de la formation d'un "véritable" gouvernement d'unité nationale. Les rencontres entre les membres de l'opposition et Faure Gnassingbé se sont succédées ces dernières semaines, sans avoir débouché pour le moment sur une décision pratique.

[VV]

Copyright © MISNA
Free reproduction citing source.
Send copy as justification to:
MISNA Editorial Office
Via Levico 14
00198 Rome
misna@misna.org