Divine Word Missionaries

Mission in Dialogue


Mission in Dialogue

Chapitre Général 2000

Erklärung

Statement

Declaración

▪ Déclaration


Back to

Members' Area

Site Map

Home


Table de matières

Introduction

I. Le Contexte de la Mission Aujourd'hui

II. Notre Appel a la Mission

III. Notre réponse missionnaire

Conclusion

Déclaration
du 15e Chapitre Général 2000

Ecouter l'Esprit:
Notre Réponse Missionnaire aujourd'hui

14 Juillet 2000
Nemi


Introduction

Gratitude et Espérance

Au long de trois
années nous
avons cherché à
discerner ce que
l'Esprit nous dit
aujourd'hui.

1 A l'aube du nouveau millénaire, nous le considérons comme une bénédiction spéciale de nous rencontrer ici, a Nemi, pour célébrer le 15e Chapitre général de la Société du Verbe Divin. Ayant lieu pendant le 125e anniversaire de la fondation de la Société, le Chapitre était une occasion pour nous de revoir le passé avec gratitude et de regarder le futur avec espérance. Nous sommes profondément :reconnaissants au Dieu Trine pour avoir confié les débuts de notre famille religieuse missionnaire a Arnold  Janssen et aux. hommes et femmes de la génération fondatrice. Ensemble avec les générations subséquentes des missionnaires, ils forment une «si grande nuée de témoins» (He 12,1) et nous incitent à affronter le futur avec confiance et à continuer le travail qu'ils ont  commencé.

2 Le 15e Chapitre général a été le point culminant d'un long processus de l'écoute de l'Esprit afin d'actualiser notre réponse missionnaire aujourd'hui. A tous les niveaux de la Société au long de ces trois dernières années, tous, individuellement et comme communautés, nous avons cherché a lire "les signes des temps" et à discerner ce que l'Esprit nous dit aujourd'hui. Ce processus était un effort de nous placer nous-mêmes et la congrégation entière sous la conduite et la direction de l 'Esprit, avec la conviction que l' activité missionnaire est essentiellement son oeuvre et sa révélation (c. 105).

3 Le présent document est le fruit de ce processus de nous mettre sous la conduite de l?esprit. En cela, nous voulons articuler de nouveau notre charisme missionnaire, dans une fidélité créatrice à l'héritage de notre Fondateur et de la génération fondatrice, en réponse aux défis d'aujourd'hui. En cela, nous renouvelons notre engagement à la mission de notre temps, confiants dans l'incessante présence de l'Esprit.

Discernement permanent

4 Dans ce processus d'écouter l'Esprit, nous avons redécouvert le besoin de discernement permanent dans la vie missionnaire.

5 Premièrement, nous croyons que c'est le même Esprit qui nous fait reconnaître les signes dans le monde contemporain et qui nous rend capables de sonder leur portée positive e négative pour la mission. Il se peut que les signes de souffrance, tels que la pauvreté, la marginalisation, les conflits ethniques et la violence inter religieuse. attirent plus facilement notre attention. Cependant, il y a aussi des signes d'espérance, notamment la prise de conscience grandissante des droits de l'home, la lutte contre la corruption et la dette externe, la campagne active en faveur de l'intégrité de la création, le dévouement déterminé de plusieurs groupes religieux à collaborer dans les initiatives qui promeuvent la vie. Tous ces éléments sont encourageants et remarquables.

6 En plus, nous croyons que l'Esprit est intimement et inséparablement lié au Verbe, la Parole de Dieu incarnée en Jésus Christ et révélée dans la Bible. La constitution 407 nous assure que "par la lecture des Ecritures, nous nous ouvrons aux inspirations du Saint-Esprit; c'est lui qui nous aide à mieux comprendre la Parole, à la faire la nôtre et à l'annoncer au monde". A chaque étape de sa réalisation, notre engagement missionnaire doit être nourri par un recours constant à l'Ecriture Sainte. La parole biblique devient vivante et illumine notre réflexion quand elle est méditée dans la prière et le silence. Les inspirations que nous gagnons à travers l'étude sérieuse du monde et de la parole de Dieu doivent être examinées minutieusement dans la prière afin que notre décision devienne un exercice de discernement authentique.

7 Finalement, nous croyons que la communauté est le lieu idéal pour le discernement. Il est vrai que l'Esprit parle souvent à travers les idées créatives des individus, mais nous sommes convaincus que de tels intuitions nécessitent d'être examinées en communauté, où notre charisme et notre tradition peuvent nous aider dans le processus de discernement. Il va de soi que la tension éprouvée dans la recherche de l'équilibre entre le discernement individuel et celui de la communauté demeura. Mais les délibérations communautaires, et à l'intérieur de notre communauté religieuse et avec le peuple que nous servons, deviennent souvent une véritable "pierre de touche" d'un discernement inspiré par l'Esprit.

Sur le Chemin du renouveau post-conciliaire

Les délibérations
communautaires
deviennent
souvent une
véritable "pierre
de touche" d'un
discernement
inspiré par
l'Esprit.

8 Les réflexions sur notre réponse missionnaire aujourd'hui, que nous présentons dans ce document ne sone qu'un pas de plus dans le cheminement du discernement entrepris après Vatican II pour renouveler notre Société. Dans les quatre chapitres généraux, du 9e en 1967/68 au 12e en 1982, nous avons concentré nos efforts sur la mise à jour de nos constitutions et de la nouvelle formulation de notre charisme missionnaire. L'évolution ultérieure nous a incités à continuer la réflexion et à approfondir la compréhension de notre vocation missionnaire. Le 13e Chapitre Général de 1988 est mémorable pour son introduction du thème "Passing Over" qui se retrouve dans les trois documents sur la Mission, la Spiritualité et la Formation SVD aujourd'hui. Le 14e Chapitre Général en 1994 s'est concentré sur le thème de la "Communion". Dans ce 15e Chapitre Général qui coïncide avec l'Année jubilaire 2000, nous voulons élargir davantage les horizons de notre vision missionnaire et renouveler notre engagement missionnaire.

9 Il est évident qu 'un document comme celui-ci ne peut pas tout dire sur notre vie et notre travail comme congrégation religieuse missionnaire. Son objectif principal est de clarifier davantage notre vocation missionnaire, réaffirmer notre réponse missionnaire aujourd'hui et indiquer la direction pour l' avenir. En vue de ceci, dans les pages suivantes, nous allons analyser le contexte de la mission aujourd'hui, reformuler notre appel à la Mission et expliciter notre réponse missionnaire .


I. Le Contexte de la Mission Aujourd'hui

10 Nous considérons d'abord le contexte de la mission aujourd'hui, qui est devenu tellement complexe et difficile à définir exhaustivement. Nous sommes conscients que les différents "signes des temps" tant positifs que négatifs demandent des réponses sérieuses e spécifiques de chacun de nous personnellement, de nos communautés, des provinces et de notre administration générale. Nous nous limitons à ébaucher un bref profil de certains de ces éléments dans notre monde contemporain.

1. Notre Monde Aujourd'hui

1.1. Les Grands Courants de Changement du Monde

11 Globalisation. La société est en train de changer à une vitesse vertigineuse comme les innovations dans la communication, l'information et les technologies de transport qui remodèlent notre monde. Il y a en plus l'intégration des conditions de vie au niveau global et local. Une économie mondiale de libre marché est en train de s'organiser, une économie basée sur ce qui est communément appelé "néo-libéralisme", avec ses divers aspects économiques, sociaux et idéologiques. A cela, il faut ajouter la poursuite impitoyable du profit au prix de la pauvreté scandaleuse et d'une hideuse souffrance, soit dans les pays développés, soit dans les pays en voie de développement, la marginalisation et l' exclusion de grands groupes de personnes voire de régions géographiques entières.

12 Urbanisation. La population mondiale qui s'accroît d'une rapidité galopante se concentre toujours plus dans les grandes villes. Plusieurs communautés rurales disparaissent au fur et a mesure que les cités et les méga-cités augmentent rapidement. La foule s'amasse et le chômage augmente. Les gens sont forcés de s'accommoder eux-mêmes aux rythmes plus agressifs et aux pas plus rapides de la ville, souvent clans des conditions inhumaines. La ville attire, en particulier, la jeunesse qui, déracinée des valeurs et modes de vie traditionnels, souffre souvent d'une perte d'identité.

13 Les émigrés, les réfugiés et les gens déplacés. La recherche de meilleures conditions de vie cause la migration massive parmi les pauvres. A l 'intérieur des pays, les gens se déplacent a la recherche d 'un accès plus facile au travail, aux soins médicaux et à I' éducation. Au niveau international, des motivations semblables conduisent un grand nombre de personnes à se déplacer du sud vers le nord et de l'est vers l'ouest. En plus, les conflits politiques, ethniques et religieux qui affectent beaucoup de parties du monde ont déraciné de leurs familles et de leur pays natal, des millions de gens, faisant de notre époque une «ère de réfugiés».

