Divine Word Missionaries

Peace and Justice Issues


Peace
&
Justice


Back to

Table des Matières

Members' Area

Site Map

Home


MANUEL POUR PROMOTEURS DE JUSTICE PAIX INTEGRITE DE LA CREATION

SECTION V
IMAGE RENOUVELEE DE LA MISSION

5.1. IMAGE RENOUVELÉE DE LA MISSION

5.1.1 Distinction entre Mission et Missions

  • Le terme "Mission" signifie mission de Dieu, annonçant la Bonne Nouvelle que Dieu est un Dieu-pour-tous.
  • Quand on parle de "Missions", on se réfère généralement aux entreprises missionnaires de l'Église, à des formes particulières d'engagement selon les temps, les lieux, les besoins spécifiques, participant ainsi à la mission de Dieu.
  • La mission est le "oui" de Dieu au monde: la mission est "la participation à l'existence de Dieu dans le monde", c'est à dire que, dans le contexte d'aujourd'hui, l'engagement missionnaire de l'Église se fait en prenant en compte les réalités de l'injustice, de l'oppression, de la pauvreté, de la discrimination et de la violence.
  • La mission est aussi le "non" de Dieu au monde : exprimant dans notre combat notre opposition à ce que nous n'acceptons pas et notre engagement avec le monde.
  • La mission dans la perspective du Royaume de Dieu veut dire "mettre debout les pauvres, les laissés pour compte, les méprisés comme des personnes qui ont retrouvé leur pleine humanité devant Dieu et devant les autres."

L'ensemble de l'univers va vers le point Oméga, qui est la plénitude de l'évolution. L'univers n'est pas terminé. La création de Dieu est encore en cours de réalisation. (Teilhard de Chardin)

Tout ce que nous avons dit dans ce manuel jusqu'à présent est un appel à comprendre la Mission de façon renouvelée. En fait, il y a eu une évolution de la mission selon l'enseignement de l'Église depuis Vatican II. Les Chrétiens engagés, et particulièrement les congrégations religieuses, ont toujours répondu à de nouveaux appels pour la Mission.

Lors du troisième Synode en 1971, un nouveau et important développement s'est fait jour dans la compréhension qu'a l'Église de sa mission. Le rapport étroit entre la proclamation de l'Évangile et la condition humaine est apparu assez clairement pour éliminer toute ambiguïté du passé. L'action en faveur de la justice et la participation à la transformation du monde nous apparaissent comme une dimension constitutive de la prédication de l'Évangile.

Avant le Synode, la Conférence Épiscopale d'Amérique Latine (CELAM) s'était réunie à Medellin (1968) en vue de développer et d'appliquer les conclusions de Vatican II à leur propre contexte. Cette rencontre de CELAM apporta une contribution déterminante au nouveau programme de Justice et Paix, et cela non seulement pour l'Amérique Latine mais pour l'ensemble de l'Église.

Medellin apporta une approche nouvelle, un langage nouveau et une option nouvelle pour exprimer la justice sociale. L'approche nouvelle consistait à partir de situations concrètes; le langage nouveau a introduit des mots comme injustice structurelle, violence institutionnelle, marginalisation, libération, conscientisation, participation; la perspective nouvelle - qui allait être intégrée de façon particulière dans le courant nouveau touchant les instituts religieux missionnaires - était d'être solidaires des pauvres, avec une préférence effective pour les plus pauvres... cherchant à construire la véritable paix en aidant les opprimés à prendre conscience de leur situation, à s'organiser et à devenir agents de leur propre libération.2

5.1.1.1 Solidarité

"Solidarité" est devenu le nouveau mot pour la Mission Chrétienne d'amour et de justice. Albert Nolan, Dominicain d'Afrique du Sud, nous donne une façon de comprendre la solidarité dans son article sur la "Spiritualité de la Pauvreté". Il développe la façon dont on grandit dans cette spiritualité en passant par des étapes identifiables. S'il les présente selon un ordre chronologique, en fait, les caractéristiques de cette spiritualité de la pauvreté ne se manifestent pas dans un tel ordre. Ce développement commence par une étape fondamentale faite de prise de conscience et d'engagement que Nolan appelle la compassion. Nous avons tous tendance à avoir un sentiment de compassion pour les pauvres: nous donnons de l'argent lorsqu'on nous le demande, nous soutenons diverses campagnes. Ces sentiments de sympathie sont authentiques et nous cherchons des moyens d'aider autant que possible. Ceux qui ont le plus cherché à aider découvrent très souvent que leurs efforts sont peu récompensés. Les pauvres continuent à être pauvres et le sont même davantage. Les gens sont scandalisés par les obstacles rencontrés sur le chemin, par la corruption et l'indifférence qu'ils rencontrent lorsqu'ils essayent d'aider. Ceci les conduit à l'étape de la colère, de la révolte qui éclate en eux et qui leur fait dire que quelque chose ne va pas. Certains s'arrêtent à ce stade. D'autres prennent les armes. D'autres vont plus à fond dans la réflexion sur leurs propres ressources et en viennent à une disposition d'humilité. A ce stade ils prennent conscience que ce n'est pas eux qui vont sauver les pauvres. Les pauvres révèlent qu'ils ont leurs propres ressources et leurs propres dons. Si tel n'était pas le cas, comment auraient-ils pu survivre si longtemps? Les pauvres se sauveront eux-mêmes et ils sauveront le monde avec eux. C'est ainsi que la personne commence à reconnaître que la vérité, la beauté, la sagesse, les vertus de l'Évangile sont du côté des pauvres et que leur cause est la grande cause de l'humanité. "La pierre rejetée par les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire". A ce stade, celui de la solidarité, on décide de s'établir avec les pauvres, de vivre de leur sagesse et de soutenir leur cause.

5.1.1.1.1 Extrait d'un document capitulaire:

La solidarité est au coeur de notre charisme.

Nous voyons que l'injustice grandit, créant de nouvelles formes d'exploitation et de marginalisation, que les causes de la pauvreté deviennent de plus en plus complexes et que ses conséquences sont de plus en plus destructrices.

Devant un tel défi qui va se développant, en ce moment de l'histoire de la Société et dans la ligne des orientations des derniers Chapitres, nous sommes convaincues que la solidarité avec les pauvres reste notre réponse à l'injustice dans le monde. Cette solidarité demande de notre part non seulement intérêt et présence, mais surtout engagement et action.

Nous vivons cette solidarité avec toute la force et les capacités que nous donne notre particularité internationale et multiculturelle.

Vivre cette solidarité nous demande de travailler pour la justice et pour la paix. Ce travail, avec la perspective de transformer les structures injustes, nous encourage à:

  1. nous aider les unes les autres à dépasser les attitudes simplistes concernant l'injustice, basées sur un sentiment et une attitude de défensive ou de peur;
  2. promouvoir chez les jeunes le sens de la responsabilité pour construire un monde plus juste;
  3. faire connaître ce qui se fait d'important et de significatif dans les divers pays où nous sommes à l'oeuvre, et qui renforce la solidarité, la justice et la paix;
  4. prendre en considération le fait que, dans notre travail pour les pauvres, chaque action positive comme chaque renoncement à agir ont un sens et des conséquences politiques;
  5. chercher des éléments de réponse dans une réflexion et des analyses sérieuses et soutenues sur la question, non seulement chez nous, mais aussi chez les pauvres eux-mêmes; Une telle solidarité requiert ouverture, expérience, discernement et formation continue dans la ligne de nos choix fondamentaux.

Un tel engagement nous conduira à diverses démarches aux niveaux local, provincial et international. Avec humilité et courage, ensemble, nous avançons sur le même chemin.

Soeurs du Sacre Coeur

5.1.1.2 Collaboration avec les laïcs

Un des plus grands défis pour les religieux/religieuses aujourd'hui touche au secteur de la qualité de leurs relations appropriées avec les LAÏCS. Malgré tous les efforts faits depuis Vatican II, des religieux/ religieuses ont encore des difficultés à travailler en partenariat avec les laïcs, à les traiter d'égal à égal. Et pourtant, cela est aussi urgent et important que promouvoir un partenariat entre femmes et hommes.

Certains religieux/religieuses ont des expériences positives à partager:

  • "Avant de confier un hôpital à une direction laïque, nous avons travaillé sur la base d'une 'philosophie du fonctionnement' basée sur notre charisme franciscain pour la Justice et la Paix. Les laïcs ont la responsabilité de l'hôpital depuis plusieurs années, et nous sommes totalement satisfaits de leurs critères de valeurs éthiques."
  • "Nous avons mis sur pied un programme spécial prévoyant de partager notre charisme avec les laïcs dans toutes nos Institutions Éducatives. La coopération et la collaboration sont excellentes. Nous passons progressivement les responsabilités administratives aux laïcs."

Voici quelques commentaires négatifs que l'on entend souvent quand un tel sujet est aborde:

  • "L'expérience montre que quand les laïcs ont pris le relais, par exemple dans nos institutions (écoles, hôpitaux, etc.), il y a eu beaucoup de plaintes dues à des questions de corruption."
  • "Nos hôpitavix connaissent de graves problèmes moraux depuis qu'ils ont été passés à des laïcs; les valeurs éthiques ont cessé d'être prioritaires..."

De tels commentaires doivent nous aider à réfléchir sur des points comme ceux-ci:

  • Quelle a été la qualité de l'éducation dans nos Institutions?
  • Dans quel but avons-nous "formé" les gens? la compétition?, la célébrité?, l'élitisme?, le consumérisme? ou bien l'honnêteté? la responsabilité?, les valeurs de l'Évangile?, la Justice?
  • Quel a été le contenu de notre éducation religieuse et catéchétique ?
  • Comment avons-nous préparé les gens à prendre nos institutions et nos activités?
  • Avons-nous tendance à considérer les "Religieux" comme des êtres "Supérieurs" aux laïcs?
  • Sommes-nous disposés à prendre des risques (avec prudence), et dans cette démarche, à "enseigner" et à "être enseignés"?
  • Considérons-nous les expériences négatives comme des "obstacles pour la vie" ou comme des "obstacles à surmonter"?

