Divine Word Missionaries

Peace and Justice Issues


Peace
&
Justice


Back to

Table des Matières

Members' Area

Site Map

Home


MANUEL POUR PROMOTEURS DE JUSTICE PAIX INTEGRITE DE LA CREATION

ANNEXE


A.1. L'ORDRE ECONOMIQUE MONDIAL ACTUEL

A.1.1 Le problème de la dette

Résumé par un membre du groupe de travail SEDOS (Congrégations Religieuses Missionnaires, Rome)

Le problème commença vraiment à se poser dans les années 1970, lorsque l'OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) décida d'augmenter le prix du pétrole de plus de 400% en très peu de temps. Soudain de grandes quantités d'argent disponible se sont trouvées sur le marché et les pays producteurs de pétrole ont souhaité investir cet argent dans des banques européennes et américaines pour en retirer du bénéfice. Cette grande quantité d'argent arrivée sur la scène européenne et américaine aurait déclenché une forte inflation si les banques n'avaient pas rapidement pris des dispositions. L'Afrique et l'Amérique Latine offrirent les possibilités les plus intéressantes pour investir cet argent. En conséquence, des milliards de dollars ont été déversés dans les pays "en voie de développement", à un taux d'intérêt de 6%.

Malheureusement, une bonne partie de cet argent est allée directement entre les mains de gouvernants de type dictatorial, si bien que, au lieu d'être investi dans le pays, il fut immédiatement renvoyé aux banques européennes et américaines de manière à fournir vin intérêt confortable à ces dictateurs. Une partie de cet argent a été dépensé en projets grandioses qui ont peu servi les pays bénéficiaires.

Quoi qu'il en soit, le jour des comptes est arrivé et ces pays ont dû rembourser l'argent qu'ils avaient été supposés investir dans leur pays. Alors le taux d'intérêt pour cet argent était monté à 23% et plus. Pour beaucoup de pays, leur PNB n'égalait même pas le montant des intérêts à payer en retour, si bien que les banques, comme d'autres institutions financières de prêt eurent recours au FMI (Fonds Monétaire Inter- national) pour mettre de l'ordre dans l'économie de ces pays en difficulté, pour faire en sorte que leur économie soit désormais orientée vers le paiement en retour des intérêts dus. Ainsi, l'argent qui était destiné à l'éducation, à la santé, à l'agriculture, etc... fut affecté au remboursement de la dette. Cela fut cause de situations catastrophiques dans beaucoup de pays. Beaucoup ont eu recours à la violence des armes pour essayer de récupérer quelque pouvoir et quelque considération dans le quotidien.

Le problème de la dette est devenu le grand "noeud coulant" menaçant d'étrangler les pays en voie de développement. C'est un problème qui nous concerne comme missionnaires car la plupart de nos congrégations sont impliquées dans des oeuvres médicales, éducatives et sociales dans ces pays. Notre travail est dans l'impasse si nous ne traitons pas de quelque façon ce problème de la dette ainsi que la corruption qui en découle, tant au niveau local qu'international.

John Skinnader, CSSp

A.1.2 Qu'est-ce que la Banque Mondiale?

Créée à la Conférence de Bretton Woods en 1994, la BM se compose de cinq organismes qui consentent des prêts ou garantissent des crédits aux 177 pays membres. La BM gère un portefeuille de prêt totalisant la somme de 140 milliards de US$ et en 1995 elle a prêté une somme record de 20,8 milliards de US$ à cent pays.

Qu'est-ce que le Fonds Monétaire International (FMI)?

Créé aussi lors de la Conférence de Bretton Woods, le Fonds Monétaire International fournit les états membres en argent pour résoudre des difficultés à court terme dans la balance de leurs paiements, généralement en rapport avec l'application de Programmes d'Ajustements Structurels (PAS) draconiens.

A.1.3 Qu'est-ce qu'un Programme d'Ajustement Structurel (PAS)?

Un PAS est un programme de réformes économiques basé sur les principes néo-libéraux du libre marché et de la privatisation, dans le but de stabiliser une économie en déséquilibre et de restructurer ses orientations et son fonctionnement.

Guidé par la Banque Mondiale et par le Fonds Monétaire International, un pays soumis à un PAS doit mettre en application une politique de réformes spécifiques et atteindre des objectifs précis s'il veut pouvoir bénéficier de prêts ultérieurs. Cela veut dire ceci:

  • Stabilisation de l'économie au moyen de dispositions monétaires et budgétaires à court terme qui visent à réduire les difficultés financières en abaissant les taux d'inflation et en réduisant les énormes déficits budgétaires.
    1. Sur le plan de la monnaie:
      1. Dévaluation de la monnaie (encourager les exportations et décourager les importations)
      2. Accroissement des taux d'intérêt (encourager l'épargne)
      3. Réduction des taux d'intérêt (ralentir l'inflation)
    2. Sur le plan du budget:
      1. Moins de services publics (budget réduit, contributions demandées pour la santé, pour l'éducation)
      2. Réduction de l'emploi (accroissement de l'efficacité)
      3. Privatisation des sociétés nationalisées (pour développer la productivité)
  • Restructuration de l'économie sur la base d'un marché à long terme et d'arrangements commerciaux qui visent à rendre l'économie plus efficace au moyen des opérations de marché, de la privatisation et de la libéralisation.
    1. Sur le plan du marché:
      1. Laisser les prix libres (ce qui stimulera le marché)
      2. Réduire les salaires (ce qui limitera la montée incontrôlée des salaires)
      3. Diminuer les subventions (ce qui réduira les dépenses liées à la consommation)
    2. Sur le plan du commerce:
      1. Supprimer les barrières commerciales (introduction de la compétition)
      2. Promouvoir une orientation vers l'exportation (ce qui développe l'échange avec
        l'étranger)
      3. Faire appel à des investissements extérieurs (ce qui favorise la diversification et la
        compétition)

Peter Henriot SJ, Centre Jésuite pour une Réflexion Théologique,
PB 3 777A, Lusaka, Zambie, 16/09/1996

A.1.4 Profil de la dette de l'Afrique Sub-Saharienne (US$ mn)

  1980 1990 1991 1992 1993 1994 1996
Total de la Dette 84049 190260 194799 192781 197886 212416 223298
Dette/ Export % 90,9 225,7 239,4 235,6 251,9 265,7 269,8

Termes utilisés pour décrire la situation de la dette

  • Dette commerciale: due à des banques privées, comme Barklays, Chase Manhattan
  • Dette bilatérale: due à un gouvernement donateur, comme la Zambie qui la devrait au Royaume Uni
  • Dette multilatérale: due à des institutions financières internationales telles que la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International, la Banque de Développement pour l'Afrique
  • Club de Londres: organisation parmi les banques commerciales
  • Club de Paris: organisation parmi les principaux pays donateurs
  • Club de Washington: FMI et Banque Mondiale
  • Prêt commercial: taux moyens pratiqués par les banques
  • Prêt "de concession": taux d'intérêt bas avec période étalée dans le temps
  • G-7: principaux pays industrialisés: US, GB, Japon, Canada, Allemagne, Italie, France
  • G-77: groupe parmi 120 pays en voie de développement
  • G-24: groupe à l'intérieur dû G-77
  • HIPC: heavily-indebted poor countries (pays pauvres fortement endettés)
  • SILIC: severely-indebted low-income countries (pays à faible revenu fortement endettés), avec une proportion de la dette par rapport au montant exporté qui dépasse les 200% (28 sur 36 sont africains)
  • Conditionnel: soumis à des conditions fixées comme objectif à atteindre, pour garantir de continuer à pouvoir bénéficier de prêts
  • (E)SAP: (Economie) Structural Adjustment Programme (PAS(E) Programme d'Ajustement Structurel (Économique)]

Peter Henriot, SJ, Centre Jésuite pour une Réflexion Théologique
PO Box 37774, Lusaka, Zambia 16/09.1996

A.1.5 Remise de la dette (1996)

En juin 1996, les responsables du Groupe des 7 pays industrialisés - US, GB, Allemagne, France, Italie, Japon, Canada - ont approuvé le principe d'une remise globale de la dette pour les pays pauvres écrasés par le poids accablant de cette dette, y compris une réduction des dettes à l'égard de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International (FMI).

C'est encourageant de voir que les principaux pays créditeurs, de même que la Banque Mondiale et le FMI, sont tombés d'accord pour une solution au fardeau de la dette touchant les pays pauvres les plus fortement endettés. Toutefois, nous sommes préoccupés en constatant qu'on a peu avancé sur ces questions fondamentales si l'on en juge par les propositions faites par la Banque Mondiale et le FMI.

Calendrier:

Les pays écrasés sous le poids des dettes les plus lourdes ont besoin d'une remise de dette immédiate, et non pas dans trois ou six ans, comme le préconisent les propositions. Aux USA, des responsables qualifiés reconnaissent que demander trois à six ans pour que ces pays choisis commencent à entrer dans les Programmes d'Ajustement Structurel, c'est trop, et il semble bien que ce point de vue soit aussi partagé par d'autres pays membres. Mais à ce jour aucune autre proposition n'a été faite.

Une question annexe concerne la suite à donner à la remise de dettes de type "multilatéral" et "bilatéral". Primitivement, la Banque Mondiale et le FMI se disposaient à offrir une réduction de la dette "multilatérale" de la part des créditeurs bilatéraux. Les USA pratiqueraient une remise de dette en concurrence avec les créditeurs bilatéraux, suivant la ligne des institutions financières. Ce point n'a jamais été résolu.

Co-responsabilité financière

Nous pensons que les principaux créditeurs bilatéraux et multilatéraux, y compris les gouvernements en tant que tels, la Banque Mondiale, le FMI et les banques de développement régional, devraient partager le coût de la réduction de dette.
Les USA comme d'autres pays créditeurs du Club de Paris, regroupant ceux qui prêtent, pratiquent actuellement la réduction de certaines dettes bilatérales envers certains pays. Lors d'une récente réunion du G-7, les participants ont appelé tous les membres du Club de Paris à étendre cette remise de dette aux pays pauvres les plus lourdement endettés, mais sans discuter sur les modalités.