14 Quête de libération. Bien que les changements politiques et économiques aient certainement altéré le paysage clans le mouvement de libération, la quête persiste inassouvie parmi beaucoup de gens. La chute du Socialisme en Europe de l'Est a davantage changé l'équilibre des forces politiques et économiques. Pourtant la lutte pour une plus grande liberté et autonomie des peuples et, pour une transformation de la société, y compris un mouvement de plus en plus fort vers l' émancipation de la femme, continue clans les différentes parties du monde. C'est vrai, cependant, qu 'un certain sentiment de frustration et d'impuissance accompagne souvent des pareils mouvements aujourd'hui. Les pouvoirs politiques et économiques dominants, souvent aidés par les moyens de communication, manipulés en leur faveur, essayent de convaincre les gens, qu'il n'existe aucune alternative viable au modèle néo-libéral. Ceci nous défie à stimuler la recherche d'un système économique plus humain et juste.

1.2 Quelques conséquences

15 Quoiqu'il y ait des éléments positifs dans l'intégration global aux niveaux social et culturel, et devient évident que les éléments principaux de l'idéologie néo-libérale sur lesquels se base l'imposition de sa libéralisation économique, sont profondément inhumains, et donc anti-évangéliques. Sa préoccupation prédominante ne vise pas la justice ni la dignité da la personne humaine, mais le profit; et son instinct de "laisser décider le marché" favorise les intérêts des plus puissants. Dans plusieurs endroits, la privatisation des services essentiels (tels que la santé, l'éducations, les routes et l'approvisionnement d'eau) n'a fait qu'aggraver la marginalisation des pauvres.

16 Conséquences politiques et sociales. Pendant qu'une plus grande intégration mondiale est apparue, il y a aussi un processus systématique d'exclusion qui est à l'oeuvre aux niveaux économique, sociale et politique. L'écart entre le riche et le pauvre est en train de s'élargir comme de grands groupes sont exclus du nouvel ordre économique. Au moment où les économies mondiales et locales produisent une richesse énorme, les pauvres, les chômeurs et les faibles sont simplement poussés à la marge de la société, souvent sans même la stricte minimum pour la survie. Femmes, enfants, vieux et faibles sont généralement les premiers à être exclus. Il s'agit là de la situation d'une violence structurelle. Dans un tel contexte, le crime, la haine et la guerre fleurissent, souvent fomentés par le commerce d'armes et le trafic de drogues, alliés à la corruption endémique de beaucoup de pays.

Beaucoup d'exclus,
en travaillant
ensemble, sont
en train de devenir
d'importants
acteurs sociaux

17 En même temps, beaucoup de groupes s'organisent entre eux pour promouvoir une plus large solidarité locale et globale. Beaucoup d'exclus, en travaillant ensemble, sont en train de devenir d'importants acteurs sociaux (femmes, peuples autochtones, Afro-Américains, les Dalits en Inde, les gens affectés par le SIDA, etc.) Plusieurs Organisations Non-Gouvernementales (ONG) ont contribué à cette conscientisation et organisation.

18 Conséquences écologiques. Une des «victimes» du nouvel ordre économique et de l'idéologie néo-libérale a certainement été «notre mère la terre». La recherche du profit sans scrupule a conduit à l'exploitation irresponsable des ressources limitées de la planète et a gravement endommagé l'écosystème. Le pillage continu de la nature et l'abus de l'environnement sont en train de mettre sérieusement en danger l'avenir de la terre. Certainement, ici nous sommes arrivés à un point critique.

19 En même temps, nous pouvons observer l'éveil de la conscience écologique dans les dernières années. Nous sommes plus conscients que nous partageons la planète comme une maison commune et nous sommes de plus en plus prêts à protester contre les pouvoirs économiques dominants qui manifestent peu de respect pour l' environnement. C'est devenu évident, combien la terre est fragile et combien il est important de protéger la création de Dieu.

20 Conséquences culturelles. Les gens de différentes cultures sont en contact étroit aujourd'hui. La plupart de villes sont habitées par une grande diversité de groupes culturels. La télévision, la radio et les films, l'Internet, les journaux et revues, la musique populaire et la mode, tous inondent notre vie avec des images de près ou de loin, stimulant une «civilisation de consommation» .L'intégration globale est en train de produire le changement culturel à la vitesse périlleuse. Cela se passe si vite qu'il est impossible d'assimiler ses conséquences. Les gens se trouvent eux-mêmes exposés aux pressions et défis rarement confrontés auparavant. Différents éléments sont juxtaposés au lieu d'être intégrés dans un modèle commun. La fragmentation et la dépersonnalisation de la vie, alliées à une conséquente multiplication de visions du monde sont devenus des éléments typiques des sociétés post-modernes.

21 Dans un tel processus, groupes et individus se sentent exclus de la transformation culturelle. Ils soupçonnent qu'on veut les intégrer de force dans un monde monoculturel. Les sentiments d'exclusion et d'intolérance ont contribué à évoquer les réveils culturels, avec accent sur leur langues locales. leur musique, leur mythes, etc. Les mêmes sentiments ont conduit à une croissance de l'ethnocentrisme et à des tensions et violences inter-ethniques. Les groupes culturels manifestent aujourd'hui une conscience plus vive à l'égard des droits humains et une tendance grandissante à l'individualisme.

Si plusieurs sont
devenus complètement
sécularisés, il y a chez
d'autre une soif
du sacré e de faire
l'expérience
du transcendant.

22 Conséquences religieuses. En face d'un changement rapide dans le monde, plusieurs sentent le besoin de chercher un sens plus profond pour orienter leur vies. Si plusieurs sont devenus complètement sécularisés, il y a chez d'autre une soif du sacré e de faire l'expérience du transcendant. Dans quelques parties du monde, la religion est dans une phase du réveil. L'accent actuel sur le choix individuel signifie que les réponses données par les communautés religieuses ne trouvent pas un accueil favorable immédiat. Vérité et sens sont considérés comme matières de discernement individuel basé sur l'expérience personnelle. Beaucoup de gens trouvent la conduite et l'appui qu'ils cherchent dans de petits groupes ou dans des Eglises indépendantes. Les groupes charismatiques/pentecôtistes prospèrent, comme d'ailleurs plusieurs nouveau mouvements religieux. Le fondamentalisme religieux et le sécularisme prononcé sont en train de grandir côte à côte dans plusieurs parties du monde. Ainsi, le renouveau religieux est un phénomène ambigu. Il peut conduire soit à la libération soit à l'aliénation des pauvres et des opprimés.

23 La mobilité des peuples a aussi rapproché davantage les contacts entre les différents communautés religieuses. Par conséquent, il y a un intérêt croissant pour le dialogue inter-religieux et pour la collaboration inter-confessionnelle en vue de répondre aux besoins sociaux concrets. Il y a aussi le phénomène de l'appartenance religieuse multiple. Au même moment que les gens retrouvent leur identité dans une communauté de foi particulière, on constate aussi que l'intolérance et la violence augmentent.

2. Notre Eglise Aujourd'hui

24 L'Eglise catholique aujourd'hui est devenue vraiment universelle, bien que dans certains pays les chrétiens ne forment qu'une petite minorité. Fidèle à notre tradition catholique, presque partout dans le monde, des Eglises locales ont été établies comme partie de la communion universelle. D'une part, on constate plusieurs signes encourageants, tels que l' engagement croissant des laïcs, l'action pour la justice et la paix, les efforts vers le dialogue inter-religieux, etc. D'autre part, la grande diversité dans les Eglises locales, concernant les coutumes et la théologie, effrayent un bon nombre de chrétiens et d'autorités de l'Eglise. Certains réagissent en insistant sur l'uniformité dans l'intérêt de protéger l'unité et d'autres en soutenant l'innovation sans se soucier des conséquences. D'autres encore encouragent patiemment le développement des structures pour le dialogue qui favorisent la compréhension mutuelle et protègent l'unité ainsi que la diversité.

25 Ces dernières années, clans beaucoup d'endroits, l'Eglise institutionnelle semble avoir régressé, en provoquant chez beaucoup de gens une crise d'autorité. Le cléricalisme s'est accentué; lors de la nomination des évêques les souhaits des Eglises locales ne sont pas pris en considération et l'exclusion des femmes du processus de la prise de décision(s) continue à poser des problèmes. Il y a aussi une perte de crédibilité due aux scandales moraux qui ont secoué l'Eglise dans plusieurs pays. Un énorme effort dans le domaine de l'inculturation de l'Evangile reste à faire.

Vatican II était un
point de départ
aussi clans la
compréhension et
la pratique de la
mission.

26 Comme pour beaucoup d'autres aspects de la vie de l'Eglise, Vatican II était un point de départ aussi clans la compréhension et la pratique de la mission. L'époque précédente s'appuie presque exclusivement sur le rôle du missionnaire professionnel, habituellement étranger. La "Mission" généralement comprise dans un sens territorial, concernait l'Afrique, l'Asie, l'Océanie et l'Amérique Latine. L'objectif immédiat de la mission était l'établissement des Eglises locales et l'invitation des non-chrétiens à la conversion afin qu'ils soient sauvés.