Pour poursuivre la réflexion et la discussion

Comment pouvons-nous, en tant que religieux/religieuses, contribuer à faire naître une nouvelle structure dans l'Église qui encourage l'égalité et la justice sur des questions comme le rôle des laïcs dans l'Église, un salaire équitable pour tous les collaborateurs laïcs, etc.?

Exemple de Solidarité et Collaboration au Niveau d'une Paroisse

II y a plus de dix ans, encouragés par leur pasteur, le Père Pernice, les paroissiens de l'église du Christ Roi, à Morena (Italie) ont commencé à se préoccuper des marginalisés. A l'époque, parmi cette catégorie de gens, il y avait un groupe de jeunes familles polonaises. Les femmes ne pouvaient pas travailler, ne sachant pas à qui confier leurs enfants. Le curé de la paroisse, avec un groupe de paroissiens, acheta un bâtiment sur la paroisse et commença à y tenir un jardin d'enfants pour ces enfants "libérant" ainsi les mères pour qu'elles puissent aller travailler.

Quelque temps plus tard, ce groupe de réfugiés quitta les lieux et fut remplacé par d'autres immigrants qui n'avaient pas d'enfants. Comme le jardin d'enfants n'avait plus sa raison d'être, le bâtiment fut transformé en dispensaire avec cinq médecins et une infirmière, tous volontaires.

Le problème le plus aigu touchant les immigrants était le manque de logement décent pour les héberger. Le prêtre de la paroisse fit encore appel à ses paroissiens pour trouver une solution. A ce moment-là un petit pavillon sur la paroisse se trouva disponible et mis en location. Le prêtre de la paroisse fit la suggestion suivante à ses paroissiens: "Invitez-moi chez vous pour un café, mais au lieu de m'offrir un café, donnez-moi son équivalent en argent, c'est à dire 1000 lire." Avec l'argent ramassé, le prêtre put louer le pavillon pour les réfugiés. Grâce à la générosité des gens, la "Serre" (c'est ainsi qu'on appelle le pavillon) continue à fonctionner. Elle peut héberger dix personnes (tous des hommes), leur fournissant logement, nourriture, vêtements, etc. pendant environ trois mois tout en les aidant à trouver un emploi et un logement.

Le sous-sol de la "Serre" est utilisé comme "centre de formation" pour les immigrants (hommes et femmes), dans le but de les aider à mieux s'intégrer dans la société italienne et dans leur travail. Cette formation comprend divers degrés: assistance aux personnes âgées et aux malades en phase terminale, cours d'informatique, jardinage, classes d'Anglais, d'Italien, d'Espagnol etc. Presque tous ceux qui fréquentent ces cours trouvent du travail.

Pendant ce temps, les premiers volontaires se sont organisés en Associations de Volontaires, et sont maintenant officiellement reconnus par le gouvernement. Ils travaillent en collaboration avec CARITAS.

Le petit dispensaire s'est aussi développé. Le nombre de médecins (volontaires), est passé à trente-deux; ils sont tous spécialistes. Il y a aussi quinze infirmières. Le dispensaire est ouvert tous les jours l'après midi et diverses maladies sont traitées selon les jours. Les intervenants sont disponibles dans les domaines suivants: onze spécialités, six services de diagnostic avec équipement moderne. Chaque patient a sa carte de santé. Le service d'accueil a été informatisé. L'ensemble de l'organisation est maintenant conforme aux réglementations gouvernementales.

Et le rêve du prêtre de la paroisse ne s'arrête pas là. Il a lancé une autre association de volontaires pour aider les handicapés, tant italiens qu'émigrés. Ils s'occupent des enfants et des jeunes pendant leurs loisirs, leur proposant des activités telles que jeux et autres types de formation. Les handicapés eux-mêmes font partie du groupe de volontaires et le président de l'association est né infirme par suite d'intoxication à la Thalomide.

Il y a un an, encore à l'initiative du prêtre de la paroisse, une coopérative a été créée. Elle a pour but d'être au service des marginalisés. Au début, il y avait quinze personnes impliquées dans ce projet. Aujourd'hui, ce groupe comprend trente personnes engagées dans un projet polyvalent qui va de la culture de fraises et de champignons pour la vente à la préparation de pâtisseries.

En plus de cela, la paroisse possède un projet missionnaire "ad extra": elle s'est jumelée avec une paroisse du Nicaragua. Une fois par an, il y a un échange de visites. La paroisse du Christ Roi a déjà pris en charge la construction d'une église et d'une salle paroissiale au Nicaragua et maintenant elle est attelée à la construction d'une école et d'un dispensaire.

5.1.1.3 Collaboration avec les Organisations Non-Gouvernementales (ONG) et développement de réseaux d'information et d'action.

Nous sommes de plus en plus appelé(e)s à collaborer et à établir des réseaux de collaboration avec d'autres dans tous nos efforts de promotion de Justice-Paix-Intégrité de la Création. Comme nous l'avons vu plus haut dans ce manuel, les problèmes de JPIC sont des problèmes de dimension mondiale, et en conséquence ils demandent un effort au niveau mondial. Il est urgent de collaborer avec les ONG qui travaillent dans le même sens. Le nombre d'ONG locales ou internationales et d'autres organisations va croissant au fur et à mesure que les gens prennent davantage conscience de ce que les ONG ont beaucoup à apporter pour la construction d'une humanité nouvelle. Cela demande discernement et prudence dans le choix des groupes avec qui nous travaillons. Voici quelques exemples d'organisations non gouvernementales qui vont dans le sens souhaité et avec qui il petit être bon de collaborer.

AMNESTY INTERNATIONAL

Amnesty International est un mouvement de dimension mondiale avec des personnes qui s'engagent à défendre les Droits de l'Homme. Ses appels en faveur des victimes des violations des Droits de l'Homme sont basés sur une recherche sérieuse et sur le droit international. L'organisation est indépendante de tout pouvoir, de toute idéologie politique, de tout intérêt économique, de tout courant religieux.

Le mandat d'Amnesty International porte sur quatre directions essentielles basées sur la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme faite par les Nations Unies en 1948:

  • agir pour la libération des personnes emprisonnées pour motifs de conscience : ceux qui sont privés de liberté seulement pour des motifs liées à la conscience, politiques, religieux ou d'autres croyances, ou encore pour leur origine ethnique, leur sexe, leur couleur, leur langue, leur origine nationale ou sociale, leur naissance, leur statut économique, ou quelque autre statut et qui n'ont pas fait usage de violence ou milité pour l'usage de la violence;
  • agir en faveur de procès justes et rapides pour tous les prisonniers politiques;
  • militer pour l'abolition de la peine de mort, de la torture et des autres traitements cruels, inhumains ou dégradants, ou toute autre forme de punition pour tous les prisonniers;
  • en finir avec les exécutions sommaires et les "disparitions".

Au cours de son histoire, les campagnes d'Amnesty International se sont concentrées sur les prisonniers, mais le mouvement a cherché à répondre aux formes changeantes des violations des droits de l'homme dans le monde, et a mené une action de plus en plus forte en faveur de personnes pas nécessairement en prison. L'association dépense aussi son énergie à travailler dans les secteurs suivants:

  • contre les violations de droit par des groupes d'opposition: prises d'otage; torture et exécution de prisonniers; autres exécutions arbitraires;
  • pour les demandeurs d'asile qui encourent des risques en retournant dans un pays où ils pourront être privés de liberté pour motifs de conscience, "disparaître", ou encore être torturés ou exécutés;
  • pour les gens qui, en raison de l'expression non violente de leurs opinions, ou en raison de leur origine ethnique, de leur sexe, de la couleur de leur peau ou de leur langue, sont contraints de s'exiler de leur pays.

Amnesty International
99-119 Roseberry Avenue
London ECIR 4RE
U.K.

Tél.: 171 814 6200
Fax: 171 833 1510
E-mail: info@ai-uk.gn.apc.org
http://www.oneworld.org/amnesty/

Amnesty International

4 rue de la Pierre levée
75530 PARIS Cedex 11
FRANCE

1 rue Platière
69001 LYON
FRANCE

PAX CHRISTI INTERNATIONAL

Pax Christi est un mouvement catholique international, fondé en France au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, pour travailler à la réconciliation et à la paix.

Le principal objectif du mouvement est de contribuer à la construction d'un monde plus humain, fondé sur le respect de la vie, de la conscience individuelle, des droits de chaque être humain. Pax Christi International est une organisation non gouvernementale, reconnue et représentée auprès des Nations Unies, de l'UNESCO et du Conseil de l'Europe.

Fax Christi pense que les Chrétien(ne)s et les Églises chrétiennes doivent s'engager pour chercher de nouvelles approches dans le secteur du désarmement, de la sécurité et de la paix, et pour lier les questions de sécurité aux droits humains et au développement. En conséquence, ce mouvement s'efforce de développer dans l'Eglise catholique et parmi les Catholiques une conscience plus vive des questions liées à la justice et à la paix, et il cherche aussi à développer le dialogue et la coopération avec les autres associations et mouvements chrétiens, tout comme avec d'autres mouvements pour la paix et toute personne de bonne volonté.