La Banque Mondiale dit être prête à contribuer pour $ 500 millions pour la première année et davantage pour les années suivantes. C'est là une proposition encourageante. S'il obtient l'accord de 85% de ses membres, le FMI est disposé à vendre 5% de ses réserves d'or, de placer le produit de cette vente - environ $ 2 milliards - et d'utiliser le revenu pour alimenter un fonds de prêt existant en faveur des pays les plus pauvres, appelé ESAF (Enhanced Sructural Adjustment Facilities / moyens revalorisés pour les ajustements structurels). Nous sommes favorables à cette perspective de vente d'or et pensons que le FMI devrait accorder des aides pour la réduction de la dette plutôt que d'accorder de nouveaux prêts. Même si le FMI dit qu'un nouveau ESAF aiderait des pays endettés à trouver des fonds pour acquitter leur dette à plus long terme et avec un taux d'intérêt plus bas, ceux-ci ont besoin d'une forte remise qui ne peut venir que par le moyen d'attributions fortes et exceptionnelles. L'Allemagne, l'Italie, la Suisse, l'Autriche et la Finlande sont parmi les principaux pays fournisseurs de fonds qui s'opposent à la vente de l'or; la plupart des membres du G-7 s'emploient à les convaincre d'avancer dans ce sens. »

Conditions

Nous souhaitons que les conditions liées à la remise de la dette n'humilient pas les pauvres, mais au contraire s'efforcent d'apporter une diminution de la pauvreté. Nous réalisons que ce n'est pas là une question simple.

Déterminer qui peut être "bénéficiaire"

Nous pensons que les créditeurs devraient étendre le "bénéfice" de cette mesure de remise de dette à vin plus grand nombre que les 8 à 20 actuellement proposés, sur les 41 pays pauvres lourdement endettés. La liste des pays "bénéficiaires" de cette remise de la dette est basée sur des estimations faites par la Banque Mondiale et le FMI concernant la croissance et la capacité de rembourser les dettes importantes. Au moins la Banque Mondiale et le FMI devraient-ils être disposés à effacer le poids écrasant de la dette lorsqu'il est dû à des circonstances externes nouvelles. Et nous comprenons que là aussi ce n'est pas une question simple.

A.1.6 Jubilé de l'An 2000: Charte (Ann Pettifor, G.B.)

  1. Libérer les pays les plus pauvres du fardeau des arriérés de dettes qu'ils ne peuvent pas payer, dus par leur gouvernement à d'autres gouvernements, à des institutions financières internationales ou à des banques commerciales.
  2. Rendre effective cette libération, avec un retour à un développement soutenu, par une exceptionnelle remise des dettes impossibles à payer pour les pays les plus pauvres d'ici à l'an 2000.
  3. Favoriser tout ce qui peut entraîner une mobilisation de l'attention publique en vue de susciter largement coopération, soutien et action au niveau international pour atteindre 1' objectif de cette charte.
  4. Favoriser une meilleure compréhension parmi les pays créditeurs du fait que la responsabilité de tels endettements élevés incombe aux créditeurs comme aux débiteurs.
  5. Corriger le fonctionnement pervers du système financier international qui veut que les pays les plus pauvres transfèrent leurs maigres ressources en surplus aux pays et aux institutions riches.
  6. Promouvoir une justice économique et sociale et favoriser les droits fondamentaux de l'homme.
  7. Promouvoir une autonomie économique.
  8. Promouvoir le maintien de la paix et de la sécurité internationale; aider à éliminer les causes de conflits et les mouvements de population qui en découlent.
  9. Faire revenir à leur destination première les ressources détournées de leur objectif par corruption.

A.1.7 Première Décennie des Nations Unies pour l'Éradication de la Pauvreté.

L'Assemblée Générale des Nations Unies a décidé en 1996 que l'objectif de la prochaine Décennie pour les Nations Unies serait l'Éradication de la Pauvreté, précisant que "l'Éradication de la pauvreté est un impératif éthique, social, politique et économique pour l'humanité".

L'ASSEMBLÉE:

  • Recommande que les causes de la pauvreté soient traitées dans le contexte de l'environnement, de la sécurité alimentaire, de la population, des migrations, de la santé, du logement, des ressources humaines, du développement, de l'eau douce et potable, des installations sanitaires, du développement rural et de l'emploi productif, et en considérant les besoins spécifiques des catégories les plus vulnérables pour que chacun(e) ait la possibilité de s'intégrer socialement et économiquement.
  • Décide que pour les années 1997 et 1998, les thèmes seront respectivement "Pauvreté, environnement et développement" et "Pauvreté, droits de l'homme et développement". Les thèmes pour les années suivantes de la Décennie feront l'objet d'une décision tous les deux ans, à compter de 1998 lors de la 53° session de l'Assemblée Générale.
  • Réaffirme aussi l'accord sur un engagement mutuel entre pays développés et pays en voie de développement comme partenaires intéressés, pour affecter respectivement en moyenne 20% du budget destiné au développement et 20% du budget national, à des programmes sociaux de base, et note avec satisfaction le consensus obtenu sur ce point à Oslo le 25 avril 1996.
  • Demande avec insistance à la Communauté Internationale de réduire autant que possible les dépenses et investissements militaires excessifs allant dans le sens de la production et de l'achat d'armes, restant en cela dans la ligne stricte des exigences de la sécurité nationale, en vue d'accroître les ressources pour un développement social et économique, particulièrement dans le sens de programmes d'éradication de la pauvreté dans les pays en voie de développement, notamment en Afrique et dans les pays où les besoins sont les plus grands.1

A.1.8 Exemple de lettre type adressée à la Banque Mondiale et au Fonds Monétaire International.

Ci-dessous un exemple de lettre faisant campagne pour l'effacement de la dette:

M. Wolfensoh,
Président,
The World Bank HQ
1818 H Street, N.W.
Washington, DC 20433
USA
M. Michel Camdessus
IMF (FMI) Managing Director
70019th Street, N.W.
Room 12-510
Washington, DC 20431
USA

Monsieur....

Nous sommes un groupe de Congrégations Religieuses/Missionnaires à être touché de près et très préoccupé par le problème de la dette qui continue à menacer d'étrangler les pays en voie de développement. Le fardeau de la dette coûte des vies humaines, du fait que les ressources vitales sont détournées de services fondamentaux de base pour payer des dettes contractées à l'étranger. Dans un pays comme l'Ouganda, qui fait de gros efforts pour se remettre sur pied après des années de guerre civile, les dépenses de santé sont d'environ $ 2,5 par habitant, alors que les dépenses liées au paiement de la dette s'élèvent à US$ 30 par habitant.

Nous nourrissions l'espoir que la Rencontre de Printemps de la Banque Mondiale et du FMI auraient été dans la ligne logique de ce que reconnaît la Banque Mondiale, à savoir qu'un certain nombre de pays à revenu faible ont des problèmes de dette graves qu'ils ne peuvent pas honorer. La banque a déclaré qu'il convenait de faire une approche concertée et globale du problème de la dette dans les pays les plus pauvres. Toutefois, comme vous le savez, les propositions avancées par la Banque Mondiale n'ont pas été acceptées lors de cette réunion. Au lieu de cela, le ESAF (Enhanced Structural Adjustment Facility) a été renforcé, ce qui veut dire en réalité que les dettes sont étalées sur une période plus longue, ce qui ne fait qu'ajouter aux malheurs des pays débiteurs.

Nous demandons avec insistance que l'Accord sur la Dette Multilatérale, déjà pris en compte par diverses ONG, soit appliqué, et que le fardeau de la dette qui écrase les pays les plus pauvres soit substantiellement réduit ou totalement enlevé en vendant des réserves d'or du FMI, en puisant dans les réserves de la Banque Mondiale et en utilisant l'intérêt perçu par le placement de cet argent. Cela nous paraît être, pour les pays en voie de développement, le seul moyen de pouvoir vraiment se développer.

Veuillez agréer


A.2 ECOLOGIE - INTEGRITE DE LA CREATION

A.2.1 L'effet de serre2

Situation normale

"L'effet de serre, dans des conditions normales, a pour résultat de garder notre planète chaude. Des gaz naturels dans l'atmosphère forment une couverture qui permet à la lumière du soleil d'atteindre la surface de la terre, tout en empêchant cette chaleur de s'échapper (un peu comme le verre dans une serre). Cette couverture de gaz maintient la chaleur prisonnière à la surface du sol et réchauffe l'atmosphère."

Situation anormale, dangereuse

Les gaz de cette serre sont:

  • Gaz carbonique (CO2): il compte pour environ 71% dans l'effet de serre. Chaque année , nous ajoutons au moins 6 milliards de tonnes de ce gaz dans l'atmosphère. Les principales sources de CO2 sont: la combustion de carburants fossiles tels que le charbon, le pétrole et le gaz naturel; la destruction des forêts qui libèrent du CO2 lorsqu'elles sont brûlées ou coupées.
  • Chlorofluorocarbones (CFC): ils sont responsables d'environ 21% du réchauffement global et contribuent à détruire la couche d'ozone de protection de la terre.
  • Méthane: 9% de l'effet de serre. En plus des humains, il est produit par les animaux, les champs de riz et les décharges.
  • Oxyde d'azote: il est responsable de 3% environ de l'effet de serre. Il est formé par des microbes, les réactions liées à des engrais chimiques et résulte aussi de la combustion du bois et de combustibles fossiles, en plus des moteurs à combustion.
  • Monoxyde de carbone, CFC et autres gaz: ils proviennent de la pollution au niveau du sol, causée par les moteurs des véhicules, les centrales thermiques, les raffineries de pétrole.

Réduction d'ozone

Que sont les gaz CFC?