27 De nos jours, nous soulignons que l'Eglise entière est missionnaire en reconnaissant que les multiples activités de l'Eglise exigent une grande diversité de rôles. Le "lieu" de la mission est plutôt compris en termes de situations missionnaires spécifiques et non en termes géographiques. e le but de la mission à long terme est beaucoup plus proéminent: rassemblement de toute l'humanité dans le Royaume de Dieu. Ceci se fait à travers la proclamation explicite de la Bonne Nouvelle et le dialogue respectueux avec les gens d'autres traditions religieuses; en invitant hommes et femmes dans la communauté de témoignage et de service et, en portant la mission de Dieu du salut intégral à chaque personne.

28 Le martyre est devenu une réalité dans la vie de plusieurs Eglises locales. Nous sommes de plus en plus conscients que le témoignage prophétique pour l'Evangile apporte nécessairement avec lui l'opposition des puissants et des oppresseurs, soit-ils de gauche ou de droite. Comme missionnaires religieux nous sommes appelés à être inconditionnellement à côté des opprimés, à être martyrs (témoins) à la suite radicale de Jésus dans l'accomplissement de ses options concrètes dans nos propres contextes.

3. Notre Société aujourd'hui

29 Notre Société est en train de faire l'expérience de plusieurs tendances qui correspondent à celles de l'Eglise universelle. Les membres de la Société sont plus diversifiés que jamais. Pendant que, jusqu'aux temps récents, le service missionnaire SVD était rendu par les membres venant de l'Europe ou qui avaient des ancêtres européens, la grande partie de nos membres provient maintenant des anciens "territoires de mission". Notre distribution globale du personnel rend possible la formation des communautés internationales ou inter-culturelles dans plusieurs parties du monde. Malheureusement, des restrictions de toutes sortes dans quelques pays nous empêchent de témoigner davantage de notre internationalité.

30 Le développement de nos Zones, avec leurs sous-zones respectives, nous aide progressivement a voir au-delà de notre propre apostolat spécifique et même au-delà de nos communautés, provinces ou régions. Progressivement et peut-être péniblement, nous grandissons en communion ayant le sentiment que nous n'appartenons pas seulement à une province/région mais à la zone d'Afrique et Madagascar (AFRAM), Pan-Américaine (PANAM), Asie-Pacifique (ASPAC) et Européenne (EUROPE). Lentement mais sûrement, nous apprenons à penser globalement et à sentir plus profondément avec la Société tout entière.

31 Ce développement externe a été accompagné par une prise de conscience croissante de notre charisme fondateur et de la spiritualité SVD. Le Centre de Spiritualité Arnold Janssen a joué un rôle important à ce propos, aussi bien que l'effort conjugué des trois Congrégations fondées par le Bienheureux Arnold Janssen à collaborer ensemble plus intimement, avec une plus grande unité dans les objectifs et la motivation.

32 La croissance parmi les confrères d 'une conscience d'être une communauté est encourageante. Il est également encourageant de constater la croissance constante et le rajeunissement progressive de nos membres. Cependant, dans quelques pays nous sommes confrontés à la réalité du manque de vocations - spécialement celles des frères - et du vieillissement de membres. Somme toute, pourtant, l'image de la Société aujourd'hui est positive. Il y a tant de choses dont nous pouvons nous réjouir et nous pouvons seulement remercier Dieu pour toutes les bénédictions accordées à notre Société tout au long de ces 125 ans.

33 En même temps nous devons reconnaître que notre vie de communauté internationale est conditionnée de plusieurs façons par un passé souvent taché par l'ethnocentrisme, le cléricalisme et l'individualisme. Nous reconnaissons que nos Frères ont souvent été traités injustement et que nos confrères autochtones n'ont pas été traités d'égal à égal. Dans notre approche missionnaire, nous avons parfois manqué de respect envers les cultures locales et les traditions religieuses, jusqu ' au point de sous-estimer la souveraineté et la dignité des gens parmi lesquels nous avons travaillé. Envers les Soeurs SSpS, nous avons parfois manqué du juste respect et de l'amour fraternel. Pour ceci et d'autres fautes, en cette année jubilaire 2000, l'année de réconciliation, nous demandons pardon à Dieu et aux personnes concernes.


II. Notre Appel à la Mission

34 Le contexte déjà changé et changeant de la mission rend même plus urgent la tâche de renouveler notre réponse missionnaire. Le point de départ d'un tel renouveau doit toujours être la conviction que la mission est avant tout l'oeuvre de Dieu (Redemptoris Missio [RM] 24) et que notre appel est seulement un appel à participer à la mission du Dieu Trine. Par la volonté du Père et l' oeuvre de l'Esprit Saint, le Verbe Divin, par médiation, donne la vie au monde et par-là nous attire à la communion.

1. La Mission du Dieu Trine: De la Création a la Nouvelle Création

35      «Au commencement était le Verbe...
Tout fut par lui, et sans lui rien ne fut. » (Jn 1,1.3).

Le Verbe de Dieu est communication, auto-expression et événement sauveur (Is 55,10-11). Ainsi, attribuer le monde et toute la vie a son action créatrice est dire que la création elle-même est le début de l'histoire de l'auto-communication et I'action salvatrice de Dieu. Ceci est très bien exprimé au début de la Genèse à travers I'image de l'Esprit de Dieu planant sur le vide sans forme, pendant que la Parole Créatrice de Dieu sculpte un univers à partir du chaos primitif (Gn 1,2.3). Son message est clair: Dieu nous crée librement et nous appelle avec bienveillance à partager la vie et I'amour du Créateur, du Verbe et de l'Esprit (Ad Gentes [AG] 2).

36 Mais, ce que nous avons expérimenté jusqu'à ce jour de la vie et de I'amour est seulement un début et, est toujours menace par des forces du chaos, du péché et du mal. Sous la conduite constante de l'Esprit et illuminée par le Verbe, la création entière gémit et est en douleur d'enfantement (Rm 8,18-23) jusqu'à ce que tout soit transformé en une nouvelle Création. L'auteur du livre de I' Apocalypse décrit ainsi le futur vers lequel nous tendons: «Puis je vis un ciel nouveau, et une terre nouvelle... J'entendis alors une voix clamer, du trône: 'Voici la demeure de Dieu avec les hommes... ils seront son peuple, et lui, Dieu-avec-eux sera leur Dieu'» (Ap 21,1.3).

37 Certains, particulièrement au temps de Jésus, auraient appelé l'objet de leur espérance le Royaume ou le Règne de Dieu. Ceci était exprimé dans le kaddish, une prière de louange de la Synagogue que Jésus avait certainement connue depuis l'enfance. C'est une prière pour la venue du royaume qui a été récitée par le peuple juif pendant plus de deux mille ans, souvent dans des situations les plus tragiques, cruelles et violentes de son histoire.

«Exalté et sanctifié soit son illustre nom
dans le monde qu 'il a créé selon sa volonté.
Qu'il laisse gouverner son royaume
durant votre vie et dans vos jours
et durant la vie de la maison entière d'Israël
rapidement et bientôt.
Loué soit son illustre nom d'éternité en éternité...»

38 A travers les âges beaucoup de sages et prophètes, humbles serviteurs et puissants gouverneurs, tribus nomades et nations entières ont exprimé une attente de quelque chose d 'au-delà (pour des exemples, lire He 11). Ce désir même est un signe de l'incessante invitation de l'Esprit à l'humanité pour devenir collaborateurs dans la mission divine.

39 Dans l'évangile de Luc, cette histoire d'invitation à l'association dans la mission atteint un moment décisif quand Marie dit «oui» pour devenir la mère du Messie. Juste comme l'Esprit donateur de vie planait sur les eaux à la première création, l'Esprit Saint descendra sur elle, et la puissance du Très-Haut la couvrira de son ombre. «C ' est pourquoi l'Enfant qui naîtra sera appelé Fils de Dieu» (Lc 1,35). La Vierge devient la mère du Christ qui est la nouvelle création de l'Esprit. Traditionnellement, les chrétiens ont lié les paroles du quatrième évangile : «Et le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous» (Jn 1,14), à ce moment.