Secrétariat International - Pax Christi International
Plantin en Moretuslei, 174
B-2018 Antwepen
Belgique

Tél.: 3232353640
Fax.: 32 3 235 07 48

ACAT (Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture)

Son rôle spécifique est d'alerter les chrétiens dans le monde sur le scandale de la torture et de la peine capitale. Il les incite à réagir pour aider à sauver les victimes de la torture et à créer les conditions pour éliminer de telles pratiques inhumaines. ACAT s'associe à tous ceux qui veulent bâtir un monde sans torture. Voici quelques-uns de ses appels adressés à tous les gouvernements:

  • Ratifier sans réserve:
    1. la convention contre la Torture et les autres formes de traitement ou de punition cruelles, inhumaines ou dégradantes.
    2. le second protocole optionnel à l'Accord International sur les droits civils et politiques, qui vise à l'abolition de la peine de mort.
  • Apporter sa contribution spécifique au travail de la Commission des Droits de l'Homme et la Commission pour l'Abolition de la Torture, en présentant régulièrement et lorsqu'il y a des cas particuliers, des rapports complets et objectifs,
  • Confirmer et soutenir les délégués spéciaux déjà nommés dans leur rôle, en coopérant avec eux.
  • Augmenter le financement ainsi que la fourniture d'autres ressources essentielles pour les programmes relatifs aux Droits de l'Homme des Nations Unies, particulièrement le Centre pour les Droits de l'Homme.
  • Ne pas gêner les ONG dans la réalisation de leur tâche particulière par rapport à la protection des Droits de l'Homme et encourager le groupe de travail qui prépare une Déclaration sur les Défenseurs de la Protection des Droits de l'Homme.

ACAT
27, rue de Maubeuge
75009 Paris - France
Tél.: 01 42 80 01 60
Fax.: 01 42 80 20 89

ASSOCIATION EUROPEENNE POUR UN COMMERCE EQUITABLE -
EUROPEAN FAIR TRADE ASSOCIATION (EFTA)

II existe d'autres organisations pour le commerce basées sur le principe suivant: payer les producteurs à un juste prix, pour leurs produits, dans les pays en voie de développement. De telles organisations existent maintenant depuis plusieurs décennies. De justes salaires et des conditions de travail équitables sont à la base de leur action. Ces organisations importent un certain nombre de produits (café, thé, miel, textiles, fabrications artisanales et autres objet d'usage courant) directement auprès de 500 groupes producteurs en Afrique, Asie, Amérique Latine. Ces produits sont vendus au moyen d'un réseau de quelque 2 000 groupes locaux (expositions, campagnes, catalogues pour vente sur commande), en Australie, Europe, Japon, U.S.A. On peut caractériser ce commerce alternatif par:

  • une coopération avec les pauvres et les opprimés dans les pays en voie de développement sur la base de plus de justice et de solidarité, visant à améliorer les conditions d'existence dans ces pays, principalement par la promotion de la commercialisation de produits de ces pays;
  • une diffusion de l'information accompagnant la vente, dans le but de sensibiliser les gens pour une prise de conscience plus vive des structures internationales injustes;
  • une action par l'information visant à établir des conditions commerciales plus justes entre les pays en voie de développement et les pays industrialisés;
  • une répercussion sur les structures auxquelles nous sommes lié(e)s pour développer tout ce qui peut concourir à plus de justice, à une politique de l'emploi équitable, à une habitude de rendre des comptes publiquement, à des améliorations dans les conditions de travail.

RÉSEAU FOI ET JUSTICE AFRIQUE / EUROPE
(AFRICA / EUROPE FAITH AND JUSTICE NETWORK) (AEFJN)

"Le réseau qui offre un nouveau moyen à la mission pour les relations Europe/Afrique aujourd'hui"

En janvier 1987, 38 Congrégations Religieuses Missionnaires se sont regroupées pour mettre leurs ressources en commun et élaborer une nouvelle stratégie en lien avec le nouveau visage de la Mission en Europe et en Afrique. Face à cette situation nouvelle où l'Église locale en Afrique se développe et devient plus autonome alors que le contexte missionnaire de l'Europe prend de l'âge et que des missionnaires retournent au pays, un nouveau défi se présente à nous : prendre en compte ces deux réalités et développer une nouvelle forme de solidarité et de justice dans ce nouveau contexte en Afrique. Le groupe AEFJN (Africa / Europe Faith and Justice Network) est né de cette première rencontre et il n'a cessé de se développer comme réseau de relations entre Congrégations missionnaires en Europe et en Afrique.

Les objectifs de AEFJN sont les suivants:

  1. Rassembler et diffuser toute information utile sur les questions de Justice en Afrique et les politiques européennes concernant l'Afrique;
  2. Fournir une documentation éclairée et mener une action concrète pour influencer positivement "les décisions prises au niveau de l'Union Européenne concernant les habitants des pays africains;
  3. Susciter une prise de conscience publique et coordonner une action urgente pour soutenir les demandes des membres qui sont impliqués dans des situations de crise en Afrique.

Pour réaliser de tels objectifs, un Secrétariat a été établi à Bruxelles pour entretenir un contact direct avec les décideurs politiques au niveau européen. Actuellement, ce secrétariat est composé de deux membres d'instituts religieux.

Pour soutenir l'action de ce Secrétariat et créer un réseau où les religieux puissent joindre leur voix dans le but d'arriver à des relations plus équitables entre l'Europe et l'Afrique, des antennes ont été établies dans divers pays d'Europe et d'Afrique. L'objectif de leurs membres est de partager des informations sur la réalité économique, politique et sociale en Afrique aujourd'hui et d'utiliser leur influence, à la lumière de la foi, pour convaincre les responsables politiques locaux sur ce qu'ils pensent être la meilleure stratégie pour un développement humain véritable et authentique sur le continent africain.

Aux U.S.A. il existe aussi un tel Réseau Foi et Justice avec des préoccupations et une perspective semblables.

AEFJN Secrétariat
174, rue Joseph II,
1000 BRUXELLES
BELGIQUE

FAX: 3222311413
e-mail: aefjn@innet.be

AFJN Secrétariat
P.O. Box 29378
Washington, D.C. 20017
U.S.A.

Fax: 202 832 90 51
e-mail: afjn@igc.apc.org

L'exemple que nous donnons ci-dessous montre les nombreux avantages liés à cette collaboration:

Collaboration entre Espagne - France - Canada:

En janvier 1995, une Zaïroise réfugiée au Canada, qui vivait dans un foyer pour demandeurs d'asile, demanda à Mary Power, religieuse canadienne RSCJ si elle pouvait l'aider à retrouver son mari et ses filles. Tout ce qu'elle savait était qu'ils se trouvaient à Valencia en Espagne. Mary contacta nos soeurs à Valencia qui réussirent à retrouver sa famille qui vivait dans des conditions épouvantables et sans papiers. La famille accepta la proposition de venir vivre avec la communauté en attendant que les permis de séjour soient demandés et finalement obtenus après beaucoup de difficultés. Des mois passèrent, les deux filles allèrent à notre école et par l'intermédiaire d'un ami (ancien élève de l'école), la famille put louer une maison avec l'aide des différentes communautés de la province.

Après un an, alors que nous nous efforcions d'obtenir la permission d'entrer au Canada, il nous fut répondu que cette démarche devait être faite par l'Ambassade du Canada à Paris. Nous avons alors demandé à notre communauté de Paris de prendre contact avec l'Ambassade du Canada. Bien que la réception y fût loin d'être chaleureuse, soudain tout arriva comme nous le souhaitions. La Croix Rouge de Valencia reçut un avis précisant que la demande de la famille serait considérée s'ils prenaient à leur charge les billets d'avion, et ainsi de suite...

Le 22 mars 1996, nous avons dit au revoir à nos amis qui étaient devenus maintenant plus que des amis, faisant partie de notre famille. Tout cela a été rendu possible grâce aux relations entretenues entre les communautés de France, d'Espagne et du Canada.

Société du Sacré Coeur

Se décider pour un Réseau

Décide-toi pour un réseau

Profite de chaque lettre que tu écris

De chaque conversation que tu as

De chaque réunion où tu vas

Pour exprimer tes convictions fondamentales et tes rêves.

Affirme devant les autres

la vision du monde que tu désires

Établis des réseaux par la pensée!

des réseaux par l'action!

des réseaux par l'amour!

par l'esprit!

Tu es le centre d'un réseau

Tu es le centre du monde

Tu es source de vie et de bonté,

libre, immensément puissant(e).

Soutiens-le

Répands-le Rayonne-le

Penses-y jour et nuit!

Et tu verras s'accomplir un miracle:

la grandeur de ta propre vie.

Nous vivons dans un monde où les pouvoirs

les médias, les monopoles sont puissants.

Pour plus de

cinq milliards de personnes

Créer des réseaux est la nouvelle liberté,

la nouvelle démocratie,

une forme nouvelle de bonheur.

 

Robert Muller

5.1.1.4 Exemples concrets d'engagement pour la mission de JPIC

5.1.1.4.1 Internet - Une voix pour les sans voix!

Au cours des cinq dernières années, le P. John Kilcrann, travaillant au Brésil, a rendu un service exceptionnel aux Brésiliens en utilisant le Système Internet. Chaque semaine John rassemble, dans les journaux brésiliens, toutes les informations importantes concernant la Justice et la Paix, les met en forme et les envoie, en anglais, sur le Réseau Internet, aux nombreux abonnés intéressés par ces questions qui concernent l'Amérique Latine. John traite des sujets tels que la question des terres, les cas de violation des droits de l'homme, l'écologie, les favelas (bidonvilles), les Indiens etc. Ainsi, il peut avoir un soutien international de pays de langue anglaise sur des questions de Justice et de Paix au Brésil. Voici une illustration de cette action: à un moment donné le gouvernement du Brésil décida que toutes les terres travaillées par les Indiens pouvaient être revendiquées en justice par ceux qui le voulaient. Cette disposition lourde de conséquences fut aussitôt répercutée sur le réseau Internet et il s'en suivit que le gouvernement allemand demanda au gouvernement brésilien la justification d'une telle politique alors qu'il lui avait accordé une aide financière précisément pour soutenir les Indiens sur leur propre territoire. Le Ministre des Finances du Brésil a dû se rendre en Allemagne pour essayer d'expliquer le point de vue de son gouvernement sur cette question. Un des grands avantages de l'emploi du Réseau Internet pour mettre en valeur des problèmes liés à la Justice et à la Paix, c'est qu'il n'y a pas de censure possible.