"Les gaz CFC servent à de multiples usages, parce qu'ils sont peu toxiques, ininflammables, et aussi parce qu'ils ne se décomposent pas facilement... En raison de cette stabilité, ils ont une durée de vie d'environ 150 ans. Ces gaz CFC s'élèvent lentement jusqu'à environ 40 km. A ce niveau, la puissance des radiations ultraviolettes du soleil a pour effet de faire éclater le CFC, libérant un élément chimique appelé chlorine. Une fois libéré, un seul atome de chlorine détruit environ 100 000 molécules d'ozone avant de revenir se fixer sur la surface du sol des années plus tard. 3%, et peut-être même 5% de la couche globale d'ozone ont déjà été détruits par les gaz CFC"

A.2.2 Gaspillages

Ne pas jeter

Les pays développés fabriquent quelque 70 000 produits chimiques différents, dont la plupart n'ont pas été totalement testés... Se servir de ces substances de façon inconsidérée, comme s'en débarrasser après usage a pour effet de contaminer notre nourriture, l'eau, l'air, et cela menace dangereusement... l'écosystème dans lequel nous sommes.

Vitesse et gâchis

Les produits chimiques sont devenus une composante indispensable de notre vie quotidienne. Nous apprécions la commodité de produits dérivés de la chimie comme les plastiques, les détergents et les aérosols, souvent sans nous rendre compte du prix à payer. Finalement, après usage, ces produits aboutissent dans l'eau et/ou dans la terre via les décharges, les égouts ou les fosses septiques.

Retour à l'envoyeur...

Bien que les consommateurs fassent rarement le lien entre produits courants et emballages en matière plastique qu'ils achètent tous les jours, et le problème croissant de la pollution toxique, il est un fait que beaucoup de produits chimiques utilisés dans la production et l'élaboration des matières plastiques sont fortement toxiques... Sur les 20 industries chimiques classées parmi les plus "polluantes", cinq des six plus importantes fabriquent des produits courants en matière plastique.

Déchets flottants

Personne ne connaît vraiment la quantité de matière plastique qui pollue les océans. Un rapport récent... a estimé qu'environ 170 000 tonnes d'équipement de pêche divers sont perdus ou abandonnés par des pêcheurs ou des marins chaque année. Plusieurs autres milliers de tonnes proviennent d'individus isolés, de bateaux privés et d'usines.

Trop d'emballage inutile

Le problème sans cesse évoqué des choses que l'on jette est le reflet d'un style de vie qui cherche la facilité pour les achats, la rapidité en tout, la consommation sans mesure, la mise au rebut sans réfléchir... Depuis 1960, on estime que les rebuts de type emballage que l'on jette a augmenté de plus de 200%.

A.2.3 Pluies acides

Comment s'expliquent-elles?

Les oxydes de soufre et d'azote, les produits polluants divers dégagés par les centrales thermiques brûlant du charbon ou les moteurs des voitures, sont rejetés dans l'atmosphère où ils sont transformés chimiquement...avant de retomber sur terre sous forme de pluie ou de neige chargées en acidité. Cela tend à détruire la vie végétale et animale dans les cours d'eau, à détériorer les forêts et même à éroder les bâtiments.

Un argument de "haute tension"

L'anhydride sulfureux (SO2) est le principal élément composant ce que l'on appelle les pluies acides dans la plupart des régions, et les appareils électriques sont responsables pour environ 65% de l'ensemble des émissions de SO2. En conséquence, il faudrait réduire ces émissions de SO2 provenant de l'usage de l'électricité. Les économies d'électricité sont un moyen de réaliser cet objectif.

A.2.4 Disparition d'espèces

Les disparitions d'espèces s'accélèrent dans le monde. Notre planète perd en moyenne trois espèces chaque jour. On prévoit que cela pourrait passer à trois espèces à l'heure dans à peine une décennie, si bien qu'en l'an 2000, 20% des espèces de la terre pourraient être perdues pour toujours.

La presque totalité des éléphants d'Afrique aura disparu en 20 ans si on continue à tuer au rythme actuel.

A.2.5 Économies d'énergie, d'eau, protection de la nature

Économies d'énergie

  • Si l'on brûle moins de pétrole, de charbon ou de bois, il y aura moins de gaz carbonique et d'autres gaz à effet de serre rejetés dans l'atmosphère, et le réchauffement global sera ralenti.
  • Si l'on peut arriver à brûler moins de charbon dans les centrales thermiques, il y aura en conséquence moins de pluies acides, moins d'exploitation du sous-sol et moins de pollution de l'air.
  • Si nous pouvons consommer moins d'électricité, il y aura moins de déchets nucléaires, moins de filons d'uranium dangereusement exposés, moins de centrales nucléaires contaminées par les radiations, et moins de risques d'avoir de nouveaux Tchernobyl.
  • Moins d'essence brûlée entraînerait moins de fumées nocives et moins de gaz liés à l'effet de serre.
  • Moins d'extraction de pétrole entraînerait moins de perturbations dans la faune et la flore dues aux forages, moins de forages sur fonds marins, moins d'occasions de catastrophes écologiques liés aux marées noires.

Économies d'eau

Vous pourriez prendre une douche chaque jour avec l'eau économisée en ne laissant pas couler le robinet lorsque vous vous rasez ou vous lavez les dents.

Faites un rapide examen. Même si vous-même ne gaspillez pas l'eau, peut-être connaissez-vous quelqu'un qui laisse couler l'eau en se lavant les dents, en se rasant ou en faisant la vaisselle... A propos de cette économie d'eau, il ne s'agit pas seulement d'une goutte dans un seau. Un foyer peut économiser jusqu'à 100 000 litres d'eau par an en suivant ces simples consignes:

Saviez-vous par exemple que:

  • Un robinet ouvert laisse couler probablement plus d'eau que vous ne pensez (jusqu'à 10 à 15 litres à la minute).
  • Vous pouvez gaspiller jusqu'à 15 litres d'eau ou plus si vous laissez couler votre robinet en vous lavant les dents.
  • Faire la vaisselle en laissant couler le robinet peut entraîner une consommation d'environ 100 litres d'eau.
  • Si vous laissez couler l'eau en vous rasant, vous pouvez gaspiller jusqu'à 20 ou 30 litres chaque fois.
  • Si vous lavez votre voiture chez vous avec un tuyau d'arrosage, vous pouvez gaspiller jusqu'à 600 litres d'eau.

Quelques conseils simples:

En vous brossant les dents: si vous vous contentez de mouiller et de rincer votre brosse, vous avez seulement besoin de 2 litres d'eau. Vous économisez une quarantaine de litres chaque fois.

En vous rasant: si vous remplissez le lavabo, il vous faut seulement 4 à 5 litres d'eau. Vous économisez une quarantaine de litres chaque fois.

En faisant la vaisselle à la main: si vous remplissez un bac, vous utilisez environ 20 litres d'eau. Vous économisez jusqu'à 100 litres chaque fois.

En lavant votre voiture: si vous la lavez à une installation libre service, vous pouvez utiliser de 200 à 400 litres d'eau. Si vous vous servez d'une éponge avec un seau et un tuyau d'arrosage muni d'un robinet, vous le ferez avec 60 litres. Chaque fois, vous économisez plus de 300 litres.

A.2.6 Du bon usage de l'électricité

Plus nous utilisons d'électricité, plus nous entraînons d'émissions industrielles nuisibles, contribuant ainsi à aggraver des phénomènes comme l'"effet de serre" et les pluies acides. 11 existe des moyens simples d'utiliser l'électricité à bon escient ; le plus évident est de ne pas dépenser en prenant soin d'éteindre les lampes quand elles ne sont pas nécessaires. Un autre moyen, moins évident mais plus efficace consiste à choisir et à utiliser des ampoules électriques adéquates en ayant présent à l'esprit la conservation de l'énergie.

A.2.7 Faire ses courses de façon responsable

Conseils tout simples:

  • Papier ou plastique? Si vous prenez peu de choses, réfléchissez à deux fois avant de prendre un emballage. Si chaque client utilisait seulement un sac en moins par mois, nous ferions l'économie de centaines de millions de sacs chaque année.
  • Mieux, emportez avec vous un sac en tissu quand vous allez faire des achats.
  • Pour les produits d'épicerie, utilisez des sacs en corde. Ils sont faciles à porter et se plient facilement.

A.2.8 Recyclage du papier

Les journaux sont probablement le produit le plus facile à recycler, puisqu'ils traînent partout de toute façon. Les recycler est une façon simple de rentrer dans l'habitude éducative de recyclage.

Mettez-les de côté:

  • Ne jetez plus les journaux avec les ordures.
  • Rangez-les. Les magazines avec leur papier glacé et leur couverture cartonnée sont moins faciles à recycler.
  • Empilez-les. La solution pour prendre l'habitude de recycler le papier est d'avoir un lieu à la maison où vous mettez toujours les vieux journaux.

A.2.9 Recyclage du verre

  • L'énergie économisée en recyclant une bouteille en verre correspond à la quantité d'électricité pour faire fonctionner une ampoule de 60 watts pendant quatre heures.
  • Toutes les bouteilles et carafes en verre peuvent être recyclées. Mais d'autres types de verre comme les vitres des fenêtres, le pyrex ou les lampes électriques, qui sont fabriqués selon un procédé différent, ne peuvent pas être mêlés au verre ordinaire dans les containers de récupération.
  • Le verre produit par le procédé du recyclage, au lieu d'avoir recours à la matière première, réduit la pollution de l'air qui en dépend de 20% et la pollution de l'eau de 50%.
  • Jeter les bouteilles avec les ordures ordinaires consomme trois fois plus d'énergie.
  • En raison du temps nécessaire pour l'auto-dégradation du verre, la bouteille que vous jetez aujourd'hui sera probablement encore quelque part à encombrer le paysage en l'an 3000.

A.2.10 Ne jetez pas vos "canettes" métal

  • Si vous jetez une "canette" aluminium par la vitre de votre voiture, elle sera encore là quelque part dans 500 ans.
  • Si vous jetez deux "canettes" aluminium, vous gaspillez plus d'énergie que ce dont dispose quotidiennement un parmi le milliard d'êtres humains vivant dans les pays les plus pavivres.
  • Pour la seule année 1988, le recyclage des "canettes" aluminium a 'économisé plus de 11 milliards de kWh d'électricité, assez pour satisfaire les besoins électriques de New York City pendant six mois.
  • L'énergie économisée en recyclant une de ces "canettes" aluminium peut faire fonctionner un poste de télévision pendant trois heures.
  • Le recyclage de l'aluminium réduit la pollution de l'air correspondant de 95%.
  • Produire de l'aluminium par le procédé du recyclage consomme 90% moins d'énergie qu'en le produisant à partir de la matière première.