40 Pour Luc, donc, il est clair que l'Esprit est spiritus vivificans: le principe dynamique de la nouvelle création attendue aux «derniers jours» (voire la rédaction de Jl 3,1 dans Ac 2,17); et que là où Jésus est présent, là aussi le Royaume de Dieu fait sentir sa présence comme grâce libératrice (Lc 11, 20). Les jours de Jésus sont les jours du Royaume (Lc 16,16). Conçu par la force de I 'Esprit et oint par l'Esprit au Jourdain (Ac 10,38; Lc 3,22), il devient la présence de I 'Esprit luttant contre les forces du mal et créant les vies des gens de nouveau. «Jésus, rempli de l'Esprit Saint... était mené par I 'Esprit à travers le désert» (Lc 4,1 ) où il lutta contre les tentations et vaincu les tentations de faire les miracles qui étaient en disparité avec le chemin qu 'il avait choisi comme Serviteur du Seigneur. «Avec la puissance de l'Esprit» (Lc 4,14), il entra clans la synagogue à Nazareth et introduisit son programme missionnaire avec les paroles: «I'Esprit du Seigneur est sur moi». Ce qui suit était la bonne nouvelle en termes de libération, avec une référence spéciale aux pauvres sociaux et économiques, aux abandonnés, aux opprimés et aux affligés, aux oubliés et aux negligés:

«L'Esprit du Seigneur est sur moi,
parce qu'il m 'a consacré par I'onction
pour porter la bonne nouvelle aux pauvres,
Il m'a envoyé annoncer aux captifs la délivrance
et aux aveugles le retour à la vue,
renvoyer en liberté les opprimés,
proclamer une année de grâce du Seigneur» (Lc 4,18-19).

41 Cette proclamation rencontre le rejet clans la synagogue à Nazareth (Lc 4,28-29). Ainsi Luc nous rappelle que le message de Jésus est lié à sa croix. Son enseignement était certainement perçu par les guides politiques et religieux de son temps comme une menace et il était largement mal compris. Lui-même étant rejeté comme un blasphémateur, condamné comme un criminel, est mort d'une mort cruelle et humiliante sur la croix. Mais pour Luc, ceci était précisément le moment de l'exode personnel de Jésus (Lc 9,31; 23,46) quand il passa de l'autre côté dans une plus grande et pleine expérience de l'Esprit. C'est le moment de la naissance de la communauté chrétienne.

«Dieu l'a ressuscité, ce Jésus...
Exalté par la droite de Dieu,
il a reçu du Père l'Esprit Saint, objet de la promesse,
et l'a répandu.
C'est là ce que vous voyez et entendez» (Ac 2,32.33).

2. L 'Eglise: appelée à participer à la mission du Dieu Trine

Nous nous
tournons vers l'Esprit
pour discerner notre
propre contribution
spécifique
à la mission

42 Il y a dans le Nouveau Testament un lien très étroit entre le l'invitation à la mission et le don de la vie par l'Esprit qui vient du Seigneur Ressuscité. Saint Jean exprime la même idée dans I'épisode du dimanche de Pâques où le Christ ressuscité confie à ses disciples une part de sa mission: "Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie». Celui qui est mort pour enlever le péché du monde partage avec les siens son oeuvre de réconciliation (Jn 20,23). Pour cela, il les vivifie en leur soufflant l'Esprit (Jn 20,21-22), tout comme Dieu soufflant dans les narines d' Adam, fait de lui «un être vivant» (Gn 2,7)... Dans les Actes, au jour de la Pentecôte, l'Esprit se saisit des disciples de Jésus, vainc leur peur, et les envoie témoigner de Jésus comme «Seigneur et Christ» (Ac 2,36). Ils annoncent l'aube de la Nouvelle Création dans le Seigneur Ressuscité (2 Co 5,17-19). Ce que vaut pour Jésus vaut aussi pour l'Eglise: L'Esprit est le principe dynamique, la vie intérieure de la mission: «Mais vous allez recevoir une force, celle de l'Esprit Saint qui descendra sur vous .Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre» (Ac 1,8). Ecouter l'Esprit détermine la direction de la mission (Ac 1,4; 8,29; 16,7) et son extension au monde non-juif(Ac 10,19; 11,12; 15,28; 21,4).

43 Dès ses premiers jours donc, l'Eglise s'est comprise elle-même comme missionnaire de par sa nature. A travers la parole et le sacrement, à travers la prière et le service, elle porte le message aux coins les plus éloignés du monde. Dans le vaste projet de la mission salvatrice de Dieu pour le monde, l'Eglise joue un rôle important et irremplaçable comme sacrement et servante du Règne de Dieu. Des nouvelles communautés de disciples naissent; en reconnaissant Jésus comme Seigneur et Christ, elles font leur le programme de la mission qu'il a annoncé à Nazareth (Luc 11:28). L'Eglise promeut l'amour de Dieu, l'amour du prochain et même l'amour des ennemies. Elle travaille pour la promotion humaine, la justice et la paix, le soin des malades, et le secours des souffrants (RM 20).

44 Puisque la mission est I' oeuvre du Dieu Trine et que l'Esprit souffle où il veut, l'Eglise rend son service au Royaume en collaboration avec d'autres communautés de foi et tous les hommes de bonne volonté. Rappelons-nous les métaphores que Jésus a utilisées pour décrire comment ses disciples devraient se situer par rapport au monde ambiant: sel, lumière et levain.

45 En approchant le monde pour promouvoir une plus grande communion, l'Eglise est consciente que le Règne de Dieu est une réalité plus étendue qu'elle même (Lumen Gentium [LG] 5). Elle se réjouit que la présence salvatrice de Dieu a été et continue à être présente dans I 'histoire, les cultures et les religions de tous les peuples (RM 28, 29). Sous la conduite de l'Esprit et illuminé par le Verbe, la communauté des disciples de Jésus est continuellement invitée à aller au-delà de ses propres confins comme une réalité visible et historique jusqu'à ce que la communion complète de notre famille humaine soit réalisée dans le banquet du Règne de Dieu (Is 25:6; Mt 8: II).

3. La SVD: Appelée par l'Esprit à participer à la mission de l'Eglise

Notre vocation
a la mission est un
appel  a construire
entre nous-mêmes
une communauté
qui rend un
témoignage
crédible du Règne
de Dieu.

46 L'Esprit ressuscite constamment des communautés qui se mettent elles-mêmes à la disposition de l'Eglise pour l'aider à accomplir sa tâche missionnaire. Il y a 125 ans, en réponse à l'appel de l'Esprit et aux défis de ces temps-là, Arnold Janssen fonda la Société de Verbe Divin comme une communauté missionnaire (Prologue aux Constitutions). Comme disciples du Verbe, nous nous sentons particulièrement appelés à aller au-delà de l'Eglise visible-historique, pour témoigner de l'Evangile là où il n'a pas encore été annoncé ou suffisamment proclamé (c. 102) et à chercher la lumière que le Verbe a allumée dans chaque personne et chaque peuple. Ainsi nous aidons à rassembler les enfants de Dieu dispersés (Jn 11 :52) et accélérons l'heure où tous adoreront le Père en esprit et en vérité (Jn 4:23). "Ainsi nous  promouvons le vrai progrès de l'humanité, nous allons à la rencontre du Seigneur qui vient, nous préparons son avènement glorieux et l'achèvement définitif de la création dans le Christ " (c.101).

47 Nous ne sommes pas seuls à être appelés sur ce chemin - en fait tous les membres de l'Eglise participent à cette vocation commune. Mais, il y a différentes manières par lesquelles l'Eglise vit son appel à la mission. Ainsi nous nous tournons vers l'Esprit pour discerner notre propre contribution spécifique. En ce qui suit, nous exprimons ce que nous reconnaissons comme éléments distinctifs dans notre appel en tant que SVD dans le monde d'aujourd'hui en nous concentrant sur trois réalités: notre témoignage à l'universalité du Règne de Dieu, notre engagement à un quadruple dialogue prophétique dans de situations de frontières, et les dimensions caractéristiques de notre charisme.

3.1. Témoignage SVD du Règne de Dieu : Universalité et Ouverture

48 Depuis le temps de notre fondateur, nous nous sommes toujours sentis appelés à participer à la mission de Jésus «de proclamer le Royaume de l'amour de Dieu» (Prologue aux Constitutions). Appelés à passer de l'autre côté (vers les autres cultures) et à vivre notre charisme d'internationalité, nous sommes invités à vivre notre témoignage particulier pour le Règne de Dieu en mettant en lumière son caractère universel et en étant ouverts à la diversité. Effectivement, notre identité SVD est enracinée dans cet appel de porter témoignage de l'amour de Dieu précisément dans les situations où son caractère universel n'est pas reconnu et où son ouverture pour la riche diversité des peuples n'est pas appréciée.

49 Cette contribution particulière devient même plus nécessaire dans la lumière de cette globalisation qui est en train de reformer notre monde aujourd'hui. D'une part, c'est un fait, que le phénomène de la globalisation fonctionne sur le principe d'exclusion. Ils sont nombreux ceux qui sont exclus et abandonnés le long du chemin. Le Règne de Dieu est un règne d'amour qui inclut absolument tout un chacun. Dans notre engagement, spécialement envers les pauvres et les marginalisés, mais aussi dans nos propres communautés, nous sommes appelés à donner le témoignage de ce caractère universel de l'amour de Dieu.