Pendant mon séjour au Brésil et au Paraguay, beaucoup de Spiritains - du Brésil et d'ailleurs - ont parlé avec admiration du travail de John Kilcrann et de cette façon extraordinaire qu'ont les provinces vieillissantes d'Europe d'aider la nouvelle province naissante du Brésil à travailler dans le sens de la-Justice et de la Paix sur un plan international.

John Skinnader, Spiritain

5.1.1.4.2 Nouvelles Réponses à de Nouveaux Appels
(exemples de réalisations)

  • Lorsque des émigrants arrivent à Las Vegas, S. Klaryta Antoszewska rencontre souvent des familles qui connaissent toutes sortes de violences. Parfois son travail consiste à orienter les personnes qui exercent la violence vers un soutien psychologique, essayant de les convaincre de cette nécessité, et faisant même les démarches pour elles. Beaucoup de nos soeurs font ce type de travail très discrètement mais avec grand soin.
  • La libre possession d'armes à feu aux USA depuis le temps des pionniers est bien connue. Et la violence des armes en est une triste conséquence pour notre société. Beaucoup d'organisations cherchent des moyens de limiter les armes à feu dans les maisons. S. Monica Asman et le Centre St. François, en lien avec les écoles primaires du secteur organisent un échange de jouets non violents contre des jouets du type armes à feu.
  • Un récent séminaire à Mt. Alverno a traité l'enseignement de Duns Scotus, ce Franciscain qui enseigna que toute la terre et tous les éléments de la création sont en relation avec Dieu. Dans un proche avenir, nos soeurs vont participer à l'animation d'une retraite sur le thème de la non-violence comme étape vers une Nouvelle Création, comme principe de guérison de l'espèce humaine, de guérison de la Terre.
  • Dans la communauté de Novo Cruzeiro, les Soeurs travaillent en solidarité avec le mouvement de lutte écologique pour récupérer la forêt naturelle qui est en train d'être détruite par le feu pour fournir des pâturages au profit d'un petit groupe de grands propriétaires terriens déjà en possession de la majeure partie des terres et dont le bétail occupe les terrains des petits fermiers.
  • Nous avons intégré des soeurs dans le Service Inter-Franciscain Justice, Paix et Écologie qui est en rapport avec les Nations Unies en tant qu'ONG. Ceci a constitué un pas décisif dans la démarche en faveur de la terre. Partant de là, nous avons réussi à organiser un Service Justice, Paix et Écologie au niveau provincial:
    • Une soeur de chaque secteur de la Province s'engage au niveau d'un des domaines tels que la santé, l'éducation, l'accueil et l'insertion auprès des personnes à faible revenus.
    • Des lettres de protestation ont été envoyées au Président du Mexique.
    • Des coopératives ont été créées pour des enfants des rues (garçons et filles) et une boulangerie communautaire à Alegre.
    • Des étudiants et des enseignants ont pris part à des manifestations publiques en faveur de la vie ou pour défendre l'écologie par des procédés divers tels que: organiser des piquets de grève, des marches, ou encore des célébrations et la formation d'enseignants selon l'éthique franciscaine...

Soeurs Franciscaines de la Pénitence et de la Charité Chrétienne

5.1.1.4.3 Plaidoyer pour la justice à l'égard de la minorité chrétienne

(Extrait d'une lettre adressée au Président du Pakistan par la Conférence des Supérieurs Majeurs)

Votre Excellence,

Nous, Commission Justice et Paix, groupe constitué de Catholiques, engagés pour les causes de la Justice, avons l'honneur de vous écrire au titre de la haute charge que vous assumez, à propos des droits les plus fondamentaux relatifs au vote pour les minorités religieuses du Pakistan. Vous n'ignorez pas que les minorités religieuses au Pakistan sont privées de ce droit humain fondamental. Diverses lois discriminatoires, y compris un système électoral particulier, affectent directement ces minorités...

Nous demandons que le droit de vote soit accordé aux minorités, selon la Constitution, pour les élections générales (207 sièges à l'Assemblée Nationale et aux Assemblées Provinciales) lors du prochain vote, le 3 février 1997.

Nous demandons que les minorités puissent immédiatement bénéficier de ce droit constitutionnel de vote pour pouvoir participer à l'élection générale prochaine comme d'authentiques citoyens du Pakistan.

Ce geste aimable de votre part ne demande aucun changement dans le système des lois électorales...

Dans certains cas, des attitudes sociales ou des groupes musulmans fanatiques s'emploient activement à semer la suspicion ou l'hostilité contre des non-musulmans. Certains faits se reproduisant quotidiennement entraînent que certaines minorités se trouvent mal à l'aise dans la société. C'est pourquoi nous avons besoin de votre soutien et nous vous prions d'examiner dans le détail les points suivants. Si vous souhaitez avoir plus de précision sur la question, nous vous prions d'arranger une rencontre pour que nous ayons la possibilité de vous parler.

LOIS BLASPHEMATOIRES

Une loi est passée dans les année 80 qui est un moyen d'exercer une discrimination parmi les citoyens du Pakistan. Des minorités religieuses, particulièrement chez les chrétiens, en sont les victimes. Les nouvelles modalités font qu'une offense au saint Coran est punissable de la prison à vie, une insulte du nom du saint Prophète est punissable de mort, et une injure faite à toute autre personne révérée dans l'Islam est punissable de trois années de prison.

Pour la première fois, des qualifications religieuses sont ajoutées au code pénal, si bien que seul un juge musulman peut instruire des causes concernant cette section de la loi.

Ces lois ont rendu les minorités encore plus vulnérables à la persécution. De nombreux cas ont été enregistrés contre des personnes appartenant à des communautés minoritaires à propos de l'une ou l'autre de ces dispositions. Certains groupes religieux à caractère politique ont souvent utilisé la loi pour attiser des passions religieuses et des préjugés en vue de conquérir le pouvoir ou de répandre la terreur. Ceci apparaît à l'évidence du fait que la plupart de ces cas ont été enregistrés par un membre de ces groupes politiques à caractère religieux.

Il faut ajouter que ce n'est pas seulement la loi qui a été utilisée pour persécuter les minorités. Des incitations flagrantes à tuer au nom de la religion, faites depuis certaines tribunes, ont coûté la vie à beaucoup d'innocents.

Ces lois injurieuses et perverses sont contraires à la Charte Internationale des Droits de l'Homme et à la Constitution dvi Pakistan.

Nous demandons le retrait total de ces lois qui donnent libre cours à tous les abus et injustices.

ÉDUCATION:

L'éducation est la base sur laquelle peut se développer une nation. Presque toutes les institutions d'éducation chrétienne se sont employées à servir les plus pauvres parmi les pauvres dans un véritable esprit missionnaire.

Depuis 1972, après la nationalisation de ces institutions, le taux d'éducation parmi les pauvres a chuté de façon très sensible. En conséquence, les problèmes sociaux ont augmenté dans notre société.

Nous demandons avec insistance que pour la transformation de notre société, toutes les institutions d'éducation chrétienne soient restituées sans conditions. C'est un droit pour chaque pauvre de recevoir une éducation.

FEMMES CHRÉTIENNES FORCÉES DE SE CONVERTIR À L'ISLAM

Nous avons vérifié que dans bien des cas, des femmes chré ennes sont kidnappées ou prises de force avant de faire l'objet de pressions pour se convertir à l'Islam. Après ce type de conversion, elles ne sont pas autorisées à retourner dans leur famille d'origine et perdent tout contact avec elle.

Dans un jugement récent à la Haute Cour de Lahore, un jug e a établi que si une chrétienne se convertit à l'Islam, son statut précédent comme mariée chrétienne est invalidé et son nouveau mariage à un musulman devient valide. Cette règle va à rencontre de la Charria même, qui reconnaît qu'on ne doit pas interférer avec les lois personnelles et familiales des minorités religieuses.

Nous voudrions attirer votre attention sur deux points:

II convient que des mesures soient prises contre les kidnappeurs et justice doit être rendue aux victimes de ces procédés. Le rôle des autorités locales et de la police (application de la loi) doit être défini clairement en vue de promouvoir la justice et le respect des êtres humains.

Il convient qu'un projet de loi soit déposé pour arrêter ce type de violation du caractère sacré du mariage chrétien.

Nous croyons en ces paroles de Martin Luther King Jr.: "L'injustice où qu'elle se produise est toujours une menace pour la justice ". Pouvons-nous créer une société libérée des injustices pour que la justice puisse régner partout?

Nous comptons sur votre coopération et votre engagement en faveur des minorités.

Que Dieu vous accorde une bonne santé et le courage nécessaire pour faire du Pakistan un pays juste.

Conférence des Supérieurs Majeurs, Pakistan

5.1.1.4.4 Retraites de Rue

Après avoir travaillé dix ans dans un Centre de Spiritualité Ignatien à Sydney, des questions troublantes ont surgi en nos coeurs. Le "mouvement spirituel" (programmes de renouveau, retraites etc.) ne semblait pas conduire à des changements dans la société. Comment être amené(e)s à passer des intentions à l'action pour la justice ? Comme réponse, un groupe de responsables entraîné(e)s (essentiellement des femmes) a mis sur pied un mouvement appelé "Retraites de Rue" en 1984. Le lieu de la retraite: les rues du centre-ville où le "Verbe fait Chair" se rencontre sous mille formes, II est écouté, fait l'objet de réflexion et de prière. Le résultat de ce type de retraites (expériences courtes et prolongées) fut positif. Nous pensons que c'est là un procédé efficace pour aller à la racine du péché social, de l'intolérance, du sexisme, du racisme et de l'oppression institutionnelle.

