Divine Word Missionaries

Breaking News


Info & News

from the Generalate

from the Provinces


Back to

Kenya Reports

Members' Area

Site Map

Home


Prions pour le Kenya

ûrement qu'il te plaira d´avoir des informations de premières à propos des événements pas très bon qui ont eu lieu ici au Kenya. En effet nous étions tous ébahi que le gouvernement kenyan ait fixé la date des élections présidentielles en la date du 27 Décembre 2007, deux jours juste après la Nativité. Ce jour forfait, tout avait semblé se dérouler tranquillement. J´jusqu´à dans la soirée. Les concourants pour le siège présidentiel étaient au total.

Le président sortant représentait le parti au pouvoir tandis que les huit autres partis représentaient l´opposition officielle. Parmi les huit candidats deux sont les plus ressentit par le gouvernement et un d´entre les deux représente le parti le plus populaire de l´ opposition. Donc les vrais concourant au siège présidentiel étaient : le président sortant (Mwai Kibaki), Kolonzo Steven Musioka (Parti : ODM-K) et celui de l´opposition radical Raila Odinga (parti : ODM), il faut noter que ce dernier est le fils d´un des pères de l´indépendance qui aurait été assassiné entre temps.

Avant de vous relater les faits récents, il faut savoir qu’en Afrique la politique au Kényan, bien qu´avancée, est l´une des plus tribalistes. Les trois candidats, à part le fait qu´ils visent le siège présidentiel, représentent les trois tribus les plus influentes du pays. Alors l´échec d´un candidat signifie l´échec de son peuple et selon les kenyans, une trahison intolérable. Ceci explique tout et la difficulté de résolution de la crise. En fait ce 27 Décembre 2007, les élections se sont déroulées dans un calme sans précèdent. Les medias nationaux avaient déjà commencé à féliciter la population pour sa maturité politique et les premiers résultats étaient attendus à 19 heures du même jour. Bizarrement à 21 heures l´ont avait commencé à sentir un malaise suite à la chaleur qui montait déjà dans les vaines des supporters de Mr. Raila Odinga de l´opposition radical. Ce dernier tient sa popularité des jeunes et de la basse classe. La situation devint très inquiétante et l´on se mit à se prépare par ce que Raila avait déjà averti lors de sa campagne électorale qu´il ne se laissera pas faire.

Il faut signaler aussi qu’à part les élections présidentielles, l´on votait également pour les députés et pour les conseillers. Nous avons suivit les événements de tout près. A partir de minuit du 27 Décembre, les premiers résultas ont commencé à arriver à Nairobi, centre de proclamation des résultats. La commission électorale nationale (ECK) était basée à Nairobi et comprenait Neuf membres dont le président Mr. Kivuitu (de la tribu du président sortant). Kivuitu fut depuis 1992, 1997, 2002, 2007 président de la commission électorale nationale et jouit d´une bonne réputation.

Toute la nuit du 27 Décembre 2007, toute la journée du 28 et du 29 le leader de l´opposition Raila dominait largement le compte avec plus d´un million de voies. Mais brusquement dans la nuit du samedi 29 décembre 2007 tout fuit bloqué. Plus de résultas, pas de compte, rien. La tension s´augmentait avec une amertume sans précédente. Le président de la commission nationale essayait de se défendre mais avec des arguments peu convaincants et surtout énervants. C´était claire que la situation n´était plus sous contrôle car celui-ci disait qu´il n´arrivait plus à contacter ses propres superviseurs qui étaient sensés lui rapporter les résultas depuis les divers centres de vote. Quelque chose n’allait pas…

Apparemment, je dis bien apparemment, les candidats étaient déjà en possession des résultats finaux et le président sortant aurait remporté la victoire. Il ne faut pas oublier que jusqu´a présent ce dernier était en train de perdre. Sur les 270 centres de vote, 210 étaient déjà compté. Des irrégularités flagrant ont commencé à apparaître. Alors l´opposition a stoppé le contage et a demandé que les 210 bureaux de vote soient vérifiés de nouveaux. Alors toute la nuit du samedi 29 Décembre 2007 était réservée pour cette fin. Le matin du dimanche nous n´avions pas eu le compte rendu du travail effectué toute la nuit. Plutôt la commission nationale a voulu continuer avec l´annonce des résultats restants. L´opposition s´est opposé à cela, en disant qu´elle n´était pas satisfaite du travail effectué toute la nuit.