50 D'autre part le processus de globalisation produit comme conséquence une uniformité qui tend à éliminer toutes les différences. Il n'est pas du tout ouvert à la large diversité des peuples. Le Règne de Dieu est toujours ouvert à la particularité de chaque personne et chaque peuple. Dans notre amour de toutes les cultures et de tous les peuples, aussi bien que dans notre appréciation de la diversité dans nos propres communautés, nous sommes appelés à donner témoignage de l'amour universel de Dieu.

51 Notre vocation à rendre témoignage à l'amour universel et ouvert de Dieu n'est pas un appel à un simple activisme. Bien sûr, notre témoignage commence par notre propre expérience du Règne de Dieu dans nos vies personnelles et à travers notre vie dans la communauté (c.106), et se réalise clans notre suite du Seigneur sur le chemin des Conseils évangéliques. Notre vocation à la mission n'est pas seulement un appel à témoigner du Règne de Dieu à travers notre service apostolique. C'est également un appel à construire entre nous-mêmes une communauté religieuse missionnaire qui rend un témoignage toujours plus crédible du Règne de Dieu. Dans une telle communauté, tous, aussi les malades et les retraites, contribuent à l'oeuvre missionnaire par leurs prières et sacrifices.

3.2. Nos principaux Engagements Missionnaires: le Quadruple Dialogue Prophétique

Avec nos
partenaires nous
espérons entendre
la voix de l'Esprit
de Dieu.

52 Les discussions au Chapitre général ont confirmé que notre compréhension de la mission ad gentes a changé d'une orientation exclusivement géographique à celle qui inclut les situations missionnaires. A partir de nos Constitutions, des travaux des chapitres généraux plus récents, ainsi que du contexte missionnaire plus large dans lequel se réalise notre mission  aujourd'hui, nous identifions quatre situations de  frontière où nous entendons un appel spécial qui demande notre réponse: la première évangélisation et la re-évangélisation, l'engagement pour les pauvres et les marginalisés, le témoignage interculturel et la compréhension inter-religieuse.

53 Il y a plusieurs manières d'articuler cet appel spécial à la mission. Nous croyons que la plus profonde et la meilleure compréhension de cet appel est exprimée par le terme "Dialogue" ou plus spécifiquement "Dialogue Prophétique". Depuis le Vatican II, le dialogue avec d'autres religions a été largement promu comme un aspect de la mission de l'Eglise (RM 55). Notre engagement spécifique à ce dialogue se reflète dans nos constitutions (c.114) et dans la déclaration du Chapitre Générale de 1988. Cependant, déjà dans les documents du Vatican II, le terme "dialogue" en toute sa richesse, est employé avec une plus large signification pour décrire notre propre attitude envers et en relation avec tous les peuples. Le dialogue est une attitude de "solidarité, respect, et amour" (Gaudium et Spes [GS] 3) qui doit pénétrer toutes nos activités. Limités comme nous sommes par nos visions personnelles et culturelles, aucun de nous n'a atteint la vérité entière contenue en Dieu et révélée entièrement en Jésus Christ. Dans le dialogue, nous cherchons ensemble cette vérité.

54 C'est dans le dialogue que nous sommes capables de reconnaître "les signes de la présence du Christ et l'oeuvre de l'Esprit" (RM 56) parmi tous les peuples, que nous sommes appelés à reconnaître notre propre condition de pécheurs et à nous engager dans une conversion permanente, et que nous témoignions de l'amour de notre Dieu en partageant nos propres convictions courageusement et honnêtement, surtout la où cet amour a été obscurci par le préjudice, la violence et la haine. C'est évident que nous ne dialoguons pas  partir d'une position neutre, mais à partir de notre propre foi. Ensemble avec nos partenaires dans le dialogue, nous espérons entendre la voix de l'Esprit de Dieu qui nous pousse en avant, et de cette façon, notre dialogue peut être appelé prophétique. En plus, le dialogue n'est pas limité aux échanges intellectuels. A travers le dialogue de vie, le dialogue d'action commune pour la justice et la paix, et le dialogue de l'expérience religieuse, il trouve une expression dans tous les aspects de nos vies.

55 Dans les sections suivantes, nous indiquerons quelques pistes dans lesquelles nous vivons notre engagement missionnaire au dialogue prophétique. Dans chaque cas, nous articulons les défis à une plus profonde conversion que le dialogue implique pour nos vies personnelles et pour notre vie en communauté. Puis, nous mentionnons quelques tâches que nous accomplissons à l'intérieur des Eglises locales. Finalement, nous indiquons les tâches que nous accomplissons ensemble avec les Eglises locales quand nous allons à la rencontre du monde.

3.2.1 Dialogue avec ceux qui n'appartiennent pas à une communauté de foi et avec ceux qui cherchent la foi

56 Notre appel à la mission est un appel à atteindre ceux qui cherchent la foi et les gens qui n'ont pas de communauté de foi, à nous engager dans la première évangélisation et clans la re-évangélisation. Nous incluons ceux qui n'ont jamais appartenu à une communauté de foi, ceux qui se sont éloignés de I 'Eglise, et encore d'autres qui, peut-être, cherchent une orientation au-delà de leur propre tradition de foi. En bref, nous incluons tous ceux qui seraient disposés à accepter une invitation d'être disciples de Jésus. Nous nous approchons d'eux dans un dialogue prophétique parce que nous croyons, ensemble avec notre fondateur, que "Proclamer la Bonne Nouvelle est I'acte principal et majeur de l'amour du prochain".

57 Comme nous nous engageons dans le dialogue avec les gens qui n'ont pas de communauté de foi et avec ceux qui cherchent la foi, nous nous sentons personnellement appelés à faire un "passing over" (un passage) continuel de l'incroyance vers une foi plus profonde. En même temps, nous nous sentons appelés à cultiver une communauté de vie vraiment croyante et fermement enracinée en Jésus Christ, le Verbe de Dieu.

Dans ce dialogue
nous nous sentons
appelés à faire
un passage vers
une foi plus
profonde.

58 Nous répondons à cet appel quand nous invitons instamment l'Eglise locale à se tourner vers le monde pour rendre témoignage de la Bonne Nouvelle à travers sa . présence, son service, sa joie et son espérance. Nous encourageons aussi les communautés locales à aider les chercheurs de la foi d'aujourd'hui pour qu'ils sentent qu'ils sont les bienvenus dans l'Eglise. Ceci est spécialement urgent la où les pratiques et coutumes de l'Eglise locale semblent ériger des barrières entre la communauté et ceux qui peuvent être invités à suivre Jésus.

59 Notre réponse sera encore plus parfaite quand, ensemble avec l'Eglise locale, nous nous adresserons à ceux qui sont sans affiliation religieuse. Quand on nous demande rendre compte de notre espérance (1P 3,15), nous sommes prêts à partager comment la vie de Jésus, sa mort et sa résurrection nous ont aidés à trouver une plus profonde signification pour nos vies. S'ils répondent avec intérêt, nous les invitons à devenir disciples de Jésus et nous les accueillons pour prendre part dans la mission permanente de témoigner du Règne de Dieu.

3.2.2 Dialogue avec les pauvres et les marginalisés

60 Notre appel à la mission est un appel au dialogue avec les pauvres et les marginalisés de notre monde en cherchant à promouvoir le développement humain intégral. A Nazareth, Jésus indiqua qu 'il était venu apporter la Bonne Nouvelle aux pauvres, libérer les captifs, donner la vue aux aveugles et la liberté aux opprimés. Sûrement, ceux qui sont matériellement pauvres sont toujours parmi les premiers à souffrir de I'oppression, mais des myriades d'autres raisons (sexe, race, apparence, condition physique, âge, option politique, niveau d'éducation, etc.) sont employées pour justifier la marginalisation et l'oppression. Aujourd'hui, attentifs au Verbe et a l'Esprit de Dieu et ensemble avec les pauvres et les marginalisés, nous faisons front à la réalise d'oppression clans l'Eglise et clans le monde et nous travaillons pour une plus grande liberté.

61 En nous engageant au dialogue prophétique avec les pauvres et les marginalisés, nous comprendrons de façon plus profonde que "nous ne luttions pas uniquement contre la faim, l'ignorance et le mépris des droits de l'homme, mais davantage encore contre le péché dans le coeur des hommes, car c'est le péché qui est la cause la plus profonde des structures et des systèmes d'oppression qui engendrent ces maux" (const. 112.2). Notre voeu de pauvreté doit nous rendre particulièrement sensibles à leur situation. Nous sommes personnellement appelés à passer continuellement de "l'autre côté" - de l'égoïsme à la solidarité. Comme frères les uns aux autres, nous édifions une communauté fraternelle authentique de vie qui permette à tous les confrères - jeunes et âgés, frères et clercs, supérieurs et membres - un plein partage dans la vie et clans la prise des décisions de la communauté.

62 Nous répondons aussi à cet appel en promouvant la pleine participation des pauvres et marginalises à l'intérieur des Eglises locales. Nous aidons à développer les structures dans lesquelles ils ne sont pas simplement des observateurs mais, au contraire, des sujets actifs dans leur communautés ecclésiales. Comme Pierre et Paul dans l'Eglise primitive, nous encourageons la solidarité à l'intérieur des communautés et entre les communautés ecclésiales afin que les besoins de tous soient satisfaits.