Dans une retraite de rue, il ne s'agit pas de se retirer de tout, mais plutôt d'aller au coeur des choses. Pour beaucoup, cela a signifié un changement radical dans leur vision du monde et dans leur façon d'entendre l'Évangile. Cela peut entraîner des changements dans le style de vie, mais pas nécessairement.

Les conséquences de ce type de retraite c'est que les relations avec Dieu sont désormais profondément marquées par le cri des pauvres qui sont si proches du coeur de Dieu. En 1996, nous avons ouvert un Centre dans le quartier difficile de Sydney connu sous le nom de King Cross pour faire en sorte que cette expérience touche davantage de monde.

Société du Sacré Coeur, Australie

5.1.1.4.5 Une Mission pour la Vie

Comprenant mieux que prendre position pour la Justice et la Paix consiste à lutter pour la plénitude de la vie pour tous, la Commission Internationale pour la Justice et pour la Paix (34 congrégations) a organisé ce qui fut appelé "Une Mission pour la Vie".

Après le soulèvement armé du 1er janvier 1994 dans le Chiapas, des agents pastoraux du diocèse de San Cristobal sont devenus les cibles d'attaques et de menaces de la part des gardes blancs/de l'armée mexicaine et des forces de sécurité.

Vingt trois personnes ont participé à la "Mission pour la Vie" pendant six jours. Nous avons formé six équipes. L'objectif était de rendre visite à ceux qui souffraient de l'oppression et vivaient dans la peur, de partager avec eux, de leur apporter un soutien moral, de dénoncer les injustices dans le pays comme à l'extérieur, de leur expliquer ce qui se passait et ce que les agents pastoraux et les peuples indigènes du Chiapas souffraient.

Ce dont nous avons témoigné et que nous avons dénoncé c'est la grande marginalisation de ces communautés indigènes qui ont à peine le minimum pour survivre. Il y a là des enfants sous alimentés. Ceux qui possèdent des terres emploient des gardes armés pour assassiner ceux qui s'opposent à leur intérêt. Il y a des accords entre ces chefs et les autorités gouvernementales pour exploiter les populations indigènes et pour leur voler leurs ressources naturelles. L'armée mexicaine est présente partout dans ces zones rurales intimidant la population avec des véhicules armés et des armes.

Nous avons pris conscience de ce que l'information donnée est tout à fait partiale et avons pu témoigner de ce qui se passait vraiment pour le peuple et faire savoir cela au monde extérieur. Nous avons vu combien les agents pastoraux, par leur présence et leur engagement dans une situation tellement complexe et totalement injuste, sont capables de semer et même de moissonner des solutions alternatives porteuses de quelque lueur d'espoir.

Société Religieuse du Sacré Coeur, Mexique

5.1.1.4.6 Femmes dans un contexte de guerre

Cela fait maintenant dix ans que les activités du groupe rebelle KONY ont commencé au Nord de l'Ouganda. Les habitants du Nord, essentiellement la tribu Acholi, ont souffert des atrocités difficiles à dire de la part de ce groupe sans principes moraux. L'année dernière, 31 étudiantes ont été enlevées pour servir de femmes aux responsables du groupe rebelle KONY. Ces étudiantes avaient entre 14 et 20 ans. Dans le secteur, plus de 200 000 personnes sont déplacées. Le nombre de victimes va croissant chaque jour. Les rebelles accomplissent des atrocités telles que arracher la langue ou couper les personnes en morceaux. Personne ne semble voir la fin de telles souffrances.

Un groupe de femmes à Gulu, ville principale, a décidé d'apporter sa contribution pour changer les choses. Vingt femmes se sont rassemblées et ont monté une association pour travailler en vue de ramener la paix dans ce secteur. Le groupe a choisi de s'appeler Ka in Kono, ce- qui veut dire "Et si c'était toi?" Ces femmes ont conscientisé un grand nombre d'autres femmes pour les persuader de les rejoindre. Entre autres activités, elles ramassent des fonds pour assister les victimes sans ressources hospitalisées ou déplacées. Ces femmes ont demandé à rencontrer le Président pour parler de paix. Au début de décembre, le Président les a rencontrées et a présidé une cérémonie les reconnaissant officiellement comme groupe qui lutte pour la paix. Ces femmes ont aussi pu parler avec certains chefs rebelles pour leur demander d'abandonner la violence et de travailler à la paix et à la réconciliation. "Quand tout cela aura échoué" dit l'une d'entre elles, "nous avirons recours à notre façon traditionnelle de protester contre la violence". La façon traditionnelle comprend le deuil, le jeûne, le refus de se laver jusqu'à ce que la paix arrive. Cela comprend aussi de ne se vêtir qu'à moitié. Le courage et l'espoir de ces femmes est remarquable et nous remplit nous-mêmes d'espérance..

Société du Sacré Coeur, Ouganda

5.1.1.4.7 Soutien des Familles, particulièrement des Femmes

Le contexte de pauvreté et de misère dans lequel nous vivons nous conduit probablement au défi le plus important que nous ayons à relever. Nous ne voulons pas encourager la mendicité et la dépendance, mais il se trouve que les gens avec lesquels nous vivons n'ont strictement rien et pas de services sociaux pour les aider. Au cours de notre assemblée régionale nous avons cherché des moyens de remédier au problème de la faim. Nous avons pensé qu'avec les dons reçus par suite d'appels adressés à nos familles et à nos amis dans le "premier monde", tout comme les appels faits aux organisations de solidarité, nous pourrions aider à nourrir des enfants souffrant de déficiences en protéines. En collaboration avec les Pères Blancs qui sont à la paroisse de Katuba et avec les laïcs, nous avons pu commencer vin programme nutritionnel. Cinq fois par semaine, après une évaluation médicale qvii détermine leurs besoins, les enfants reçoivent un repas fait de bouillie riche en protéines, ou de maïs, soya et sucre. Nous estimons que à Katuba environ 2 500 à 3 000 enfants sont ainsi servis, svir 6 000 dans la ville.

Conscients que ce programme alimentaire ne pourrait continvier indéfiniment, novis avons cherché un moyen de faire en sorte qvie les parents eux-mêmes puissent assumer vme fois de plus leur rôle de nourriciers pour leurs enfants. C'est ainsi qvie novts avons evi l'idée de SHALAMO, projet agricole où des groupes vont ensemble cultiver les champs. Le mot SHALAMO veut dire "fidélité povir l'unité". L'idée de faire quelque chose ensemble est très importante; elle assure la sécurité du nombre en même temps que la force et une garantie contre la fatigue.

Ces champs sont organisés avi niveavi paroissial et chaque famille a environ vin ha à travailler. Povir lancer l'opération, nous novis sommes appviyés svir l'aide et les ressovirces des communautés religieuses féminines et par la suite masculines. Ces grovipes ont beaucoup fait svir le plan de la réconciliation, mais la récolte fut défectueuse en raison de notre lancement tardif (il fallut longtemps povir mettre la chose svir pied), et parce que la pluie s'arrêta devix mois plus tôt qvie d'habitude. Les frviits de SHALAMO furent toutefois extraordinaires sur le plan des relations créées ovi renforcées entre les groupes ethniques, entre les congrégations religieuses qui ont vraiment travaillé ensemble, entre les congrégations religieuses et les laïcs et aussi entre les congrégations religieuses et notre Archevêque Kabanga qui a félicité publiquement les soeurs de leur initiative. Tout cela s'inscrivait dans notre effort pour développer la collaboration.

Nous avons maintenant environ 50 familles qui ont des petits jardins potagers ce qui les aide à satisfaire leurs besoins alimentaires. Nous encourageons les enseignants qui ne sont pas payés à se mettre aussi à cultiver de petits jardins potagers et nous leur donnons les semences pour commencer. Nous espérons qu'ils pourront manger du fruit de leurs mains et peut-être même vendre une partie de ce qu'ils récolteront. Dans d'avitres cas, nous encourageons des groupes de trois (ou davantage) enseignants d'ethnies différentes à travailler ensemble sur un projet, généralement quelque chose de petit, du type commerce. Nous leur attribuons un peu d'argent au départ et leur demandons qu'un pourcentage soit remboursé lorsque l'affaire entreprise est en route. Ce projet a moins de succès que les jardins potagers en raison du fort taux de l'inflation car il est très difficile dans ce domaine de réaliser des profits.

Il résulte de tout cela qu'il nous faut continuer à aider la femme africaine à devenir autonome par rapport à l'homme, à avoir confiance en elle et en ses talents. Il nous faut la soutenir dans ses efforts de libération et dans son refus d'être exploitée et manipulée par l'homme.

Nous avons rassemblé des informations et imprimé un livret sur les médecines naturelles (basées sur les plantes), qui a pour titre "Se soigner par les plantes". Certains de ces traitements sont très efficaces, en particulier celui contre la dysenterie amibienne. Nous en avons distribué plus de 15 000 exemplaires. Ce livret a sauvé beaucoup de vies en ce lieu où les gens ne peuvent pas se permettre d'acheter des médicaments vendus dans le commerce.