A.2.11 Aidez à protéger les forêts tropicales

Le contexte: Certains considèrent que la destruction des forêts tropicales au niveau mondial constitue la plus grave atteinte à l'équilibre écologique des temps modernes, parce que c'est quelque chose qu'ils peuvent mesurer. Les forêts tropicales, situées sur une zone étroite de part et d'autre de l'équateur en Asie, en Afrique, en Amérique Centrale et du Sud, sont en train de disparaître si rapidement que, en l'an 2000, on risque d'être réduit à constater qu'elles auront disparu à 80%.

Une forêt tropicale se définit techniquement comme une forêt située au niveau des tropiques et recevant de 4 à 8 mètres de pluie par an. De plus elle constitue un laboratoire de la nature pour toutes espèces de plantes, d'animaux et d'insectes. Les forêts tropicales du monde sont un chaînon essentiel dans la chaîne écologique de la vie qui constitue la biosphère de la planète.

Saviez-vous que?

  • Bien que les forêts tropicales couvrent seulement 2% de la surface de la terre, plus de la moitié des espèces végétales et animales du monde y vivent. Dans un échantillon représentatif de 10 km2 de forêt tropicale, on peut trouver: plus de 750 espèces d'arbres, plus de 1 500 espèces différentes de plantes à fleur, 125 mammifères différents, 400 espèces d'oiseaux, 100 reptiles, 60 espèces amphibies et un nombre incalculable d'insectes, dont 150 types de papillons. Et on reconnaît n'avoir encore étudié que 1% de ces espèces!
  • La forêt amazonienne a été détruite à 80% depuis 1980.
  • Un produit pharmaceutique sur quatre vient d'une plante des forêts tropicales. Environ 70% des plantes identifiées par l'Institut National du Cancer (USA) comme étant utiles pour le traitement du cancer se trouvent seulement dans les forêts tropicales. 1 400 plantes des forêts tropicales sont considérées comme utiles pour guérir du cancer.
  • Un tiers des forêts tropicales qui restent dans le monde se situe en Amazonie.
  • L'Amérique Latine et l'Asie du Sud-Est ont déjà perdu 40% de leurs forêts tropicales.
  • La déforestation correspond à 10 à 30% des émanations de CO2 au niveau mondial. En 1987, les feux dans les forêts tropicales (un procédé de "nettoyage") a envoyé dans l'atmosphère environ 518 millions de tonnes de carbone, ce qui correspond à peu près à 1/10 de l'ensemble de la combustion de produits fossiles dans le monde pour cette année-là.

Ce qui se passe avec les forêts tropicales

  • Les forêts tropicales du monde sont en train d'être réduites pour les raisons de "développement" suivantes: redéploiement de la population et de l'agriculture; élevage extensif de bétail; projets de centrales énergétiques grandioses tels que barrages, centrales hydroélectriques et routes liées à ces structures, exploitation du bois.
  • Le sol, au niveau des forêts tropicales, n'est pas riche; on trouve seulement une couche d'environ cinq centimètres contenant des substances nutritives. La majeure partie des substances nutritives des forêts tropicales se trouve contenue dans la végétation. Lorsqu'une forêt tropicale est transformée par exemple en pâturage pour élevage extensif du bétail, le sol est épuisé au bout de deux ans. Alors le bétail doit être transféré plus loin, laissant un désert sur son passage, derrière lui.

A.2.12 Planter un arbre

De quoi s'agit-il? Les arbres peuvent, avec le temps, absorber de grandes quantités de gaz carbonique (élément essentiel des gaz à effet de serre) de l'atmosphère. Il en résulte que planter un arbre est un moyen effectif de combattre cet effet de serre. Et c'est plus facile qu'on ne le pense.

Parlons des arbres

  • II y a 10 000 ans, avant que l'agriculture ne soit "organisée", plus de 8 milliards d'hectares sur la planète étaient couverts de forêt. Aujourd'hui, il reste à peine 5 milliards d'hectares de forêt. Entre le milieu de ce siècle et 1990, la surface du sol en forêt a été réduite d'environ 25%.
  • L'interdépendance existant entre les arbres et la vie humaine et animale ne peut être plus claire: nous avons besoin d'oxygène et nous produisons du gaz carbonique (CO2); les arbres et les autres végétaux ont besoin de CO2 et produisent de l'oxygène. Toute diminution importante en forêt affecte directement l'atmosphère de la terre pour les autres formes de vie.
  • En consommant du CO2, les arbres atténuent l'"effet de serre". Il est prouvé que chaque arbre adulte consomme, en moyenne, environ 6 kg de CO2 par an.
  • Lorsque, dans une forêt, des arbres crèvent ou sont coupés à bon escient, ils sont remplacés et il n'y a pas de perte par rapport à l'équilibre de CO2 dans l'atmosphère. Mais quand une forêt est brûlée ou détruite en trop grande partie, ce déséquilibre s'accentue, si bien que l'on peut dire que, en moyenne, les forêts perdues (en perte sèche) correspondent à environ 25% des émanations globales de CO2.
  • En fournissant de l'ombre et en apportant de la fraîcheur par évaporation, les arbres ont également vin effet sur la température locale, et les arbres des villes encore plus que les arbres de la campagne. Un ensemble boisé à proximité d'une maison, en plus de l'ombre qu'il apporte, peut rafraîchir la température de l'air ambiant de 10%, ce qui réduit les besoins en énergie locale (pour l'air conditionné par exemple) de 10 à 50%. De plus, l'énergie ainsi économisée réduit le phénomène de réchauffement global d'environ 15 fois le montant de CO2 absorbé par ces arbres.

Suggestions pratiques:

  • Cherchez à parler avec vos voisins pour voir dans quelle mesure vous pouvez vous engager dans un effort de plantation d'arbres au niveau du voisinage immédiat ou de la communauté plus large. Vous serez surpris de constater à quel point il existe une "intelligence naturelle" qui ne demande qu'à s'exprimer.
  • Ne vous contentez pas de mettre un arbre au sol et d'en rester là. Comme les autres plantes, les arbres ont besoin de soins pendant les deux premières années. Il leur faut de l'eau, un tuteur et de la matière protectrice et nourrissante (paillis, fumier)
    Résultats
  • Planter des arbres entraîne un ensemble d'effets cumulatifs: chaque arbre que vous plantez apportera des bienfaits pour les années à venir. Par exemple si - supposons – 100 000 personnes plantent chacune un arbre cette année, ces arbres absorberont encore plus de 500 tonnes de CO2 chaque année, en 2010. Mais si ces mêmes personnes plantent un arbre chaque année à partir d'aujourd'hui jusqu'en 2010, ces arbres absorberont alors plus de 10 millions de tonnes de CO2.

A.2.13 Co-voiturage pour se rendre au travail

Si vous êtes partisan de la réduction de vos kilomètres en voiture, il faut que vous preniez les choses en main. Jusqu'à présent, la meilleure solution pour cela est le co-voiturage. Vous pouvez partager un trajet en voiture, où que vous habitiez ou travailliez.

Saviez-vous que?

  • Un tiers de l'ensemble du kilométrage privé concerne le trajet pour se rendre au travail et en revenir.
  • La moyenne des personnes transportées en voiture pour cela se situe entre 1 et 3 passagers.
  • Aux USA, si chaque voyageur se rendant au travail en voiture transportait seulement une personne en plus, on économiserait plus de 3 millions de litres d'essence par jour et on éviterait que plus de 6 millions de kg de gaz carbonique polluent l'atmosphère.
    En Hollande par exemple, 80% des personnes empruntant le train se rendent à la gare à bicyclette; au Danemark, environ 30% de l'ensemble des déplacements se font à bicyclette; et au Japon on dispose aussi de parkings pour vélos dans les zones urbaines.

A.2.14 Changer son alimentation

Saviez-vous que?

  • Selon "Diet for a New America", si les Américains réduisaient leur consommation de viande de seulement 10%, les économies en graines et soja permettraient de nourrir convenablement 60 millions de personnes qui meurent de faim, sur le plan mondial, chaque année.
  • Pour produire une livre (1/2 kg) de viande de boeuf, il faut 16 livres (8 kg) de graines et de soja, 10 000 litres d'eau, et l'équivalent de 5 litres d'essence en énergie.
  • Que vous le vouliez ou non, les vaches contribuent à augmenter l'"effet de serre". Selon une estimation, les quelque 1,3 milliards de têtes de bétail dans le monde produisent environ 100 millions de tonnes de méthane, un gaz qui apporte une contribution notable à T'effet de serre", car, au niveau de chaque molécule, il emmagasine environ 25 fois plus de chaleur solaire que le CO2.
  • 110 millions d'hectares de sol aux USA ont été déboisés pour l'élevage de bétail. Au Brésil, ce sont 13 millions d'hectares (la surface de l'Autriche), et en Amérique Centrale c'est la moitié de la surface forestière qui a été convertie pour la production de viande.
  • 20 végétariens intégraux peuvent être nourris sur l'équivalent de terre nécessaire pour nourrir un consommateur de viande.
  • Faire pousser des graines, des légumes et des fruits nécessite moins de 5% de la matière première (énergie) qu'il faut pour produire de la viande.

Des réalisations à notre portée:

  • La chose la plus simple à faire - même si vous êtes un Carnivore confirmé - est de réduire la quantité de viande que vous consommez.
  • Faites de temps en temps l'expérience d'un repas végétarien... Vous serez svirpris de constater combien de produits alimentaires on peut cultiver sur une petite parcelle de terrain. De la verdure, des légumes à feuilles, des fruits et même du maïs peuvent pousser assez facilement dans la plupart de nos contextes urbains.
  • Apportez votre soutien aux marchés fermiers locaux. Les produits locaux sont nettement plus frais, meilleur marché et moins chargés de pesticides que des produits venant de loin.