Nous aidons à
développer les
structures dans
lesquelles les
pauvres sont sujets
actifs dans leur
communautés
ecclésiales.

63 Nous y répondons davantage quand ensemble avec les les Eglises locales, nous luttons à rendre les pauvres et les marginalisés capables de grandir vers un bien-être plus élevé et vers la pleine dignité humaine. Nous nous efforçons à voir le monde à travers leurs yeux et, encouragés par eux, nous nous joignons à leur lutte contre les structures sociales et l'abus du pouvoir. Nous construisons des ponts de solidarité entre tous les hommes, sans tenir compte de leur position économique et sociale, et nous aidons à développer de nouveaux modèles de communion inspirés par le Règne de Dieu.

3.2.3 Dialogue avec les gens de différentes cultures

64 Notre appel à la mission est un appel au dialogue prophétique avec les gens de cultures différentes de manière à apprendre et prendre part dans la diversité des dons offerts par le Dieu de la vie. Nous reconnaissons aussi que toutes les cultures ont besoin d'être sauvées des éléments du péché et de la mort. Comme témoins du Règne de Dieu, nous promouvons une rencontre vivifiante entre l'Evangile et les milieux particuliers culturels et multiculturels.

65 Notre dialogue prophétique avec les gens d'autres cultures demande une conversion personnelle permanente, une mort à l'ethnocentrisme et au racisme et un "passing over" vers un esprit plus catholique d'appréciation de l'identité culturelle des autres. La douleur et la joie d'apprendre une nouvelle langue et d'entrer dans la culture des gens avec qui nous travaillons nous permettent d'avoir part à la mort et la résurrection du Christ. Nous reconnaissons que notre vie dans les communautés internationales/interculturelles est parfois tachée par l'incompréhension et le préjudice, et ainsi nous nous engageons de nouveau à témoigner de l'amour universel de Dieu dans nos propres relations les uns avec les autres.

66 Nous répondons à cet appel en encourageant le processus d'inculturation à l'intérieur des Eglises locales afin que la Bonne Nouvelle de Dieu devienne une partie intégrante de la manière de vivre des gens. En retour, les impulsions émergeant des différentes cultures influencent l'interprétation de l'Evangile. L'agent principal de l'inculturation est la communauté locale. Cela demande une attention aux besoins de la communauté et invite ses membres à faire la manière de vivre révélée en Jésus Christ la leur. Si les gens accueillent cette invitation, leurs valeurs, leurs attitudes, leurs actions en seront transformées et ils s' exprimeront dans une vie de foi inculturée.

67 Nous répondons davantage à cette invitation en travaillant avec les Eglises locales pour contribuer à l'immense tâche de promouvoir les valeurs vivifiantes des cultures locales. De cette rayon les Eglises locales contribuent à enrichir l'héritage culturel de tous les peuples, qu'ils soient chrétiens ou adeptes d'autres traditions religieuses et séculiers.

3.2.4 Dialogue avec les gens de Différentes Traditions Religieuses et Idéologies Séculières

68 Notre appel à la mission est celui d'être engagés davantage pour le dialogue prophétique avec les autres Eglises chrétiennes, avec les adeptes des autres traditions religieuses et avec les gens engagés dans diverses idéologies. Ensemble avec ces partenaires de dialogue nous espérons entendre la voix de l'Esprit de Dieu qui nous appelle à aller de l'avant dans le service. Notre engagement au dialogue est spécialement important la où les catholiques sont en majorité. Autrement nous pouvons être suspectés à juste raison de promouvoir le dialogue simplement comme une "tactique" dans des situations où les catholiques sont peu nombreux.

69 Nous reconnaissons que c'est difficile d'initier et de maintenir un dialogue prophétique avec les gens d'autres traditions de foi et idéologies, et ainsi il semble être plus urgent que jamais de cultiver personnellement en nous-mêmes les attitudes de passer de I'autre côté de la suspicion vers la confiance. En même temps, nous sommes appelés à entretenir une communauté de vie accueillante qui favorise en son sein divers styles de prière et expressions religieuses et encourage la collaboration.

70 Nous répondons à cet appel en encourageant les membres de chaque Eglise locale à cultiver les attitudes de tolérance, d'ouverture et de respect des uns envers les autres et envers ceux qui suivent d'autres traditions religieuses et idéologiques.

Les dimensions
caractéristiques
sont une marque
de chaque SVD.

71 Nous y répondons encore plus quand, ensemble avec l'Eglise locale, nous cherchons à collaborer avec les gens d'autres traditions et idéologies. Nous promouvons la tolérance religieuse, respect et entente mutuels, liberté de conscience et une meilleure appréciation des valeurs humaines et spirituelles communes. Nous travaillons ensemble dans les projets communs, spécialement  ceux qui répondent aux exigences de la paix authentique et le développement intégral humain. Parfois des occasions nous sont données de partager notre expérience du transcendant dans un dialogue de prière.

3.3 Dimensions Caractéristiques de la Réponse Missionnaire SVD

72 En cherchant a approfondir notre auto-compréhension, nous sommes arrivés à reconnaître certaines "dimensions caractéristiques" de notre vie et service missionnaire. Nous utilisons le terme "dimensions caractéristiques" pour parler des éléments clans notre appel que nous pouvons comparer aux traits d'une famille. A des moments différents, nous avons appelé ces domaines «priorités», « champs » et plus récemment «dimensions essentielles». Une expérience plus large et une réflexion plus approfondie sur ces sujets nous ont conduits à ces changements de terminologie.

73 Nous employons ce terme «dimensions caractéristiques» pour désigner les quatre sujets qui ont reçu une attention spéciale clans l'histoire récente de notre Société et qui ont obtenu un profil institutionnel par la nomination de coordinateurs aux niveaux provincial, zonal et général. Il s'agit d'Apostolat Biblique (const. 106-108), Animation Missionnaire ( const. 109-111 ), JPIC ou Justice, Paix et Intégrité de la Création (const.112), et Communication (const.115).

74 Nos dimensions caractéristiques nous invitent à approfondir notre expérience du Verbe Divin de multiples façons. Nous connaissons la Parole biblique dont l'histoire est racontée clans les Ecritures. Nous proclamons la Parole animatrice qui appelle chacun à prendre part à sa mission. Nous nous engageons à la Parole prophétique qui annonce la paix, la justice et la transformation de toute la création. Nous partageons la Parole communicatrice qui cherche seulement à être répandue en amour désintéressé.

75 Il faut encore faire trois observations pour nous aider à mieux apprécier la signification de la notion «dimensions caractéristiques» dans notre appel à la mission.

76 Premièrement, quoique l'accent mis sur les dimensions caractéristiques ait déjà aidé beaucoup de confrères et de provinces à trouver une nouvelle orientation à leur service missionnaire et à présenter ainsi un profile plus claire clans certaines Eglises locales, ces dimensions à elles seules ne peuvent pas exprimer toute la mission de la SVD. Notre engagement au quadruple dialogue prophétique est encore plus fondamental à notre charisme missionnaire ad gentes. Au fait, les dimensions sont plus clairement "missionnaires" quand elles sont situées dans le contexte du quadruple dialogue prophétique.

77 Deuxièmement, les dimensions caractéristiques ne sont pas un apanage des spécialistes, mais une marque de chaque SVD. Pendant qu'il est certainement vrai que chacune de ces dimensions peut être exprimée en un ou plusieurs ministères spécialisés (Centre Biblique, apostolat de communications, etc. ), elles sont aussi à juste titre "caractéristiques" pour les autres SVD. Que les confrères travaillent en paroisse, à l'école ou dans un apostolat spécifique, qu'ils soient administrateurs ou étudiants, qu'ils soient au début du service missionnaire ou près de sa fin, leur vie et leur travail devraient porter les marques de la Parole biblique, vivifiante, prophétique et communicatrice.

78 Finalement, les dimensions caractéristiques ne sont pas seulement pour notre service apostolique. Elles sont avant tout des dons que nous désirons partager à travers toutes nos activités, mais elles sont aussi importantes pour notre propre vie communautaire. Précisément, comme Missionnaires du Verbe Divin, nous cherchons à partager la Bible ensemble, à nous animer les uns les autres, à être justes et en paix les uns avec les autres, et à communiquer les uns avec les autres dans l'amour fraternel.


III. Notre réponse missionnaire

79 Partant de toutes nos réflexions sur le contexte de la mission aujourd'hui et à la lumière de la Sainte Ecriture et de la compréhension propre de notre vocation, nous organisons notre programme missionnaire pour les années qui viennent selon les directives suivantes. Notre but n'est pas d'examiner chacun de nos travaux et de nos activités. Nous nous limitons plutôt à souligner les domaines qui nous semblent avoir un impact spécial sur notre mission d'aujourd'hui. Il va sans dire que ce qui est dit ici doit être adapté par les zones, les provinces, les régions et par les communautés locales. Les directives se donnent sous trois thèmes généraux : Notre réponse aux défis de notre temps, Consolidation de nos engagements présents, Renouvellement de nos propres moyens.