Nous avons des soeurs membres des commissions Justice et Paix à la fois au niveau diocésain et paroissial, et qui, à ce titre, ont participé à l'organisation de sessions et ateliers pour informer les gens sur leurs droits de citoyens, les préparer à la démocratie et aux élections. Au moment du conflit ethnique à Likasi, nous avons aidé à sensibiliser aux besoins, puis à collecter et organiser la distribution de nourriture, de vêtements et d'autres produits de base pour les deux groupes ethniques. Grâce à une campagne d'information, nous avons réussi à obliger les sociétés qui distribuent l'eau et l'électricité à afficher leurs taux, pour que les gens puissent calculer et vérifier leur note d'eau et d'électricité.

Dans notre pays, la guerre civile est une menace permanente et en conséquence, nous participons à des mouvements d'opposition non-violente pour changer le système politique. Nous travaillons avec les laïcs et organisons avec eux des sessions et ateliers pour promouvoir des attitudes et réactions non violentes. Gandhi, Aquino et Jean Goss sont des noms qui nous sont familiers. Nous prenons en charge des activités non violentes comme des prières oecuméniques pour la paix qui engagent Catholiques, Protestants et Musulmans. Nous avons écrit des lettres et rendu visite aux autorités gouvernementales et militaires pour protester contre leur politique qui incite à la violence ethnique. Nous avons accompagné des personnes arrêtées par la police, généralement pour des infractions mineures, auprès des autorités judiciaires locales pour veiller à ce qu'une véritable justice soit faite.

Société St. Ursule, Zaïre

5.1.1.4.8 Programmes d'épargne et de prêt

La fondation Ste Madeleine Sophie a un plan d'épargne et de prêt pour mères de famille dans trois secteurs de Montalban en difficulté économique. Un groupe de 5 à 7 mères qui se connaissent et se font confiance peuvent emprunter chacune jusqu'à 1 000 Pesos. Il leur est demandé de rembourser leur prêt en fractions hebdomadaires et de participer à une session de formation d'une heure par semaine. Le non respect de ces deux conditions entraîne l'interruption ou le retrait du programme de prêt et épargne. Lorsqu'elles peuvent rembourser le tout, à quoi s'ajoute un droit de membre plus une participation aux dépenses de fonctionnement, ce qui totalise 125 Pesos, elles peuvent emprunter encore 1.000 Pesos. Lily a utilisé son premier prêt pour fabriquer des bonbons et du beurre de cacahuètes. Avec le bénéfice de la vente de ces produits, elle a pu subvenir aux besoins de sa famille particulièrement lorsque son mari était sans travail. Après avoir payé tous ses prêts, Lily a emprunté encore 1.000 Pesos pour améliorer sa fabrication de beurre de cacahuètes.

Herminia Noval, RSCJ, Philippines

5.1.1.4.9 Analyse sociale avec des jeunes

Un camp avec quelque 250 jeunes remuants, entre 6 et 16 ans, ne laisse pas imaginer qu'il soit facile de pratiquer une analyse sociale. Ce n'est pas un groupe idéal pour cela. L'Institut Social de Jakarta offre trois jours de camping aux enfants des taudis du secteur où il travaille: enfants des éboueurs et des ouvriers, enfants de la rue avec qui ils sont en contact. Le "Kampore" est plus qu'un camp. Il vise à faire une analyse sociale avec une perspective éducative et d'intégration dans la société tout en donnant l'occasion d'interrompre un moment leurs tristes conditions de vie en même temps que de passer du bon temps ensemble...

Leur créativité a eu un effet positif sur leur milieu. Ils ont donné une pièce de théâtre plusieurs fois dans l'année et pour plusieurs publics. Ils ont lu une Déclaration faite par eux à des hommes de loi, puis lors d'une représentation à l'extérieur le jour de l'Indépendance, et finalement, ils l'ont "déclamée" lors de la présentation d'un prestigieux Prix des Droits de l'Homme à l'Institut Social. Probablement que l'effet le plus important pour une intégration dans la société de ces Kampores est lié à la vie même de ces jeunes qui ont appris à analyser leur situation et à s'exprimer sur leurs conditions de vie avec des mots, de la musique, de la danse et du théâtre. Ils apprennent à prendre leurs premières responsabilités pour la société qui est la leur.

RSCJ, Indonésie

5.1.1.4.10 Le Fruit de la collaboration3

On reconnaît généralement que la religion en Afrique du Sud a joué un rôle déterminant dans le démantèlement de l'Apartheid. Les efforts faits par les religieux/religieuses, pendant plus de 35 ans, pour collaborer entre eux et avec d'autres instances, ont largement favorisé les changements d'attitude et de comportement qui ont finalement amené l'évolution politique et sociale désirée.

Soeur Dolores Renkel, qui habite maintenant la Californie dit que, au début, Congrégations et Instituts religieux étaient quelque peu isolés, seuls, pour combattre l'apartheid. Ils affrontaient ce problème tranquillement, quotidiennement au niveau de leurs institutions et de leur travail apostolique, et ils/elles ont patiemment semé les graines du changement. Par la suite, dans tout le pays, un peu comme une combustion spontanée, s'est manifestée la conviction que des efforts conjoints étaient nécessaires pour que l'apartheid soit aboli comme système de gouvernement. Des groupes isolés ne pouvaient le faire seuls. Les Églises se sont alors unies pour aider les gens à prendre conscience des méfaits de l'apartheid. Des hommes/femmes de loi chrétien(ne)s, des hommes/femmes d'affaire chrétien(ne)s, des stations de radio, des journaux, des responsables de l'Association des Écoles Catholiques ont travaillé la main dans la main pour forcer les législateurs à aller vers le changement.

Elle m'a dit combien, d'une façon spéciale, les religieux et religieuses ont joué un rôle déterminant dans cette évolution vers un jour nouveau où la Justice régnerait. Dans les années 1980 particulièrement, au moyen de programmes de formation organisés par l'Association des Religieuses, une collaboration plus poussée entre les groupes commença à porter des fruits sur le plan de l'éducation, de la santé, du travail pastoral. Des réseaux de petits groupes indépendants se formèrent, tous unis en vue d'exercer ensemble une plus grande influence.

Selon Soeur Dolores, la prière a beaucoup compté pour la réussite. Dans les "townships", des femmes se retrouvaient en groupes de prières ininterrompues, pour demander la fin de la violence, la réconciliation, la justice et la paix. Et elles ne se contentaient pas de prier, mais elles agissaient par la parole et par la persuasion. Est-ce simple coïncidence si trois événements importants de libération se sont produits pour la fête de Notre-Dame ? Le Président P.W. Botha fut amené à abdiquer le 15 août 1989. L'ANC fut autorisée de nouveau à exister comme organisation politique le 2 février 1990. Nelson Mandela fut libéré de prison le 11 février 1990.

Dans son discours inaugural, le Président Mandela rendit un hommage particulier aux Religieux et Religieuses d'Afrique du Sud pour le rôle qu'ils (elles) ont joué pour l'instauration de ce changement dans le pays...

5.1.1.4.11 Appel aux congrégations religieuses

Lors d'une récente réunion organisée par le Conseil Pontifical pour la Justice et la Paix à Harare (29 juillet - début août 1996) environ 50 participants de divers pays africains (de langue anglaise et portugaise) ont réfléchi sur les défis qui concernent l'Afrique aujourd'hui. Leurs réflexions comme leurs conclusions peuvent s'appliquer à tout continent ou région. On trouvera ci-dessous un extrait du rapport fait par Patricia Me Menamin (Supérieure Générale de Notre-Dame des Apôtres) et Claude Grou (Supérieur Général de la Congrégation de la Sainte Croix), co-présidents de la Commission JPIC de l'Union des Supérieurs Généraux:

"Les participants ont insisté sur le besoin pour l'Église d'acquérir une vision plus claire de cette dimension sociale de la mission. Toutefois cela ne suffit pas; il faut aider les gens, et en particulier les agents pastoraux, à vivre d'une spiritualité qui les conduira à vin engagement assez fort pour poursuivre leur oeuvre même dans des situations difficiles.

"Il leur faut aussi une formation solide qui comprend l'analyse sociale et une compréhension claire de l'enseignement social de l'Église.

"La déclaration a fait des recommandations concrètes de portée pastorale. Si l'Église en Afrique s'engage à développer une spiritualité de justice et de paix, faisant un effort permanent de conversion pour adopter une attitude de dialogue et de proximité avec les pauvres, des démarches concrètes doivent être faites. Les Conférences Épiscopales Régionales doivent mettre sur pied des équipes spécialisées pour examiner les efforts faits et pour recommander des lignes d'action; les conférences nationales et les diocèses doivent créer des commissions Justice et Paix, et les renforcer là où elles existent. Des moyens doivent aussi être mis en oeuvre pour développer la communication et la solidarité à l'intérieur de l'Église d'Afrique comme avec les autres Églises.

"En conclusion, la déclaration a adressé un appel à chacun(e), car le chemin vers plus de justice et de paix passe par la participation de tous. Ceux et celles qui ont quelque responsabilité dans les pays africains ont un rôle-clé à jouer et il faut qu'ils/elles oeuvrent pour la création d'un climat de justice et de paix. La déclaration a lancé un appel en direction de nos frères et soeurs chrétiens, demandant le soutien de tous pour promouvoir la justice. Bien que cet appel soit lancé à tous les Chrétiens, il mérite une attention particulière de la part des responsables des congrégations religieuses. Nous portons tous en effet une responsabilité particulière pour répondre à cet appel de façon active, faisant de sérieux efforts pour soutenir les initiatives de nos frères et soeurs en Afrique qui se sont engagés pour intensifier leurs efforts dans le sens d'une intégration de la Justice et de la Paix dans les projets d'Évangélisation."