A.3 PAIX ET NON-VIOLENCE

A.3.1 Suggestions pour une éducation à la paix

  1. Changements d'attitude et option déterminée en faveur de la paix. Étude à mener d'un point de vue global, faisant en sorte de connaître des faits marquants; apprécier comme il convient les différents points de vue et méditer sur les grands problèmes; laisser sa pensée s'inspirer de la paix; Karaniya Metta Sutta; être prêt(e) à donner un peu de temps pour la paix lorsque d'autres donnent leur vie dans de violents affrontements. Lutter pour sauver des vies humaines dans notre pays. Ne jamais abandonner, quoi que fasse l'adversaire, même si c'est difficile, car notre conviction est d'ordre spirituel et elle se fonde aussi sur la dignité de la vie humaine. Ne pas avoir honte d'être pour la paix. Être ouvert(e) à une juste paix; agir sans équivoque, faire entendre sa voix, faire en sorte que que ça se voit... chemises, badges!
  2. Former des groupes de paix: pour étudier des actions à mener, avec une perspective de préférence multi-religieuse, multi-ethnique, en réseaux au niveau du voisinage, du village, de la cité, du district, de la nation... Chercher le soutien de personnes respectables; si nous restons isolé(e)s notre action sera très limitée.
  3. Réunions, séminaires pour développer les arguments de sagesse; échange de points de vue; soutien mutuel. Répandre un message de paix dans tout le pays. Avoir une idée claire des solutions possibles. Être concrets(ètes), réalistes et faire des évaluations.
  4. Développer des méthodologies: jeux de rôle, théâtre, art, chant, poésie, essais, posters, tracts; compétitions oratoires. Bodhi Pujjas, prière, veillées, jeûnes. Partage, célébration de la paix, p. ex. le Vendredi Saint, sommet de la paix par le don de la vie sans violence. Islam pour la paix. Monument du Mahatma Gandhi. Martin Luther King. Paix pour le monde. Journées des Droits de l'Homme. Liturgies pour la paix. Services sociaux pour les réfugiés, les blessés, les prisonniers, les veuves et les orphelins.
  5. Agir de façon permanente pour éduquer l'opinion: considérer les diverses étapes dramatiques de notre histoire. Chaque séance de réflexion doit déboucher sur une action qui forme des artisans de paix, leur donnant expérience et fortifiant leurs convictions. Parmi les actions possibles: écrire à la presse, au Président, aux chefs de l'opposition, aux députés, aux partis politiques, aux responsables religieux locaux, aux directeurs d'écoles... La démocratie est un processus d'éducation pour nos responsables. Jusqu'à présent ils ont échoué. Faire des pétitions, du lobbying, des campagnes de signatures; lancer des slogans, des chaînes téléphoniques; prendre des engagements; organiser des marches pour la Paix.
  6. Les médias: publications, articles, registres faisant la recension des personnes, groupes, documents, dépliants, livres et autres ressources diverses engagées pour la paix; cassettes, présentations audiovisuelles, vidéos...
  7. Viser à assurer son autofinancement en partageant les dépenses et par des économies volontaires, p. ex. en arrêtant de fumer. Notre travail pour la paix ne doit pas dépendre seulement des autres.
  8. Organiser des programmes de formation pour les travailleurs de la paix, à but éducatif.
  9. Donner une dimension internationale au mouvement pour la paix: faire savoir partout que nous sommes pour la paix.
  10. Reconnaître les réalisations. Nous pouvons nous réjouir de tout ce qui a été déjà fait, notamment sur le plan du changement de mentalité. La grande majorité des gens veut la paix.

Bulletin: Justice Sociale, Sri Lanka

A.3.2 Vers une culture de paix (cpp)

Un nouveau programme de l'UNESCO pour Promouvoir la Sécurité Non-violente

Le Programme de l'UNESCO pour une Culture de Paix (cpp) est une initiative pour la construction de la paix qui se veut dynamique, destinée à contrer et à transformer la violence qui a maintenant envahi tant de sociétés. Lancé en 1993 et 1994 avec des actions de paix faisant suite aux conflits du Salvador et du Mozambique, le CPP (Culture of Peace Programme) cherche à atteindre les racines profondes des conflits par une approche large qui vise à promouvoir les Droits de l'Homme, la démocratie et le développement.

Comme dit la Constitution de l'UNESCO, "de même que les guerres ont commencé dans l'esprit humain (sic), ainsi, c'est dans l'esprit humain (sic) que les actions de défense de la paix doivent être menées."

Cela veut dire que, au lieu d'entretenir des schémas représentant des ennemis, il faut développer une compréhension mutuelle inter-culturelle; au lieu du secret, faire place à l'information basée sur la confiance; au lieu de la domination par les hommes, donner toute leur place aux femmes. La promotion d'une culture de paix demande un large éventail d'actions à tous niveaux, du local au général.

L'Éducation est le facteur-clé pour conduire à une culture de paix, et cela sur un plan général, incluant autant sa dimension formelle que sa dimension informelle à l'école comme dans la famille, comme encore à travers les mass média et toutes les autres institutions sociales.

Le Programme de l'UNESCO pour une Culture de Paix comprend:

  • Le Projet d'Écoles Associées (ASP) qui regroupe plus de 3 700 écoles et centres de formation d'enseignants dans 129 pays.
  • Des Programmes Nationaux basés sur la participation et les méthodes traditionnelles pour résoudre les problèmes. Ces programmes sont appliqués, entre autres, au Salvador, au Nicaragua, au Mozambique, au Burundi, aux Philippines et au Rwanda.
  • Utilisation de la radio locale indépendante dans l'ex-Yougoslavie, le Rwanda, la Somalie, Haïti, la Palestine, etc., là où la radio avait été utilisée pour diffuser des représentations de l'ennemi.
  • Déclaration pour une Culture de la Paix signée par les chefs militaires d'Amérique Centrale le 27 juin 1996, qui se prononcent en faveur de la démocratie, des Droits de l'Homme et d'un développement soutenu.
  • Maison pour une Culture de la Paix au Burundi, qui fonctionne comme un espace neutre où les citoyens du Burundi peuvent se rencontrer pour partager leurs idées.
  • Programmes de Démobilisation de Soldats et de formation pour en faire des promoteurs de paix; Conférence de l'UNESCO au Mozambique, en décembre 1996.

Pour plus d'information sur les projets CPP, contacter les bureaux nationaux de l'UNESCO ou encore le Quartier Général de l'UNESCO à Paris: 7 Place de Fontenoy, 75352 Paris 07 France. Tel. : (33) 1 45 68 08 77 - FAX: (33) 1 47 83 68 67 - email: cofpeace@UNESCO.org3

L'UNESCO a attribué le premier "MADANJET SINGH PRIZE" à Pro-Femmes Twese Hamwe du Rwanda, association de 32 groupes de femmes qui mènent une action permanente pour la paix et la justice dans leur pays. Le Prix "Singh" de l'UNESCO reconnaît et encourage des organisations qui agissent pour la promotion de la tolérance et de la non-violence.

"Pro-femmes" a été choisi en raison de "sa contribution exemplaire à la réhabilitation des familles et des communautés détruites par la violence organisée". Dans des conditions extrêmement difficiles, "Pro-femmes" a lancé sa Campagne d'Action pour la Paix, tout de suite après les massacres du Rwanda en avril 1994.4

A.3.3 Voeu de non-violence

Dans notre désir d'agir pour le désarmement, une étape qui nous a paru utile est la suivante: nous engager par voeu à la non-violence.

  • Ce geste implique un rejet explicite de la violence et une aspiration à l'amour sans limite.
  • II s'agit d'un voeu privé, d'un engagement personnel.
  • II n'est pas reçu par une autorité et n'entraîne pas d'obligation de type canonique.
  • Ce voeu peut être fait pour un temps déterminé, par exemple pour un an.
  • II peut être renouvelé périodiquement ou devenir un engagement pour la vie.
  • Ce voeu de non-violence est pour libérer non pour culpabiliser. Il ne signifie pas qu'on acquiert du jour au lendemain un coeur non-violent, mais que l'on avance dans cette direction de jour en jour.
  • Ce voeu de non-violence est solidement fondé dans la tradition; pendant des siècles des Chrétiens ont fait un tel voeu.

"Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu... Vous avez entendu qu'il a été dit: Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi.' Eh bien! moi je vous dis:
Aimez vos ennemis, et priez pour vos persécuteurs, afin de devenir les fils de votre Père qui est aux deux."

Mt 5, 9; 43-45

"Reconnaissant la violence qui est dans mon coeur et me confiant à la bonté et à la miséricorde de Dieu,

JE FAIS LE VOEU POUR UN AN, DE PRATIQUER LA NON-VIOLENCE DU CHRIST COMME IL NOUS L'A ENSEIGNÉ DANS LE SERMON SUR LA MONTAGNE.

En présence de Dieu Créateur et de l'Esprit qui sanctifie, je promets de témoigner par ma vie de l'amour du Christ et particulièrement:

  • de vivre la paix et d'être artisan de paix dans ma vie de tous les jours
  • d'accepter la souffrance plutôt que de l'infliger
  • de refuser de répondre à la provocation et à la violence
  • de persévérer sur la voie de la non-violence par mes paroles et mes pensées
  • de vivre consciencieusement et simplement de manière à ne porter tort à personne
  • d'oeuvrer d'une façon non-violente pour supprimer les causes de la violence en moi comme dans le monde qui m'entoure

Seigneur, je mets ma confiance en ta fidélité, et comme tu as mis en moi ce désir avec la grâce de faire cette promesse, je te demande de me donner la force de la tenir".