1. Notre réponse aux défis de notre temps

80 Notre monde en mutation rapide nous confronte avec de nouveaux défis: la globalisation, l'urbanisation, les migrations, la soif de liberté et les conséquences de ces phénomènes sur la conscience et la vie des hommes. Il y a de nouvelles situations dans lesquelles nous nous sentons appelés à témoigner du royaume de Dieu. Les domaines suivants se présentent comme des possibilités pour un nouvel engagement ou pour de nouvelles initiatives.

81 Racisme. Face au racisme qui augmente en tant de parties du monde et étant donné que nous aussi, nous en sommes influencés, nous nous engageons à lutter contre ce mal en nous-mêmes en tant qu ' individus, dans notre Société et partout là où nous le rencontrons.

82 Intégrité de la création. Nous reconnaissons que l'engagement pour l'intégrité de la création est un des nouveaux champs de mission. Face à la crise écologique de nos jours nous nous soucions du bien-être des générations à venir. Ainsi nous nous engageons à travailler pour la sauvegarde de l'environnement et à adopter un style de vie qui témoigne de l'importance que nous donnons à l'intégrité de la création.

La collaboration
pour I'Oecuménisme
et avec d'autres
communautés de
croyants est une
question de survie
pour I'avenir  du monde.

83 Collaboration dans l'Oecuménisme et avec d'autres communautés de croyants. Une croissante collaboration pour l'Oecuménisme et avec d'autres communautés de croyants est une question de survie pour l'avenir du monde. Nous sommes des missionnaires ad gentes. Pleins de reconnaissance, nous saisissons chaque opportunité pour le dialogue et mettons tout en oeuvre pour l'initier. Ainsi nous recommandons aux provinces et régions de participer régulièrement aux activités inter-religieuses et œcuméniques. Nous demandons aux membres de notre Société de prier souvent et en public pour implorer la bénédiction de Dieu sur les hommes des autres convictions religieuses.

84 Pastorale Urbaine. Les statistiques indiquent qu'au cours des 20 prochaines années, la plus grande partie de l'humanité vivra dans des villes. Voilà pourquoi, nous devons mettre plus de personnel et de moyens à la disposition de la pastorale urbaine. Dans notre action pastorale, nous devons viser spécialement les jeunes, les pauvres, les marginalisés et tout particulièrement ceux qui cherchent spirituellement. Notre travail dans les villes doit aller au-delà des structures paroissiales actuelles. Dans nos programmes de formation de base et de formation permanente, la pastorale urbaine doit occuper le centre de notre attention.

85 Femmes. La place et le rôle de la femme dans l'Eglise et dans la société en général doit être notre préoccupation principale surtout quand il s'agit de leur participation à la prise de décisions. Nous nous engageons pour l'égalité entre hommes et femmes. Nous voulons renforcer la collaboration avec les congrégations des Soeurs Servantes du Saint-Esprit et des Soeurs Servantes du Saint-Esprit de l'Adoration Perpétuelle. Nous sommes décidés d'élargir la collaboration avec des femmes - religieuses ou pas - en dehors de notre famille 'Arnoldus'.

86 Migrants, réfugiés et déplacés. Dans notre monde aujourd'hui, ils sont nombreux, ceux qui sont obligés de quitter leur terre et pays d' origine à cause des conflits militaires, politiques et d'autres. D'autres le font en quête d'une vie meilleure. Qu'ils aient été obligés ou qu'ils soient partis de leur propre gré, qu 'ils se soient réfugiés ou qu 'ils aient été expulsés, à tous nous portons une attention particulière. Nous faisons appel aux provinces et régions et aussi à notre généralat de s ' engager, en collaboration avec d'autres organisations travaillant dans ce domaine, pour les réfugiés, les expulsés, les émigrants et les immigrés.

87 Medias. Nous recommandons la formation dans le domaine de communication et faisons appel à employer les moyens de communication pour propager les valeurs évangéliques et un certain sens du Transcendant. Cela pourra neutraliser I'influence des mass-medias qui, souvent, nient les valeurs religieuses et humaines. De nouvelles possibilités comme le courrier électronique et Internet doivent être utilisées pour annoncer la Bonne Nouvelle. 'SVD-websites' devraient être mis au service de I'évangélisation.

88 HIV/SIDA. Le HIV/SIDA est devenu une tragédie mondiale et est en train de décimer des générations entières et détruire l'infrastructure économique des pays entiers. Son expansion est favorisée par la pauvreté, l'abus de drogues, le manque d'hygiène, mais surtout par l'ignorance et le tabou qui entoure les questions touchant le domaine sexuel pour des raisons culturelles ou religieuses. Nous faisons appel à nos confrères de se rendre compte de l'ampleur de ce fléau et à être préparés à agir dans la phase initiale de la maladie. Il est important de collaborer pour la diffusion d'une information correcte et pour corriger l'information erronée sur la question. Il est également important de créer une atmosphère de confiance pour pouvoir aborder ce problème. Nous devons redoubler d'efforts pour venir en aide à ceux qui sont atteints de cette épidémie pour qu 'ils puissent dépasser le stigma lié à celle-ci.

2. Affirmation de nos obligations existantes

89 Tout en cherchant des chemins nouveaux pour répondre à des défis nouveaux, nous devons aussi repenser nos engagements présents d 'une façon nouvelle, inspirée par le changement des temps et par notre réflexion permanente sur ce que notre charisme nous appelle à faire.

Nous nous
engageons
pour une culture
de la vie.

90 Déclarations de Mission. Nos Constitutions nous expliquent comment nous devons vivre et travailler comme missionnaires du Verbe Divin. Cependant, comme nous sommes engagés dans de diverses activités missionnaires en de différents endroits et périodes, c'est important de formuler des déclarations de mission avec des objectifs et des projets missionnaires communs. Nous faisons appel aux provinces et régions d'élaborer ou de réviser ces déclarations et plans d'action communs. Ceux-ci devraient devenir un sujet de dialogue dans des rencontres à l'intérieur des zones et entre le généralat et les provinces/régions, surtout quand il s'agit de faire des nominations des confrères et, lors des visites générales.

91 Pastorale paroissiale. Nos statistiques les plus récentes montrent qu'un grand nombre de nos confrères travaille dans la pastorale paroissiale. Nous reconnaissons et nous apprécions ce travail. Nous encourageons les provinces et régions de faire des efforts pour clarifier le profile missionnaire des paroisses où nous travaillons et le mettre en valeur. Ceci devrait prendre en compte la promotion de notre quadruple dialogue, nos dimensions caractéristiques et le processus d'inculturation. Nous recommandons surtout le travail en équipe et des engagements communs a l'intérieur de notre Société. Partout où cela est possible, nous recommandons la formation des équipes pastorales dans lesquelles les SSpS et des laïcs devraient jouer un rôle important.

92 Des commissions pastorales dans les provinces/régions peuvent être utiles pour une planification coordonnée du travail des confrères en paroisses et pour créer un lieu de réflexion et d'évaluation régulières. Nous recommandons la création de ces commissions pastorales, la où c'est utile.

93 Pour que les relations avec I'Ordinaire du lieu soient harmonieuses et réalistes, nous insistons toujours encore, de fixer par contrat nos services dans les paroisses. Ces contrats devraient préciser la contribution missionnaire spécifique que nous espérons apporter par notre travail.

94 Pastorale parmi les populations autochtones. Nous voulons continuer notre service missionnaire parmi les populations indigènes. Par le dialogue prophétique et le processus d'inculturation, nous rejoignons dans leur lutte pour leur terre, leur culture, leur langue et leur identité. Nous continuons à chercher des voies et moyens pour les soutenir dans leur développement intégral. Nous nous engageons à apprendre leur langue, à connaître leur culture et à travailler pour la croissance des Eglises autochtones.

95 Laïcs. Nous reconnaissons que le rôle toujours actif et important que jouent les laïcs dans l'Eglise est un élément positif. Nous voyons la nécessité d'être honnêtes et humbles quand nous réfléchissons sur notre relation avec les laïcs et la qualité de notre collaboration avec tous les hommes et femmes de bonne volonté. La où c'est possible, des responsabilités de direction dans des institutions de nos provinces/régions devraient être confiées aux laïcs, si elles ne sont pas réservées à un membre de la SVD. Nous partageons volontiers notre spiritualité avec nos collaborateurs.

96 Culture de la vie. L'ironie tragique de notre monde est que la science et la technologie inventent de différentes possibilités pour améliorer les conditions de vie, mais en même temps s'en servent pour promouvoir la mort. Ensemble avec tous les hommes de bonne volonté, nous luttons contre cette "culture de la mort" et nous nous engageons pour une culture de la vie. Nous nous opposons à tout ce qui menace la vie humaine, aux structures économiques injustes, au génocide, à la peine de mort, à la torture etc. Par ailleurs, nous soutenons activement les efforts qui protègent la vie, surtout la où elle est la plus menacée.