5.1.1.5 Politiques d'investissement

5.1.1.5.1 Gestion responsable des ressources financières

Dans nos investissements, il est très important de confier nos portefeuilles à des gestionnaires qui s'engagent à promouvoir une gestion responsable des ressources financières, faisant des choix d'investissement selon des principes éthiques sains pour promouvoir la dignité et la qualité de la vie humaine, sans négliger en même temps de produire les meilleurs bénéfices possibles. C'est la politique suivie par exemple par la société de services d'investissements des Frères des Écoles Chrétiennes pour les USA (245 Park Avenue, lOth Floor, New York, H.Y. 10167, USA) et par la Religions Community Trust, 903 Commerce Drive, Suite 327, Oak Brook Illinois 60521, USA.

Pour toute banque ou maison de placement à qui nous confions notre portefeuille, il importe que nos critères pour ces placements s'inspirent de principes éthiques, par exemple:

  • Pas de placement dans des sociétés présentes en Afrique du Sud tant que l'Apartheid n'est pas supprimé4
  • Éviter les placements dans des sociétés qui servent la police ou l'armée d'Afrique du Sud ou dans des banques qui continuent à prêter de l'argent à l'Afrique du Sud.
  • Pas de placements dans les sociétés répertoriées parmi les 10 grandes entreprises militaires, ou dont les activités dans la production d'armement représentent plus de 15% de leurs ventes, ou qui produisent et distribuent des armes nucléaires ou biochimiques.
  • Pas de placements dans des sociétés qui fabriquent des substances chimiques ou autres produits liés à l'avortement.
  • Pas de placements dans des sociétés qui portent préjudice à l'équilibre écologique de la planète, par exemple par la pollution, la destruction des forêts, l'abattage inconsidéré d'arbres, etc.

Nous demandons à ceux qui ont la responsabilité de gérer nos placements de donner la priorité:

  • Aux sociétés qui offrent des emplois de façon ouverte, avec formation et possibilité de promotion pour les minorités et pour les femmes.
  • Aux sociétés qui ne pratiquent pas de discrimination sur la base de la race ou du sexe.
  • Aux sociétés qui pratiquent des conditions de travail justes et reconnaissent à leurs employé(e)s le droit de s'organiser.
  • Aux sociétés qui cherchent à améliorer l'environnement écologique tout comme la qualité de la vie des personnes.

Congrégation de l'ICM, 1989

5.1.1.5.2 Critères pour investir dans le sens de la Justice sociale

A titre d'investisseur religieux, la Société de Ste Ursule se réfère à un principe de justice sociale en gérant son portefeuille pour déterminer les critères qui permettent de choisir les sociétés où elle va investir. Quatre secteurs majeurs découlant de notre Option Fondamentale concernent des critères militaires, des critères liés aux droits de l'homme, des critères liés à l'économie et au système bancaire et enfin des critères liés à l'environnement. Chaque secteur où nous sommes implantées précise ces critères pour placer ou ne pas placer notre argent (La Commission Justice et Paix de la S. U. est actuellement en train de revoir ces critères).

Comme investisseurs responsables et préoccupées de l'évolution de la société, les Soeurs de Ste Ursule recommandent que nos placements soient faits dans des compagnies qui:

RECONNAISSENT la responsabilité morale liée à la production de matériaux et de produits ayant un rapport direct avec la guerre.

CHERCHENT à éliminer les pratiques qui exploitent les gens sur un plan politique ou économique, au mépris de leurs droits humains fondamentaux.

CONTINUENT à renforcer l'équilibre écologique de la nature par des efforts pour garantir le maintien des ressources naturelles, et contrôler la pollution.

VALORISENT ET FONT RESSORTIR POSITIVEMENT le rôle de la femme dans le monde du travail.

Critères militaires

Nous n'investissons pas dans des sociétés qui ont une orientation majeure vers des activités de guerre. Nous entendons par là le fait que la société en question tire sa principale source de revenus dans ce qui est lié à l'armement et à la guerre.

Nous n'investissons donc pas auprès des compagnies faisant partie des "Top Ten DOD Contract" qui sont:

  • General Dynamics
  • McDonnell Douglas
  • United Technologies
  • General Electric
  • Lockheed
  • Boeing
  • Hughes Aircraft
  • Rockwell International
  • Raytheon
  • Martin Marietta

Nous investissons par contre auprès de compagnies qui déploient des efforts visibles pour faire la reconversion d'une production militaire à une production orientée vers la paix

Critères liés aux droits de l'homme

Nous investissons auprès de sociétés qui:

  • offrent des emplois sans discrimination pour les minorités et les femmes.
  • offrent une formation professionnelle et une promotion aux minorités et aux femmes.
  • offrent des politiques orientées vers des actions positives et ne font pas de discrimination
  • basée sur l'âge, le sexe ou la race.
  • basent leur pratique sur des principes de droit au travail justes et reconnaissent aux travailleurs le droit de s'organiser.
  • pratiquent le dialogue avec les employé(e)s et les actionnaires de l'entreprise sur les relations de travail, les discriminations qui se manifesteraient et tout autre problème lié aux droits de l'homme.

Critères liés à l'économie et au système bancaire

Nous investissons auprès de sociétés qui:

  • font des efforts pour préserver l'environnement ou remédier à sa destruction entreprise
  • par de puissantes sociétés, comme par exemple certains forages.
  • se débarrassent de déchets dangereux (toxiques) de façon responsable.
  • soutiennent les législations sur les mers et des réglementations comme les "Valdez"
  • Principles' pour empêcher la destruction du cadre de vie naturel ("Valdez" se réfère au pétrolier de ce nom qui a causé une énorme pollution lors de son naufrage sur les côtes de l'Alaska).
  • font des efforts pour développer des sources d'énergie alternatives qui ne portent pas atteinte à l'environnement.

Il arrive que certains problèmes nouveaux surgissent dans la conscience de nos soeurs, dans notre nation, dans notre Église et qui demandent attention et action. Nous sommes alors disposées à examiner les sociétés auprès desquelles nous avons investi pour voir comment elles se situent par rapport à ces nouveaux problèmes sociaux.

Soeurs de St. Ursule

5.1.1.5.3 Politique d'investissement pour une responsabilité sociale

Les investissements faits par la province doivent être en harmonie avec les valeurs évangéliques, doivent refléter la mission principale des Rédemptoristes dans la ligne de leur évangélisation des pauvres, et doivent aussi être en harmonie avec l'enseignement social de l'Église Catholique.

Les placements faits selon les lignes directrices de la Politique d'Investissement Responsable pour une Société Juste, visent à promouvoir et à préserver les droits et la dignité de l'être humain en tant que créature de Dieu, à conserver et à soigner les biens de la création, à prendre en compte le cri des pauvres, et à réaliser la mission de Jésus-Christ Sauveur pour apporter la liberté, la dignité et la paix à la famille humaine.

Cette Politique d'Investissement Responsable pour une Société Juste doit s'insérer dans un contexte plus large prenant en compte harmonieusement la Politique d'Investissement de la Province dans son ensemble, ce qui implique d'abord la préservation du capital et puis la création d'un profit à partir de l'investissement des ressources de la province. La protection et la sûreté pour le capital de la province en même temps que l'application de la "Règle de l'Homme Prudent", selon la Politique d'Investissement de la Province, ne doivent pas être perdues de vue lorsque l'on cherche à suivre la Politique d'Investissement Responsable pour une Société Juste...

Le fait de pratiquer cette Politique d'Investissement Responsable pour une Société Juste entraîne des actions à la fois positives et négatives. Lorsque nous l'appliquons, les ressources de la province seront investies pour des actions qui vont dans le sens de la promotion des valeurs soulignées dans des Investissements Responsables pour une Société Juste et non dans des sociétés dont les produits et les activités seraient sans rapport direct avec ces principes et ces valeurs, et qui n'auraient pas en vue un espoir de changement, en plus du bénéfice financier attendu.

Un engagement dans des investissements orientés vers une société juste implique de la recherche, du dialogue, de l'action et une sélection dans les investissements. Chacune de ces activités est expliquée ci- après.

A) Recherche

Le Service Comptabilité gardera un lien avec "thé Illinois Committee for Responsible Investments" (ICRI) qui a accès aux recherches et aux données fournies par "thé Investor Responsibility Research Centre" (IRRC), Washington, .C. Le Service Comptabilité gardera aussi un contact avec "thé Interfaith Centre on Corporate Responsibility" (ICCR) et "thé National Catholic Coalition for Responsible Investing" (NCCRI). Il gardera aussi des liens étroits avec "thé Christian Brothers Investment Services, Inc. (New York)", qui étudie les activités des sociétés. Ce service présente de nombreux avantages: il suit les questions liées à une procuration, possède une bibliothèque et des documents de recherche pour aider à identifier et à surveiller le degré d'harmonie entre, d'une part la politique suivie par ces sociétés, et d'autre part les principes orientés vers une société juste et les valeurs adoptées par la Province de St. Louis des Rédemptoristes.

B) Dialogue:

En gardant des relations étroites avec les divers services religieux pour les investissements et les groupements régionaux cités ci-dessus, le Service Comptabilité pourra travailler avec ces divers groupes pour:

  • apporter son soutien aux résolutions des sociétaires;
  • dialoguer lors des rencontres ou par lettre sur les questions liées à une responsabilité collective par rapport à une société juste;
  • voter des procurations dans la ligne de la responsabilité sociale recherchée;
  • être informé sur des occasions intéressantes d'investissement alternatif et apprendre les moyens de réaliser de tels investissements.

C) Investissements alternatifs

Pour une institution religieuse tournée vers une politique d'investissement responsable en vue d'une société juste, plusieurs formes d'investissement se présentent qui vont directement dans la ligne de la promotion des objectifs sociaux de l'Église conjointement avec les efforts de la communauté des Rédemptoristes pour évangéliser les pauvres dans leur corps, dans leur âme et dans leur esprit. Ces formes ou directions comprennent par exemple:

  • investir dans des groupements de crédit local (pour les intéressés eux-mêmes) et dans d'autres efforts de ce type assistant des personnes qui n'auraient pas accès à des capitaux sans cela;
  • participer à des actions d'investissement alternatif qui fournissent des capitaux à un taux d'intérêt bas dans le but d'améliorer les conditions de vie et de promouvoir la famille et la communauté;
  • investir dans des organismes au service du développement local, pour soutenir des fonds coopératifs au niveau des travailleurs, des fonds de prêts locaux et autres investissements alternatifs de ce type permettant des prêts à taux modérés.