Pax Christi

A.3.4 Décalogue pour une spiritualité de la non-violence

  1. Apprendre à reconnaître et à respecter "le sacré" ("ce qui est de Dieu" comme disent les Quakers) en toute personne, y compris nous-mêmes, et en tout élément de la création. Les actions du non-violent aident à libérer ce "divin" obscurci ou captif chez l'adversaire.
  2. Accepter profondément d'être "ce que je suis", avec tous mes dons et ma richesse, avec toutes mes limites, mes erreurs, mes manques et mes faiblesses, et me rendre compte que Dieu m'accepte. Vivre dans la vérité de ce que je suis, sans fierté excessive, avec moins d'illusions et de fausses attentes.
  3. Reconnaître que ce que je n'apprécie pas, et peut-être même ce que je déteste chez un autre vient de ma difficulté à admettre cette même réalité en moi. Reconnaître ma propre violence et commencer à y renoncer, ce qui se produit lorsque je contrôle mes paroles, nies gestes, mes réactions.
  4. Renoncer au dualisme, à la mentalité "nous-eux" (manichéisme). Cela nous divise en "bons et méchants" et nous conduit à "diaboliser" l'adversaire. C'est la racine de la conduite autoritaire et exclusive. Une telle attitude engendre le racisme et elle est la cause des conflits et des guerres.
  5. Regarder en face la peur et la traiter avec amour, et non seulement avec courage.
  6. Comprendre et accepter que la "Création Nouvelle", la construction de la "Civilisation de l'Amour" se poursuit toujours avec les autres. Ce n'est jamais un "acte individuel". Cela demande patience et capacité de pardon.
  7. Nous considérer comme faisant partie de la création avec laquelle nous entretenons une relation d'amour, non de domination, nous rappelant que la destruction de notre planète relève d'un problème profondément spirituel, et pas simplement scientifique ou technologique. Nous faisons un tout.
  8. Être prêt(e)s à souffrir, peut-être même avec joie, si nous croyons que nous pouvons aider à libérer le "divin" chez les autres. Cela inclut l'acceptation de notre place et de notre moment dans l'histoire, avec sa dimension traumatisante et ses ambiguïtés.
  9. Être capables de célébration, de joie, lorsque la présence de Dieu a été accueillie, et lorsqu'elle ne l'a pas été, aider à la découvrir et à la reconnaître.
  10. Ne pas vouloir aller trop vite, être patient(e)s, semant des graines d'amour et de pardon dans notre coeur et autour de nous. Ce n'est que lentement, que nous grandirons dans l'amour, la compassion et la capacité de pardonner.

Rosemory Lynch, osf, Louis Vitale, ofm, Alain Richard, ofm, et Ken Katigan, Pace e Bene Center, Las Vegas, Nevada
(Revu en août 1995)

A.3.5 Décider de devenir artisan de paix

Décidez de devenir artisan de paix
Faites de vos proches des artisans de paix
Soyez un exemple de paix
Que la paix en vous rayonne
Aimez passionnément la paix sur notre belle planète.

Ne prêtez pas attention aux faiseurs de guerre,
à ceux qui entretiennent la haine ou recherchent le pouvoir.
Ne cessez pas de rêver à un monde
sans guerre et désarmé.
Ne cessez pas de penser à un monde en paix.

Appuyez sur les boutons de la paix,
chez vous,
ceux qui sont marqués: amour,
sérénité, bonheur, vérité,
bonté, amitié,
compréhension et tolérance.

Priez et remerciez Dieu pour la paix, chaque jour
Priez pour les Nations Unies
et pour tous les faiseurs de paix.
Priez pour les dirigeants des nations
qui tiennent entre leurs mains
la paix du monde.

Priez Dieu de faire en sorte que notre planète
devienne enfin et pour toujours
la Planète de la Paix.
Et chantez en union avec toute l'humanité:
"Que la paix règne sur la Terre
Et qu'elle commence avec moi".

Robert Murray


A.4. SUGGESTIONS POUR UNE ACTION AU NIVEAU DES COORDINATRICES JPIC

A.4.1 Action des coordinatrices provinciales

Perspectives, mission et objectifs des coordinatrices JPIC

Nous, coordinatrices/animatrices du réseau SSpS pour la Justice, la Paix et l'Intégrité de la Création, mandatées par notre 10° Chapitre Général, trouvant notre inspiration dans notre charisme missionnaire dont notre engagement à la cause de la JPIC fait intégralement partie, et aussi dans une spiritualité qui voit la Trinité comme modèle de relations interpersonnelles basées sur le respect pour la dignité de la personne humaine - égale et unique - nous sommes convaincues que ce qui touche à la JPIC ne relève pas seulement de la responsabilité de personnes qui seraient engagées dans un travail social, pas plus que ce ne serait quelque tâche parallèle à notre mandat missionnaire, ou encore simplement un engagement à caractère politique - mais qu'il s'agit bien d'une préoccupation fondamentale pour nous toutes au niveau individuel en tant que personnes, au niveau des communautés comme au niveau de l'ensemble de la congrégation. En conséquence, nous comprenons notre rôle de la façon suivante:

Nos perspectives

Nous voyons les soeurs de notre congrégation

  • EN CONTACT avec les réalités de la vie, tant sur un plan mondial que local
  • EN LIEN avec d'autres personnes et/ou groupes à l'intérieur comme à l'extérieur de la congrégation qui s'efforcent de travailler pour la Justice, la Paix et l'Intégrité de la Création et
  • RÉPONDANT ensemble de façon créative aux problèmes qui touchent la dignité de la personne, la libération des groupes opprimés et la promotion de la femme.
    Notre mission

Nous nous engageons à

  • Favoriser une prise de conscience chez nos soeurs et les personnes avec qui et pour qui nous travaillons, au niveau local, provincial/régional et continental, sur les réalités du monde d'aujourd'hui, et les inciter à voir la JPIC comme faisant partie intégrale de notre mission.
  • Entretenir un dialogue entre nous, avec les SVD et les autres organisations voisines afin de bâtir un réseau effectif de soutien mutuel dans l'étude, l'analyse, la réflexion et l'action.
  • Collaborer en prenant des positions concrètes et claires par rapport aux questions touchant à la Justice, à la Paix, à l'Intégrité de la Création et à la Protection de la Vie Humaine.

Nos objectifs

Nous nous engageons à

  • Former et coordonner l'équipe provinciale/régionale de JPIC.
  • Etablir des contacts avec les soeurs dans nos provinces/régions qui sont directement engagées avec les pauvres et les marginalisés, en vue de faire davantage connaître leur travail, et d'encourager et de soutenir leurs efforts.
  • Promouvoir notre propre formation sur ces questions de JPIC en élargissant nos connaissances sur la réalité d'aujourd'hui, l'enseignement social de l'Église, les documents de la congrégation sur la JPIC, les principes d'une analyse sociale, une bonne théologie en lien avec la culture continentale, nationale, provinciale/régionale, et avissi en formant un réseau de personnes et de groupes ressources à l'intérieur comme à l'extérieur de la congrégation.
  • Etablir des liens avec le réseau de communication de la Congrégation, le réseau de communication sur les questions sociales au niveau provincial ainsi que l'équipe élargie de AJSC.
  • S'engager au niveau de la province/région dans des commissions ou groupes de travail sur divers ministères comme: éducation, santé, travail pastoral/social, spiritualité, etc..
  • Être le relais pour profiter et faire profiter de l'information reçue de:
    • coordinatrices de la congrégation pour JPIC aux niveaux du généralat comme du continent;
    • personnes ou groupes qui travaillent pour la JPIC au niveau de la Province/Région,
    • particulièrement les SVD et d'autres congrégations;
    • la Conférence Nationale des Religieux/Religieuses
    • la commission Justice et Paix de la Conférence Nationale des Évêques
    • les publications sur la question qui arrivent dans le pays;
    • les publications des Nations Unies et de diverses ONG.
      Ceci comprend articles de journaux, livres, cassettes audio et vidéo dignes d'intérêt pour les diverses communautés et groupes dans la province/région.
  • Travail en étroite collaboration avec l'administration provinciale/régionale, d'autant plus que cette tâche de coordination des activités JPIC est une délégation de cette autorité. Cette collaboration se concrétisera par les moyens suivants:
    • présentation d'un plan et d'un budget annuel pour approbation et évaluation, avec rapport financier;
    • rapport régulier sur les activités entreprises;
    • rapport aux chapitres provincial/régional et/ou aux assemblées lorsque c'est demandé;
    • évaluation au terme du mandat de trois ans. (Les coordinatrices JPIC sont nommées  pour 3 ans par l'Administration provinciale/régionale. Ce mandat peut être renouvelé pour encore 3 ans).
  • Faire partie des divers programmes de formation permanente dans la province/région, lorsque c'est possible.
  • Organiser des ateliers sur des sujets relatifs à JPIC et y participer; prendre part aux assemblées continentales ou régionales pour les coordinatrices (normalement tous les 2 ans), ou, lorsque c'est possible, à des rencontres de travailleurs sociaux et de. soeurs qui vivent dans des communautés insérées.
  • Proposer aux personnes en formation, associé(e)s aussi bien que membres de nos communautés, des atelier s/séminaires sur JPIC.
  • Publier un document d'information (circulaire/bulletin...) pour permettre aux communautés d'être tenues au courant des problèmes actuels et du rapport entre ces problèmes et notre engagement missionnaire et notre spiritualité. On pourra aussi suggérer des moyens d'intégrer JPIC dans nos célébrations liturgiques.
  • • Engager la province/région à prendre une position commune sur les questions de JPIC au niveau local, national, continental ou global.
  • • Transmettre le matériel et les informations à la prochaine coordinatrice ou à l'équipe responsable.

Note: Cet ensemble perspective-mission-objectifs poursuivis nécessite une adaptation au niveau de chaque province/région selon les situations particulières.

Soeurs Missionnaires Servantes du Saint Esprit, SSpS

A.4.2 Suggestions pour une coordination au niveau général (de l'Institut)

Objectifs Généraux:

Agir pour la Justice et la Paix considérant que c'est là une partie constitutive de notre Vie Apostolique Spiritaine.

Objectifs spécifiques pour cela:

  • Aider les provinces à choisir des initiatives spécifiques concernant la justice, à conduire une recherche sur la question qui débouche sur une action, cela dans le cadre de leurs secteurs de responsabilités.
  • Pratiquer un discernement pour identifier les voix spiritaines "prophétiques" dans cette ligne de la Justice et de la Paix et les soutenir.
  • Apporter sa contribution de conseil pour les efforts de développement faits dans la ligne de la Justice et de la Paix, dans le cadre de la communauté spiritaine.