Nous rejoignons
les populations
indigènes dans
leur lutte pour leur
terre, leur culture,
leur langue et
leur identité.

97 Pastorale familiale et animation missionnaire. La constitution 109,1 nous invite à travailler avec soins à I'éducation et à la formation des familles authentiquement chrétiennes, ouvertes aux problèmes de l'Eglise et du monde. A une époque, où les valeurs de la famille sont fort menacées et où beaucoup de familles sont en train de se briser, nous soulignons l'importance de la pastorale familiale. Nous entendons par cela non seulement nous occuper des familles et de leurs besoins, mais nous comprenons que tous les membres des familles sont missionnaires, une «Eglise domestique» (Apostolicam Actuositatem 11; LG 11 ). Dans un certain sens, nous pouvons dire que la famille, comme l'Eglise universelle, est aussi «missionnaire de par sa nature» (AG 2). Ainsi la famille est-elle témoin puissant de la Bonne Nouvelle et devient notre partenaire dans l'animation missionnaire. Voilà pourquoi nous encourageons tous les confrères à réfléchir comment la famille peut devenir un partenaire dans I'animation missionnaire.

3. Renouvellement de nos Ressources internes

98 Formation. Nous remercions Dieu pour tant de vocations qu'il donne a notre Société dans le monde entier. En réponse à cette bénédiction, nous devons investir en notre personnel en lui offrant d' excellents programmes de formation de base et de formation permanente, conforme à notre appel au service missionnaire.

99 Nous recommandons que toutes les provinces/régions revoient leurs programmes d'apprentissage de langues et d'orientation pour les nouveaux missionnaires et, de réintégration de ceux qui rentrent dans leur pays d'origine. Ces programmes doivent aider les nouveaux missionnaires à s'insérer dans la situation actuelle des gens parmi lesquels ils travaillent (c. 103) et les missionnaires qui rentrent dans leur pays d'origine à se retrouver dans leur propre culture sans difficulté.

100 Spiritualité. La spiritualité est le coeur de notre activité missionnaire. Nous nous rendons compte que " l'activité missionnaire exige une spiritualité spécifique" et que "le nouvel élan missionnaire ad gentes exige de saints missionnaires" (RM 87, 90). Nous comprenons notre vocation de prendre part à la mission de Dieu comme un appel au quadruple dialogue prophétique, ce qui exige de nous une ouverture profonde à Dieu. Ainsi nous suivons l'exemple de Jésus et nous cultivons cette attitude dans le silence, la méditation et la prière.

101 Nous recommandons qu'en collaboration avec les deux congrégations de nos Soeurs, notre Société continue à promouvoir le développement du Centre de Spiritualité Arnold Janssen et que nous encourageons ce centre à articuler davantage notre héritage spirituel. Nous recommandons également aux supérieurs provinciaux/régionaux et leurs conseillers de soutenir et de promouvoir la formation et les activités des équipes provinciales/régionales pour l'animation spirituelle.

102 Communauté. Notre communauté, constituée de frères et de clercs issus de différentes nations et cultures, est appelée à être un symbole vivant de l'unité et de la diversité de l'Eglise et du Royaume de Dieu. En fait, elle a toujours été considérée comme une vraie école du dialogue. Pour qu'il en soit ainsi, nous devons chaque jour renouveler notre intention ferme de vouloir construire une communauté remplie de foi, ouverte, internationale, interculturelle et fraternelle. Si nous faisons cela, nous vivons déjà dans notre communauté notre engagement pour le quadruple dialogue prophétique.

103 Certaines de nos provinces ont un grand nombre de confrères âgés. Aussi des confrères âgés reviennent des provinces, où ils ont travaillé pendant une grande partie de leur existence, pour passer le soir de leur vie dans leur pays d'origine. Parfois, ils ne sont pas assez préparés aux changements qui les attendent. Cela peut causer des difficultés pour eux-mêmes et pour leurs communautés respectives. Les confrères doivent apprendre à "lâcher-prise" et à vieillir avec sérénité. Les supérieurs provinciaux et régionaux doivent préparer ces confrères à cette étape importante de leur cheminement. Les confrères devraient être encouragés à décider à temps où et comment ils voudraient vivre les années de leur retraite. Ils devraient rédiger un testament, signer une autorisation générale (la où c'est nécessaire et possible) et prévoir des détails de leur enterrement. Pour accompagner et guider les confrères âgés, les provinces doivent former des confrères compétents.

Nous portons une
attention particulière
aux migrants,
réfugiés et
déplacés.

104 Les Frères. Conscients de l'importance des frères dans notre Société, nous recommandons qu'à tous les niveaux de l'administration, des efforts soient déployés pour la promotion et l'épanouissement de la vocation des frères. Il faut encourager les confrères à choisir des apostolats qui soient directement liés au dialogue prophétique quadruple et aux dimensions caractéristiques de l'engagement de notre Société. Il convient également de les encourager à obtenir une compétence professionnelle dans ces apostolats

105 Recherches dans le domaine de la mission. Nous sommes des héritiers d'une tradition précieuse et multidisciplinaire de recherches relatives a la mission. La situation missionnaire en pleine mutation exige de nos différentiels instituts de recherche et de tous les missiologues SVD une collaboration étroite. Leurs études et enseignements devraient s'orienter vers des questions concrètes qui puissent contribuer à l'amélioration de notre service missionnaire, afin qu'il réponde aux besoins actuels du monde.

106 Nous recommandons que le Généralat, ensemble avec les provinces et régions, fasse un effort pour assurer à la recherche missiologique les finances et le personnel nécessaires. Qu'ils soutiennent surtout les projets qui favorisent la collaboration entre les différents instituts de recherche.

107 Autonomie financière. Plus notre Société s'épanouit et lance de nouvelles initiatives missionnaires, plus elle a besoin de moyens financiers. Grâce à l'aide soutenue et généreuse de nos bienfaiteurs, grâce à la solidarité financières entre provinces et grâce à la gestion responsable de nos biens temporels par nos économes, nous avons pu satisfaire jusqu'à maintenant aux besoins essentiels de la Société. Cependant, une expérience pénible nous a appris qu'une dépendance excessive des fonds étrangers peut nous mener à une pratique missionnaire qui fasse perdre le contact avec les réalités locales. Chaque confrère et chaque communauté doivent contribuer à l'autonomie financière en vivant le voeu de pauvreté (c. 213) et respecter le principe de base de rendre compte de l'argent et des biens matériels qui leur sont confiés. Nous recommandons aux provinces et régions de prendre des mesures concrètes pour atteindre l'objectif d'une autonomie financière plus grande, non seulement dans l'administration des biens temporels, mais aussi dans la pratique missionnaire.


Conclusion

108 A la fin de ce 15e Chapitre Général, nous tournons une nouvelle page dans l'histoire de notre congrégation et regardons l'avenir avec confiance. Convaincus que "tout travail missionnaire est essentiellement l'oeuvre et la révélation du Saint-Esprit, nous confions nos personnes et la Société à sa conduite et à sa direction" (c. 105).

109 Nous devons constamment nous mettre à l'écoute de l'Esprit pour pouvoir comprendre et accomplir la volonté du Dieu Trine. Nous sommes convaincus que lorsque nous entrons en dialogue, nous nous remettons entre les mains de Dieu. Chaque fois que nous nous consacrons aux autres, que ce soit une minute ou une heure ou une journée ou toute une vie, nous devenons un don pour autrui et pour Dieu. Et, Dieu qui vit en eux comme il vit en nous, deviendra, à son tour, un don pour nous tous. Ainsi, joyeusement, nous rejoignons la génération fondatrice de notre Société et tous les disciples de Jésus, à renouveler notre engagement à être des témoins pleins d'espérance de la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu.

110 Conscients de l'immensité des défis missionnaires aujourd'hui et sachant que notre réponse y apportée ne peut être qu'inadéquate, nous demeurons convaincus que la mission est essentiellement l'oeuvre de Dieu. Ainsi, pleins de confiance, nous avouons que l'arrivée du règne de Dieu "n'est pas seulement hors de nos possibilités, elle est même au-delà de notre vision. Nous ne pouvons pas faire tout. Quand nous nous rendons compte de cela, nous éprouvons une certaine libération. Cela nous rend capables de faire certaines choses et de les faire très bien" (attribué à l'archevêque Oscar Romero.)

111 Arrivés au milieu de l'année jubilaire 2000 et nous trouvant devant les défis du nouveau millénaire, nous remercions Jésus Christ de nous avoir appelé à être ses disciples. Pleins de joie, nous portons son nom comme missionnaires du Verbe Divin et nous proclamons pleins de reconnaissance: "Sa vie est notre vie, sa mission est notre mission" (Prologue des Constitutions).

Rome/Nemi, 14 Juillet 2000