D) Critères pour des Investissements Collectifs Acceptables

En tant qu'institution religieuse engagée dans une politique d'investissement responsable pour une société juste, la province donnera la priorité à des sociétés qui:

  • soutiennent des politiques pour une action positive et valorisante en matière d'embauché et de promotion dans la carrière, offrant la parité pour les minorités et pour les femmes;
  • pratique des conditions de travail justes reconnaissant le droit pour les travailleurs à s'organiser;
  • sont ouvertes au dialogue sur les rapports liés au travail, sur ce qui pourrait conduire à une attitude de discrimination et à tout ce qui touche les droits de l'homme;
  • utilise les bénéfices collectifs d'une manière juste et responsable, les répartissant équitablement entre les employé(e)s, la direction et les actionnaires;
  • fournit des produits et des services qui contribuent au bien-être et au progrès de la famille humaine et qui élèvent le niveau des valeurs morales chrétiennes;
  • informe les consommateurs de manière honnête et vraie sur la valeur des produits et services fournis;
  • préserve, protège et veille sur les biens de la création et les ressources que nous a données le Créateur;
  • encourage la paix dans le monde en contribuant à produire des biens et des services qui ne vont pas dans une direction militaire.

Rédemptoristes/Province de St. Louis -janvier 1989

NE PAS INVESTIR AUPRÈS DES SOCIÉTÉS SEMEUSES DE MORT, COMME: Les sociétés engagées dans la destruction des forêts tropicales:

  • WEMPCO
    Hong Kong: société qui s'emploie à abattre les forêts tropicales au Nigeria.
  • MITSUBISHI CORPORATION
    Japan: qui continue à acheter en quantité du bois provenant des forêts tropicales.
  • SHELL OIL
    United States, Netherlands: pratique des forages pétroliers dans les forêts vierges amazoniennes au Pérou.
  • MACMILLAN BLOEDEL
    Canada: continue à transformer les forêts tropicales en papier pour journaux et annuaires téléphoniques.
  • BRITISH COLUMBIA FOREST ALLIANCE
    Canada: continue à convaincre le public canadien que faire disparaître les dernières forêts tropicales humides, c'est pratiquer une nouvelle forme d'écologie.
  • OCCIDENTAL PETROLEUM
    United States: pratique des forages pétroliers en Equateur en dépit des protestations des habitants de ces forêts tropicales.
  • SOLID TIMBER SENDRIAN
    Malaysia: s'emploie actuellement à la déforestation de la forêt vierge tropicale de Guyane.

Pour Réflexion et Discussion

Une Parabole: LA CITE FLOTTANTE DE LA MISERICORDE5

II était une fois un groupe très religieux et charitable, composé d'Évêques, de Prêtres, de Religieux, Frères et Soeurs, qui, avec des laïcs très engagés - médecins, professeurs, travailleurs sociaux - formaient une société.

Leur but était d'enseigner au peuple la foi catholique, la morale et la rectitude de vie, d'aider ceux qui souffrent et qui sont oubliés, les enfants, les orphelins, les malades, les vieillards, les laissés-pour-compte de la société.

Dans leur grand désir d'aider les autres par de bons et fidèles services et ministères, ils achetèrent un paquebot. Une partie du bateau fut transformée en chapelle, grande et belle, où l'on enseignait la Parole de Dieu et où avaient lieu des services religieux remarquables par leur qualité. Une autre partie du paquebot devint une très bonne école où les enfants pauvres recevaient une éducation solide. Une autre partie encore de l'immense bateau fut transformée en hôpital moderne, où avec amour on prenait soin de centaines de malades pauvres. On bâtit aussi un orphelinat avec tout ce qu'il fallait: tout le monde pouvait y voir une foule d'orphelins entourés d'amour et de sollicitude. D'autres parties du navire se transformèrent en maison de retraite pour vieillards, crèche, centre de réhabilitation pour alcooliques et drogués, et beaucoup d'autres oeuvres charitables, éducatives et sociales. Ce puissant paquebot était vraiment devenu une "Cité flottante de la Miséricorde". A l'oeuvre sur le bateau, on trouvait quantité de prêtres zélés, de soeurs, de frères, d'infirmières, de professeurs et de travailleurs sociaux très engagés. Leur engagement et leur dévouement étaient vraiment admirables!

Un jour, la Cité flottante de la Miséricorde commença à prendre l'eau. L'eau de mer se mit lentement à envahir la cale du bateau. Un visiteur isolé découvrit par hasard la voie d'eau et immédiatement donna l'alarme.

Il alla trouver les médecins et les soeurs et leur dit: "Docteurs, Soeurs, une voie d'eau s'est déclarée dans le navire. Vite! Faites quelque chose!". Mais les médecins et les soeurs répondirent: "Nous sommes médecins, nous sommes soeurs, notre devoir est de soigner les malades, et non de nous engager dans le travail de réparation du bateau." Et ils continuèrent à s'occuper des malades avec un dévouement résolu.

Alors, notre homme courut vers les religieux et les professeurs, en disant: "Révérendes Mères, chers professeurs, le bateau commence à prendre l'eau. Je vous en prie, faites quelque chose! C'est urgent!" Mais ils levèrent les yeux en murmurant: "Oh non! Notre vocation est d'enseigner aux enfants pauvres et de leur donner la meilleure éducation possible. Dieu ne nous a pas appelés à travailler dans la mécanique!"

Finalement, en désespoir de cause, notre homme courut trouver les prêtres et les autorités de l'Église. Il cria: "Écoutez! Le paquebot commence à prendre l'eau.

Nous sombrons! Arrêtez toutes vos homélies et tous vos ministères! Courez à la cale et faites la réparation! Il y a urgence! Dépêchez-vous!"

"Pas du tout! répondirent les autorités de l'Église. Les prêtres doivent faire le travail pour lequel ils sont ordonnés. Ils ne peuvent négliger leurs obligations ministérielles ni leur vocation sacerdotale! Que les laïcs le fassent!" Ainsi, dans la Cité flottante de la Miséricorde, prêtres et religieux, frères et soeurs, médecins et travailleurs sociaux continuèrent avec une très belle inspiration et un grand dévouement à faire le travail auquel les appelait leur vocation. Tout semblait aller bien, dans la paix. Seulement, quelques jours plus tard, le paquebot et tous ses élèves, malades, orphelins et vieillards sombra au fond de la mer, avec le groupe dévoué des prêtres, soeurs, frères, médecins, professeurs et tous les autres qui aidaient avec de si belles motivations."

Quelques suggestions pour la discussion

Le but de cette histoire est d'amorcer une discussion sur le bien-fondé des ministères et des oeuvres de l'Église dans notre monde aujourd'hui. Nous avons voulu insister sur le fait que de simples oeuvres "spirituelles et charitables" ne suffisent pas dans le contexte qui est le nôtre. Il importe que nous mettions l'accent à la fois sur:

LA PROMOTION DE LA FOI & LA PROMOTION DE LA JUSTICE

  • Le paquebot représente le monde avec ses structures.
  • La société faite de gens "religieux" et charitables représente l'Église.
  • L'avarie (prise d'eau) et le naufrage du bateau représente l'effondrement du monde socio-politique et des structures économiques. Le monde est en train de couler.
  • Les ministères ordonnés, l'enseignement, le travail dans les hôpitaux, les actions charitables représentent les services que l'Église rend au monde.
  • Le travail urgent de "réparation" nécessaire pour sauver le bateau correspond à la promotion de la Justice dans notre monde.
  • Les oeuvres que l'Église a réalisées et réalise sont excellentes. Mais il faut les voir dans le contexte de la situation du monde aujourd'hui. Dans le contexte actuel, on peut douter de leur caractère bien-fondé et prioritaire.
  • II existe des oeuvres bonnes en soi mais qui pourraient être interrompues momentanément ou menées de pair avec des actions de "réparation", correspondant à la "Promotion de la Justice".
  • Tous les membres de l'Église - clergé et religieux y compris - sont citoyens du monde. Ils ont des devoirs inaliénables de type social, civique et politique pour faire en sorte que notre société soit meilleure et plus juste.
  • Le visiteur du bateau représente les agents sociaux et ceux qui essayent de réveiller la conscience de la population.

QUESTIONS

Dans le contexte de la crise que traverse notre monde aujourd'hui, discutez les points suivants:

  1. Quel est le bien-fondé des ministères et des oeuvres dans l'Église aujourd'hui? Que faudrait-il faire selon vous?
  2. Pensez-vous que la "promotion de la foi" peut aller de pair avec la "promotion de la justice"? Comment? Pensez-vous qu'il convient de voir ces deux courants comme deux buts différents? Pourquoi? Pensez-vous que l'un va avec l'autre? Comment?
  3. Comment faire en sorte que les membres de l'Église aient conscience de leurs responsabilités sociales?

1 Bosch, p. 10-34

2 Donal Dorrjhe Social Justice Agenda: Justice, Écology, Power and thé Church (Programme pour la Justice Sociale: la Justice, l'Écologie, le Pouvoir et l'Église) - Maryknoll, NY: Orbis Books, 1991, p. 54

3 Shalom, p. 7

4 Bien que la situation ait changé depuis, on pourra considérer cela comme un exemple concret par rapport à l'éthique dans la gestion des placements d'argent.

5 Ribes, p. 60