Former les Spiritains pour en faire des personnes imprégnées de Justice et de Paix:

  • Aider à formuler une compréhension de foi de la Justice et de la Paix comme partie constitutive de notre vocation spiritaine.
  • Concevoir, adapter et utiliser les outils d'analyse sociale et de réflexion de foi pour les besoins de notre congrégation en termes de justice.
  • Apporter sa contribution de conseil pour intégrer les perspectives de Justice et de Paix dans la formation initiale et permanente des Spiritains.
  • Utiliser les formes de communication existantes dans la congrégation pour informer et éduquer les Spiritains sur les questions de Justice et de Paix.

Spiritains

Le rôle du Coordinateur:

  • Favoriser la réflexion et la recherche en vue de dégager une certaine "spiritualité" qui se réfère au charisme de l'Institut et aux valeurs franciscaines de paix, de réconciliation, d'humilité, de non-violence, etc.
  • Établir un réseau de communication et d'information entre le centre et les provinces – avec une personne-contact dans chaque province - en vue de créer progressivement un élan nouveau dans ce domaine.
  • Recueillir de la documentation sur:
  • la situation vécue dans les pays où nous nous trouvons;
  • le point de vue de l'Église, les priorités définies par la Conférence épiscopale;
  • ce qui se fait au niveau des provinces.
  • Répondre de temps en temps à divers appels des provinces ou d'ailleurs, et apporter son aide et sa part de réflexion sur leur situation. Il convient que tout engagement de ce type passe par l'approbation du conseil provincial.
  • Apporter sa contribution à la formation en donnant par exemple des clés de lecture pour l'étude des encycliques sociales, des directives pour la formation à une analyse chrétienne de situations, etc. lorsque l'occasion se présente.
  • Participer de temps à autre à des rencontres sur la Justice, la Paix et l'Écologie au nom de l'Institut, comme c'est demandé.

Franciscaines Missionnaires de Marie

La Commission Internationale de l'Ordre, sur la Justice et la Paix, considère que, au niveau de chaque circonscription, il convient:

  1. qu'il y ait un délégué (animateur/promoteur) pour la Justice et la Paix.
  2. que la circonscription constitue un Fonds de Solidarité pour promouvoir la Justice et la Paix en vue de servir les besoins des plus pauvres. Il est recommandé que ce Fonds soit de l'ordre de 4 à 5% du budget en cours dans la circonscription.
  3. que la circonscription ait un programme précis pour la Justice et la Paix, et qu'il soit évalué par le Supérieur Majeur au cours de sa visite, sans négliger des secteurs tels que:
    • La formation initiale et permanente:
      • présentation systématique des sciences sociales;
      • défense des Droits de l'Homme, particulièrement les droits de la famille, les droits à l'éducation comme aussi le droit à l'objection de conscience par rapport au service militaire.
    • Examen critique du ministère pastoral pour s'assurer que nous servons toujours ceux qui sont le plus dans le besoin, particulièrement les pauvres et les exclus des services de la société.
    • Éducation:
      • enseignement de la Doctrine Sociale de l'Église;
      • option préférentielle pour les pauvres;
      • promotion de la prise de conscience et participation à des projets en faveur des pauvres.
    • Coordination avec les commissions existantes pour la Paix et la Justice sur le plan national comme régional.

Augustiniens

A.4.3 Questions proposées sur la JPIC pour les Visitatrices Générales

  1. Qui est la coordinatrice JPIC dans la province?
  2. Comment cette coordinatrice a-t-elle été choisie?
    • Quelle est son activité apostolique principale?
    • Quel est son engagement aux différents niveaux de formation dans la province/régi on?
    • Quel type de rapport a-t-elle avec les soeurs de la province?
    • Comment voit-elle son propre rôle de coordinatrice dans la province/région?
    • Quels contacts a-t-elle avec les coordinatrices du continent?
    • Quel type de contact a-t-elle avec la coordinatrice de la Maison Générale?
    • Quel type de contact a-t-elle avec l'équipe élargie du AJSC (Arnold Janssen Spirituality Centre)?
    • Quel type de contact a-t-elle avec le coordinateur SVD JPIC dans la province/région ou dans le pays?
    • Quelles sont ses attentes, quelles propositions fait-elle dans le cadre de son ministère propre et dans quelle direction vont ses espérances?
  3. Quelles sont les membres de la province/région engagées dans un apostolat ou un ministère qui peut se comprendre comme un ministère de justice et de paix?
  4. Dans quelle mesure l'Administration provinciale/régionale voit-elle la JPIC comme une partie constitutive de notre mission?
    • Que considère-t-elle comme les besoins sociaux les plus fondamentaux dans la province / région?
    • Comment fait-elle une évaluation des engagements apostoliques pris en fonction des besoins réels du pays?
    • Quelles possibilités de formation permanente et de perfectionnement propose-t-elle aux soeurs engagées dans des apostolats sociaux et à la coordinatrice JPIC?
  5. Comment les membres de la province/région voient-elles la dimension sociale de leur mission dans le pays?
    • Comment voient-elles le rôle de la coordinatrice JPIC?
    • Quel est le degré de prise de conscience des problèmes liés à la JPIC dans le pays, parmi les membres de la province/région?
  6. Au terme de la visite, comment évaluez-vous les besoins sociaux en même temps que les possibilités pour notre engagement de SSpS dans le travail pour la JPIC, voyant cela comme partie intégrale de ce qui est prioritaire dans notre mission?

Soeurs Missionnaires Servantes du Saint Esprit SSpS


A.5. SUGGESTIONS POUR CÉLÉBRATIONS LITURGIQUES

A.5.1 A partir d'une relecture des Béatitudes:

SEIGNEUR, AIDE-NOUS ...

Seigneur, aide-nous à être vraiment pauvres,
en ne cherchant pas à nous mettre en valeur,
mais en choisissant un style de vie simple.

Seigneur, aide-nous à être simples, doux et non-violents,
dans notre façon de vivre
en devenant promoteurs(trices) d'une non-violence active.

Seigneur, suscite en nous des larmes devant le mal sur la terre,
et fais que nous oeuvrions pour l'atténuer par un engagement véritable auprès de ceux qui souffrent, des opprimé(e)s dans notre pays.

Seigneur, aide-nous à être miséricordieux,
en étant animé(e)s d'une compassion active pour ceux et celles qui sont victimes de la violence et de la guerre, pour les réfugié(e)s et les déplacé(e)s.

Seigneur, aide-nous à être des artisans de paix,
en construisant des ponts et en devenant des instruments de paix, au service des personnes, des races, des religions, des cultures.

Seigneur, aide-nous à être justes,
en faisant tout ce qui est en notre pouvoir pour développer des relations équitables avec Dieu, avec toute personne humaine, et avec toute la création.

A.5.2 Prière avec les Béatitudes

BIENHEUREUX...

Bienheureux les pauvres...
non pas les sans argent,
mais ceux qui ont le coeur libre.

Bienheureux ceux qui pleurent...
non pas ceux qui pleurnichent,
mais ceux qui élèvent la voix.

Bienheureux les doux...
non pas les mièvres,
mais ceux qui sont patients et tolérants.

Bienheureux ceux qui ont faim et soif de justice...
non pas ceux qui se plaignent,
mais ceux qui luttent.

Bienheureux les miséricordieux...
non pas ceux qui oublient,
mais ceux qui pardonnent.

Bienheureux ceux qui ont le coeur pur...
non pas ceux qui prennent une allure d'anges
mais ceux dont la vie est transparente.

Bienheureux les artisans de paix...
non pas ceux qui évitent les conflits,
mais ceux qui y font face résolument.

Bienheureux les persécutés pour la justice...
non pas parce qu'ils souffrent,
mais parce qu'ils aiment.

Auteur inconnu

A.5.3 J'ai vu Satan tomber,..

L.: Désignons le mal dans notre monde, et au nom de Jésus proclamons qu'il a été vaincu. Dans un monde où l'on cache aux riches tout ce qui pourrait leur faire comprendre la vie des pauvres, affirmons notre foi dans ces paroles de Jésus:

TOUS: J'ai vu Satan tomber...

L.: Dans un monde où les contraintes liées à la dette internationale ont plus d'importance que la santé des enfants, affirmons notre foi dans ces paroles de Jésus:

TOUS: J'ai vu Satan tomber...

L.: Dans un monde où des lois et des pratiques injustes privilégient les blancs sur les autres hommes et femmes, affirmons notre foi dans ces paroles de Jésus:

TOUS: J'ai vu Satan tomber...

L.: Dans un monde où les femmes sont réduites au silence et exploitées, affirmons notre foi dans ces paroles de Jésus:

TOUS: J'ai vu Satan tomber...

L.: Dans un monde où la vie des travailleurs ordinaires est violée par la force militaire, affirmons notre foi dans ces paroles de Jésus:

TOUS: J'ai vu Satan tomber...

L. Dans un monde où la terre et ses forêts sont pillées et détruites, affirmons notre foi dans ces paroles de Jésus:

TOUS: J'ai vu Satan tomber...

Prions: Dieu qui t'es révélé à nous, nous aspirons à voir ta face et pourtant nous en avons peur; nous aspirons à briser l'emprise de la souffrance, et pourtant nous ne pouvons pas nous en défaire. Sors-nous de notre aveuglement et fais-nous contempler ta gloire, pour que nous puissions comprendre les pauvres dans leur souffrance et leur vie intérieure, et que le monde puisse être transformé en toi. Amen.

Janet Morley, Bread of Tomorrow (Le Pain de Demain)

A.5.4 Proclamation sur la Paix et la Justice

Tous

  • Je crois en Dieu, qui est amour et qui a donné la terre à tous les humains.
  • Je crois en Jésus-Christ, qui est venu nous guérir et nous libérer de toutes les formes d'oppression.
  • Je crois en l'Esprit de Dieu, qui agit en tous et par tous ceux qui sont tournés vers la vérité.
  • Je crois en la communion dans la foi, qui nous appelle à servir tous les humains.
  • Je crois en la promesse que Dieu nous a faite de détruire finalement le pouvoir du péché en chacun d'entre nous, et d'établir le royaume de justice et de paix pour toute l'humanité.

Côté A:

  • Je ne crois pas au droit des plus forts, ni en la force des armes, ni au pouvoir des forces d'oppression.

Côté B:

  • Je crois aux Droits de l'Homme, à la solidarité entre tous les humains, à la pviissance de la non- violence.