Notons que ce travail a été fait en présence des partis concernés, des observateurs internationaux et de la presse. A ce point, les esprits étaient chaux au maximum. L´effort de la commission électorale d´annoncer les derniers résultats en public n´a pas abouti. A ce point, déjà les deux majeurs partis, celui du président sortant et de l´opposition radicale, avaient proclamé chacun de son coté leurs leader comme vainqueur des élections. Ceci avant la proclamation des résultats finaux. Compte tenu de l´atmosphère tendu, la commission électorale s´enferma à huit clos et annonça le président sortant Pr. Mwai Kibaki le vainqueur des élections du 27 Décembre 2007. D ´un coup tout le pays était littéralement aux feux. Les supporters de Mr. Raila commencèrent à brûler, à casser et à tuer. La même scène se vivait dans toutes les grandes villes de pays (Eldoret, Mombassa, Kisumu...). Tout était permis aux supporters peu scrupuleux de Raila, viole, assassinat, vole, brigandage... au lendemain l´on comptait déjà 170 morts, selon le chiffre officiel.

Nos pauvres confrères, étudiants comme prêtres, qui étaient partis pour les congés de Noël se verront prisonniers dans les familles où ils étaient et dans les diverses paroisses. Heureusement aucun étudiant togolais n´avait solliciter aller en congé. Le drame était au comble. Des réfugies de partout. Des déplaces vers L´Ouganda et la Tanzanie, beaucoup de gens se sont réfugiés dans les églises qui sont, selon moi, le dernier lieu où l´on doit se rendre. Une fois dans les églises il n´y a rien. Pas de sécurité, pas de secours, l´état s´enfiche pas mal. Vous auriez appris qu’à peu près 40 personnes avaient été brûles vifs dans une église. L´histoire parait un film, mon analyse personnelle me permet de conclure que il y a une forte déviation du problème. La crise n´est plus purement politique mais un règlement de compte entre les deux tribus qui sont ennemis depuis des temps lointains.

Actuellement, la médiation proposée par l’Union Africaine a été rejetée et les deux protagonistes proposent des mesures de règlement que ni l´un ni l´autre peut accepter. Le parti au pouvoir suggère que l´opposition emprunte les procédures judiciaires tandis que l´opposition de sa part, réclame le siège présidentiel ou que des élections soient organisées dans les trois mois à suivre. A l´heure où nous contons ces faits, les taux des morts s´élève à plus de 300 sans compter les énormes pertes matérielles. Un calme relatif se vit ici, en attendant la grande marche de protestation que l´opposition tiendra ce mardi 9 janvier. La rentrée académique prévue pour ce lundi 7 a été reportée au 14 janvier.

Qu´est ce qui se passe au Kenya? Opinions personnelles…

  1. La commission indépendante électorale n´a pas su diriger le contage des votes.
  2. Les leaders politiques affichent une attitude négative et incitent à la violence.
  3. L´opposition n´a pas la volonté de céder ni de calmer ses supporters.
  4. Le président a fait montre d´une avidité sans précédente.
  5. Les supporters de l´opposition profitent de la situation pour piller et violer.
  6. Certaines tribus profitent pour régler ses comptes.
  7. Les supporters du président provoquent et humilient les supporters de l´opposition.
  8. La crise est loin de se terminer.

8- Ni les leaders ni le peuple veut écouter l´appel de la conférence épiscopale en faveur de la paix.

PRIEZ- PRIONS POUR LE KENYA !

Damien B.
Nairobi, 05 janvier 2008.

More Kenya Reports >>