Côté A:

  • Je ne crois pas au racisme, à la puissance liée à la richesse et aux privilèges, ou à tout ordre établi qui entraîne 1' esclavage.

Côté B:

  • Je crois à l'égalité des hommes et des femmes comme êtres humains, et qu'un ordre basé sur la violence et sur l'injustice ne serait que désordre.

Côté A:

  • Je ne crois pas que la guerre et la famine soient inévitables et que la paix ne soit pas à notre portée.

Côté B:

  • Je crois à la beauté de la simplicité, à l'amour qui a les mains ouvertes, à la paix sur la terre.

Tous:

  • Je ne crois pas que la souffrance soit inutile, que la mort soit la fin et que tout ce qui défigure notre monde soit voulu par Dieu.
  • Mais j'ose croire, malgré tout, à la puissance de transformation et de transfiguration de Dieu, accomplissant la promesse qu'il nous a faite en une nouvelle terre où justice et paix fleuriront.

extrait de "With ail God's people" (Avec tout le peuple de Dieu)

A.5.5 Un credo pour aujourd'hui

  • Je célèbre l'énergie créatrice source de vie qui émane de l'Esprit de Dieu:
    • Cet Esprit s'est répandue dès l'origine sur la Terre, façonnant son développement, guidant son histoire et la renouvelant comme source intarissable de vie et d'énergie.
    • Il insuffle la vie dans notre esprit, touche notre coeur et nous fait danser à sa musique.
    • Il est à l'oeuvre à travers cultures et religions pour donner du sens à notre vie.
    • Il nous donne un esprit prophétique, nous apportant le courage de nous opposer aux puissants et de secourir les rejetés et les abandonnés.
    • Il alimente la prière et le rêve dans la profondeur de l'esprit humain engendrant aspirations, espoirs... au-delà de ce que peuvent exprimer les mots.
    • Il est à l'oeuvre et fait naître l'espoir au coeur de cette Terre dans l'attente d'une libération et d'un accomplissement au-delà de nos rêves les plus profonds.
  • Par la puissance de l'Esprit, je reconnais Jésus, l'Homme qui est venu dans la plénitude des temps, l'Emmanuel, "Dieu avec nous".
  • Je suis fortifié(e) par la part qu'il a prise dans notre voyage, notre exploration, nos joies, nos découvertes, notre souffrance, notre oppression.
  • Je suis inspiré(e) par son appel à Le suivre en choisissant d'être solidaires de ceux qui sont vulnérables et victimes.
  • Je suis transformé(e) et fortifié(e) par Lui pour devenir plus authentiquement humain(e):
    • en lisant les signes des temps
    • en discernant ma propre vocation
    • en faisant confiance à ceux qui me sont proches et en pardonnant à ceux qui me blessent
    • en dénonçant les structures d'oppression et ceux qui abusent de leur pouvoir
    • en apportant la liberté aux prisonniers et l'espoir à ceux qui sont accablés et déprimés
    • en étendant notre puissance de guérison et de promotion de la vie humaine au-delà des limites conventionnelles.
    • en acceptant la souffrance, l'hostilité, le rejet.
  • Je suis invité(e) par Lui à transformer le côté négatif de la mort en cette espérance qui va au-delà des espoirs humains.
  • Je me réjouis qu'il ait dévoilé le mal dont des victimes innocentes sont les souffre-douleur.
  • Je contemple le Serviteur Souffrant qui triomphe de l'emprise du mal par la force de son amour répandu dans nos coeurs et dans le monde.
  • Je célèbre Celui qui a traversé la mort pour nous apporter l'espérance en passant par l'expérience de la transformation de la vie, pour nous et pour le Monde.
  • En union avec Jésus et par la puissance de son Esprit, je crois en Celui que Jésus a appelé "Abba", son Dieu devenu notre Dieu.
  • Je me réjouis de faire partie de la communauté des Chrétiens croyants, en communion avec tous ceux qui sont touchés par l'Esprit, et qui sont appelés à entrer en communion avec le Dieu vivant.
  • Je place tous mes espoirs et m'engage dans la grande communauté humaine, respectant toute la richesse et la diversité des cultures, des races, des genres, des talents comme aussi des limites de chacun(e).
  • Je me considère personnellement comme faisant partie de la large communauté des cultures, et comme une parcelle unique dans l'univers physique, ce cosmos auquel je reconnais une dimension spirituelle, apportée par l'énergie créatrice.
  • J'aspire à un épanouissement tant personnel que communautaire et universel, que je vois comme un don gratuit de Dieu, un partage de sa vie divine au-delà de tout ce que je pourrais demander ou imaginer.

Extrait de "Énergie Divine" de Donal Don

A.5.6 Le "Notre Père" de la Paix

NOTRE, pour chacun d'entre nous, tous ces millions de personnes qui habitent sur cette terre, de tout âge, de toute couleur, de tout lieu.

PÈRE, qui regarde chaque personne comme égale.

QUI ES AUX CIEUX, et sur terre et en chaque personne, dans les petits et dans ceux qui souffrent.

QUE TON NOM SOIT SANCTIFIÉ dans les coeurs pacifiés des hommes et des femmes, des enfants et des personnes âgées, en tout lieu.

QUE TON RÈGNE VIENNE, le règne de paix, d'amour, de justice, de vérité et de liberté.

QUE TA VOLONTÉ SOIT FAITE en tout temps et parmi les nations et les peuples; au ciel comme sur terre. Puissent tes plans de paix ne pas être détruits par les violents, les tyrans.

DONNE-NOUS AUJOURD'HUI NOTRE PAIN QUOTIDIEN: puisse-t-il être pétri de PAIX, d'amour, et éloigne de nous le pain de la discorde et de la haine qui entretient jalousie et division.

DONNE-LE-NOUS AUJOURD'HUI, car demain ce sera peut-être trop tard. On prépare des missiles et peut-être l'un ou l'autre atteindra sa cible.

PARDONNE-NOUS, non pas comme nous le faisons habituellement, mais comme tu pardonnes, sans ressentiment, sans rancune cachée.

NE NOUS SOUMETS PAS A LA TENTATION de regarder les autres avec méfiance, d'oublier nos frères et soeurs dans le besoin, d'accumuler pour nous ce qui revient aussi aux autres, de vivre confortablement aux dépens d'autrui.

DÉLIVRE-NOUS DU MAL qui nous menace, de l'égoïsme des puissants, de la mort causée par la guerre et les armes; car nous sommes une multitude, Père, à vouloir vivre en PAIX et à vouloir bâtir la PAIX pour tous. AMEN.

A.5.7 Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix

Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix

Là où se trouve la haine, que je sème l'amour,
Là où se trouve l'offense, que je sème le pardon,
Là où se trouve le doute, que je sème la foi,
Là où se trouve le désespoir, que je sème l'espérance,
Là où se trouvent les ténèbres, que je sème la lumière,
Là où se trouve la tristesse, que je sème la joie.

Fais que je ne cherche pas tant
A être consolé qu'à consoler,
A être compris qu'à comprendre,
A être aimé qu'à aimer,

Car c'est en donnant qu'on reçoit,
C'est en pardonnant qu'on est pardonnes,
et c'est en mourant qu'on naît à l'éternelle vie.

Sf. François d'Assise


A.6. DAYS TO REMEMBER : FOR PRAYER AND ACTION

  • January
    • 1st World Peace Day
    • 12th National Youth Day
    • 27th Anti-Leprosy Day
    • 30th Non-violence (Martyrs Day)
  • February
    • 11th International Day for the Sick
  • March
    • 8th International Women’s Day
    • 12th World Day for the Disabled
    • 15th World Consumers Day
    • 21st International Day for the Elimination of Racial Discrimination
    • 22nd World Day for Water
  • April
    • 4th Anti-Child Prostitution Day
    • 6th Chernobyl Day
    • 7th World Health Day
    • 22nd Earth Day
    • 24th World Children’s Day
    • 27th No-Golf Day
  • May
    • 1st Workers Day/ Labour Day
    • 3rd World Press Freedom Day
    • 11th World Day of Social Communication
    • 15th International Day of the Family
    • 17th World Telecommunication Day
    • 21st World Forest Day
    • 31st World No-Tobacco Day
  • June
    • 5th World Environment Day
    • 17th World Day to Combat Desertification and Drought
    • 20th Refugee Day
    • 21st New year Andino
    • 26th Anti-Drug Day
  • July
    • 11th World Population Day
    • First Saturday : International Day of Cooperatives
  • August
    • 6th Hiroshima Day
    • 9th Nagasaki Day
    • 9th International Day of the World’s Indigenous People
  • September
    • 8th International Literacy Day
    • 11th World brotherhood Day
    • 16th International Day for the Preservation of the Ozone Layer
    • Third Tuesday : International Day of Peace
    • 27th World Tourism Day
  • October
    • 1st International Day of Older Persons
    • 3rd World Habitat Day
    • 9th World Post Day
    • Second Wednesday : International Day for Natural Disaster Reduction
    • 16th World Food Day
    • 17th International Day for the Eradication of Poverty
    • 24th United Nations Day
    • 24th World Development Information Day
    • 24-30th Disarmament Week
  • November
    • 3rd Justice Day
    • 20th Africa Industrialization Day
    • 20th Universal Children’s Day
    • 25th Against Exploitation Woman’s Day
    • 29th International Day of Solidarity with the Palestinian People
  • December
    • 1st World AIDS Day
    • 2nd International Day of the Abolition of Slavery
    • 3rd International Day of Disabled Persons
    • 3rd Bhopal Day
    • 5th International Volunteer Day for Economic and Social Development
    • 10th Human Rights Day
    • 29th International Day for Biological Diversity

1 Assemblée Générale des NATIONS UNIES, 51° session, A/C.2/51/L51, 29 novembre 1996

2 Extraits de "50 choses simples que vous pouvez faire pour sauver la terre", publié par le Groupe'"Earth Works", (Earthworks : Berkeley, Californie, 1989)

3 FRANCISCANS INTERNATIONAL, Organisation Non Gouvernementale (ONG) aux Nations Unies. Quarterly Newsletter, Vol. VIII. N° 1, Janvier 1997.

4 ibid.